Raton-Liseur's reading log for 2020

KeskusteluClub Read 2020

Liity LibraryThingin jäseneksi, niin voit kirjoittaa viestin.

Raton-Liseur's reading log for 2020

1raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 7, 2020, 2:45pm

I am raton-liseur, a reading racoon. Only specimen from this species, I consider myself as the wandering cousin of library rats (in France, there are no bookworms, but we have a few library rats…), although I feel that I am becoming more sedentary these days, and that I now wander mainly through book pages.

I join this group for the second year. I have received such a warm welcome and I have expanded my reading horizons so much that I am really happy to renew my membership card!
As I did last year, I will continue to write my reviews in French, but comments, questions, clarifications, disagreements are always welcome, either in French and in English.

As it is tradition to start reading log threads with a picture, I’ve decided to change my profile picture and to post it here. So here it is, maybe an idea of how I would like to picture my coming (reading) year ?

2raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 8, 2020, 2:19am

Some memorable reads from 2019
Un Jour de chance et autres nouvelles de Hyun Jin-Geon, traduit du coréen par Mi-Kyung Friedli et David Reichenbach
Lonesome Dove de Larry McMurtry, traduit de l'anglais par Richard Crevier
Quartier lointain, l’intégrale de Jirô Taniguchi, traduit du japonais par Kaoru Sekizumi et Frédéric Boilet
Capitaine Rosalie de Timothée de Fombelle
Dans la nuit Mozambique de Laurent Gaudé
Les Vestiges du jour de Kasuo Ishiguro, traduit de l’anglais par Sophie Mayoux
Prends soin de maman de Kyung-sook Shin, traduit du coréen par Jeong Eun-jin et Jacques Batilliot
The handmaid's tale de Margaret Atwood

3raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 8, 2020, 2:40am

Reading aspirations for 2020
As I will complete 10 years in LT within a few months time, and as I am spending quite some time reading, browsing libraries and bookshop shelves, thinking about books, writing about them, lurking others' threads in LT, etc., I have made a bit of thinking about how I organise my reading.
"Organise" might not be the right word, as I prefer to think more in the line of this expression I caught in Club Read last year, "ricochet reading", one reading leading to another one, then another one, with some logic that might be or not be apparent, but there is definitely a link that can be made or made up (as "those two books are so similar in..." or "I wanted a book totally different from the previous one").

Evolving as a reader, and evolving as well in my relation to bookshops (I am more of a book owner than a book borrower), I can see that my reading habits change, and that I tend to plan (although planning might not be the right word) my reading differently.
I have therefore decided to organise myself differently this year, and see if this brings me something in terms of enjoyment in reading, scope, horizons, or other.
First, I will make my hidden goals clear. Hidden, because I don't spell them out as goals, but I know they are there. There will be three categories : the chimeric goal (which I have had last year as well and hope to improve on this), the open-ended goals that actually describe some of my reading aspirations rather than being goals in themselves, and then the annual wishful list, which reflects some of my current ideas to orient my forthcoming readings.

In addition to those goals, I will make a list of possible reads for the weeks to come, owned books that I would like to read in the near future. Like those books I take from the shelves and put for a few days or weeks on my bedside table for an upcoming read. Some are actually read, some stay there quite some time, and others go back to the shelves. It is therefore a very loose plan or list, that is not compelling, but that will help me put some owned book under the radar, what my real overcrowded bedside table does not allow me to do.
I intend to make such a list every month, but this will depend as well, there is no fixed deadline here. And I will see how this goes, and decide if I keep this system for the full year or not.

I'm all excited with this new organisation. Maintaining this year only one thread, here in Club Read, I hope this will not increase the time I spend on LT and that I will keep time for actual reading!

4raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 23, 12:30pm

So here are the goals
The chimeric goal : Read more owned books than bought.
I almost met the target last year, with 34 owned books read and 38 bought, but 3 bought on the 30th of December, a last minute buy that killed my stats!
To make it feasible, I consider all the physical owned books that I read within a year, and consider only the physical new books that I buy (not taking into account presents, gifts received through my bookshop reward cards, and not taking into account second hand books). I know it is a very loose way of counting bought books, but I start slowly, with a manageable goal (but still chimeric, hey!), and might tighten the rules over the years if I feel like to.
I have a lovely snail ticker to track my progress. At the time of writing, I have read 2 owned books and bought none (including second hand!), starting well to meet my target!



The open-ended goals
I dream of going back to my prior-to-motherhood reading levels, but this will not happen in a forthcoming future. I am not in favour of quantified goals, but I would love to read around 52 books this year (excluding audio books), one per week. Let's see how it goes.
♦ Reading in translation (ie books outside of France, UK and US).
♦ Reading classics and forbidden classics, both European and non-European.
♦ Reading at least one book directly in English, and maybe one in Spanish.

The annual wishful list
♦ Read a few new-to-me authors. I have a few names at the back of my head, including Willa Cather and Magda Szabó (both discovered here in Club Read!), Ngūgī wa Thiong'o (I have a book in English from him, so I would kill two birds with one stone here!), Joseph Roth (new-to-me and classic author, as well as recently bought, three birds this time!).
♦ Go back (page-wise) to Latin America, India and East Asia. I feel I have been travelling a lot in Africa those days, and I would not mind a change of scenery.
♦ Go back to reading regional literature from Brittany. I used to love that and I kind of miss it despite having moved there recently. I am thinking about Tant que se dresseront les pierres by Marina Dédéyan that I bought a bit more than a year ago, my long-time favourite, Hervé Jaouen and maybe explore local book fairs and let myself be tempted?
♦ Read a few authors that I like but have not read for quite some time, both classics or modern. I am thinking about Jean Giono, Luis Sépulveda, Chitra Divakaruni (there is a lot of overlap with the previous item in my list here) and many others, including some classic like Emile Zola or Albert Camus.



Nothing very fancy or new in this list, but I think this is enough for this year. If I manage with this plan or at least this outline, I'll see if I venture in some more plans next year. I must admit I have a few ideas that I have been lingering over for quite some time now, and that I would love to put in action, at last! But that's for another thread, another year, another time!

Note: Ticked authors are those that I am reading or have read in 2020, as "planned" in this wishful list.

5raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 11:22am

New-to-me authors read in 2020 (in order of appearance)
Winter
John Agard (photographed by Caroline Forbes, copyright unknown)
Tierno Monénembo (copyright unknown)
Véronique Petit (copyright unknown)
Jo Hoestlandt (photo from LT)
Jorge Franco (photo from LT)
Auður Ava Ólafsdóttir (photo from LT)
Cho Nam-Joo (copyright unknown)
Ridvan Dibra (from editor's website)
Ahmet Altan (from editor's website)
Adrien Gygax (from editor's website)
Marc Nexon
Eugenio Corti (photo from LT)



Spring
Jacques Perret (photo from LT)
Xavier de Maistre (photo from LT)
David Fauquemberg (photo from Wikipedia)
Annemarie Schwarzenbach (photo from Wikipedia)
Annie Ernaux (photo from LT)
Boualem Sansal (photo from LT)
Robert Seethaler (photo from LT)
Józef Mackiewicz (photo from LT)
Rosa Parks (photo from Wikipedia)



Summer
Joris Chamblain (photo from LT)
Karina Sainz Borgo (photo from LT)
Rutu Briede
Pierrick Bourgault (photo from Babelio)
Jonathan Garnier (photo from Babelio)
Régis Hautière (photo from Babelio)
Chi Zijian (photo from LT)
Christine Sagnier
Magda Szabó (photo from LT)
Line Papin (from editor's website)
Richard Yates (photo from LT)
Kiran Millwood Hargrave (photo from Babelio)
Philippe Barbeau
Conceicão Evaristo (photo from LT)



Autumn
Samir Machado de Machado
Rachel Kadish
Faïza Guène
Marina Dedeyan
Antoine Rault
Robert F. Jones
Yaya Diomondé
Joël Alessandra et Lotfi Akalay
Fawzia Zouari
Sylvia Townsend Warner



6raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 11:25am

New-to-me words I have come across in 2020 reads and I had to look up in the dictionary (in order of appearance)
Definitions in French
broquette : (in Le Cheval rouge d'Eugenio Corti)
n. f. Petit clou à large tête.

protêt : (in Le Cheval rouge d'Eugenio Corti)
n. m. Acte authentique par lequel le porteur d'un effet de commerce (lettre de change, billet à ordre) fait constater que cet effet n'a pas été accepté par le tiré (protêt faute d'acceptation) ou qu'il n'a pas été payé à l'échéance (protêt faute de paiement).

carbet : (in Histoires sous le vent de Jacques Perret)
n. m. Grande case collective. Abri pour embarcations, engins de pêche (Antilles, Guyane française).

dégrad : (in Histoires sous le vent de Jacques Perret)
Mot non inclus dans mon édition du Petit Robert, définition issue de Wikipédia.
n. m. En Guyane, le terme dégrad désigne un lieu de mise à l'eau de chargement, déchargement des embarcations. L'aménagement est souvent rudimentaire voire a disparu.

galapiat : (in Histoires sous le vent de Jacques Perret)
n. m. Fam. Voir Vaurien, Polisson.

apophtègme : (in Histoires sous le vent de Jacques Perret)
n. m. Parole mémorable ayant une valeur de maxime.

stichomythie : (pas dans un livre, mais dans le "live" du monde du 3 avril, consacré à la lecture en temps de confinement, un mot qui a toute sa place ici!)
n. f. Hist. litt. Poème, dialogue de tragédie où les interlocuteurs se répondent vers pour vers.

diète : (in Pourquoi ? de Léon Tolstoï)
n. f. Hist. Se dit d'assemblées politiques, dans certains pays d'Europe (Allemagne, Suède, Pologne, Suisse, Hongrie).

cladistique : (in Leçon inaugurale de Philippe Descola)
Mot non inclus dans mon édition du Petit Robert (le mot clade y est mentionné), définition issue de Wikipédia.
n. f. La cladistique (ou systématique phylogénétique) est la théorie des clades et des cladogrammes (du grec ancien klados, signifiant « branche »), et de la reconstruction des relations de parenté entre les êtres vivants. Un clade (groupe monophylétique) est un groupe dont tous les membres sont plus apparentés entre eux qu'avec n'importe quel autre groupe.

hypostase : (in Leçon inaugurale de Philippe Descola)
n. f. Théol., philo. Substance, et spécialt. Chacune des trois personnes de la Trinité en tant que substantiellement disctincte des deux autres.

lipovan : (in Codine de Panaït Istrati)
adj. De la communauté des Lipovènes.
Les Lipovènes sont une communauté d’opposants aux réformes de l’église orthodoxe russe qui ont fui leur pays et se sont réfugiés dans le delta du Danube, alors territoire sous domination ottomane.
Définition glanée sur internet, le mot n'était pas recensé dans le Petit Robert.

luddisme : (in Tupinilândia de Samir Machado de Machado)
n. m. Hist. Destruction des machines industrielles, en Angleterre, par des ouvriers révoltés ; attitude ou pratique similaire dans les débuts de l'industrialisation.
de Lud, nom d'un personnage qui, dans un accès de colère, aurait détruit des métiers à tisser.

tudesque : (in De sang et d'encre de Rachel Kadish)
adj. Vx. Propre aux anciens Allemands, aux Allemands.

adamantin : (in De sang et d'encre de Rachel Kadish)
adj. Littér. Qui a la dureté, l'éclat du diamant.

vertugadin : (in De sang et d'encre de Rachel Kadish)
n.m. Ancienn. Bourrelet, cercle qui faisait bouffer la jupe autour des hanches ; robe munie de ce bourrelet.

ac(c)onier : (in De sang et d'encre de Rachel Kadish)
n.m. Patron d'un acon. Celui dont le métier est d'assurer l'embarquement ou le débarquement des marchandises, de les arrimer à bord d'un navire ou de les mettre en entrepôt.

vernier : (in L'Agonie des Grandes Plaines de Robert F. Jones)
n.m. Instrument formé de deux règles graduées, la plus grande fie, l'autre mobile, servant à la mesure précise des subdivisions d'une échelle.

7raton-liseur
Muokkaaja: lokakuu 22, 2020, 2:10pm

The complex art of numbering reviews
A stand-by project - Not for this year...

8raton-liseur
Muokkaaja: huhtikuu 5, 2020, 11:14am

Books read in Winter 2020
January
1. Je m’appelle LIVRE et je vais vous raconter mon histoire de John Agard, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Rose-Marie Vassallo et illustré par Neil Packer
2. (1) Les énigmes d’Aurel le Consul, tome 1 : Le Suspendu de Conakry de Jean-Christophe Rufin
3. (2) La Fille des neiges de Anonyme, traduit du russe (Russie) par Louis Léger et illustré par Aleksey Zuev
4. Sous ma couverture vit un ours blanc de Marcus Malte, illustré par Aurélie Guillerey
5. Le Temps volé de Chloé Duval
6. (3) Le Terroriste noir de Tierno Monénembo
7. Nevermoor, tome 2 : Le Wundereur ou Les missions de Morrigane Crow de Jessica Townsend, traduit de l’anglais (Australie) par Juliette Lê
8. Princesse Sara, tome 12 : Coupable ! de Audrey Alwett (texte) et Nora Moretti (illustrations)
9. (4) The Lives of Strangers de Chitra Banerjee Divakaruni
10. Vivre ses vies de petitvronique-Véronique Petit
11. (5) Bran Ruz de Claude Auclair (illustrateur) et Alain Deschamps (scénario)
12. Jefferson de Jean-Claude Mourlevat
13. Vue sur mer de Jo Hoestlandt



February
14. La prière des oiseaux de Chigozie Obioma, traduit de l’anglais (Nigeria) par Serge Chauvin
15. Dans la forêt, d’après le roman de Jean Hegland de Lomig
16. Elma, une vie d’ours, tome 1 : Le grand voyage d’Ingrid Chabbert (scénario) et Léa Mazé (illustrations)
17. (6) Matilda de Roald Dahl, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Henri Robillot
18. (7) Le Ciel à bout portant de Jorge Franco, traduit de l’espagnol (Colombie) par René Solis
19. Le Très Grand Vaisseau de Ange
20. Miss Islande de Auður Ava Ólafsdóttir, traduit de l’Islandais (Islande) par Eric Boury
21. Kim Jiyoung, née en 1982 de Cho Nam-Joo, traduit du coréen (Corée du Sud) par Pierre Bisiou et Kyungran Choi
22. (8) Le Petit Bala : La légende de la solitude de Ridvan Dibra, traduit de l’arménien (Arménie) par Evelyne Noygues
23. (9) Je ne reverrai plus le monde, textes de prison de Ahmet Altan, traduit du Turc (Turquie) par Julien Lapeyre de Cabanes
24. Se Réjouir de la fin d’Adrien Gygax
25. La Traversée de Pyongyang de Marc Nexon



March
26. Rana et le dauphin de Jeanne-A Debats
27. Hatchiko, chien de Tokyo de Claude Helft, illustré par Chen Jiang Hong
28. Elma, une vie d’ours, tome 2 : Derrière la montagne d’ Ingrid Chabbert (scénario) et Léa Mazé (illustrations)
29. (10) De la terre à l'assiette : 50 questions essentielles sur l'agriculture et l'alimentation de Marc Dufumier
30. Le Bébé tombé du train, ou quand l’amour d’une mère est plus fort que tout de Jo Hoestlandt, illustré par Andrée Prigent
31. Mon frère est un cheval / Mon cheval s’appelle Orage d’Alex Cousseau
32. Le Cheval rouge d’Eugenio Corti, traduit de l’italien (Italie) par Françoise Lantieri



Note: The first number helps me keeping track of the total number of books read since the beginning of the year. The second number, in parenthesis, is for tracking the number of owned physical books I have read (see my goal in post >2 raton-liseur:).

9raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 12:08pm

Books read in Spring 2020
April
33. Maître et serviteur de Léon Tolstoï, traduit du russe (Russie) par Ely Halpérine-Kaminsky
34. Contes et nouvelles, tome 4 : La Sonate à Kreutzer, suivi de Pourquoi ? de Léon Tolstoï, traduit du russe (Russie) par Ely Halpérine-Kaminsky
35. Anthropologie de la nature : Leçon inaugurale faite le jeudi 29 mars 2001 au Collège de France de Philippe Descola
36. (11) Histoires sous le vent de Jacques Perret
37. Le Lépreux de la cité d’Aoste de Xavier de Maistre
38. Ce Spot de Jack London, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Paul Gruyer et Louis Postif
39. (12) Bluff de David Fauquemberg
40. (13) Où est la terre des promesses ? : Avec Ella Maillard en Afghanistan (1939-1940) d’Annemarie Schwarzenbach, traduit de l’allemand (Suisse) par Dominique Laure Miermont
41. Le Meurtre de Roger Ackroyd d'Agatha Christie, traduit de l'anglais (Royaume-Uni) sans mention du traducteur ; lu par Guillaume Gallienne
42. Le Crime de l’Orient Express d’Agatha Christie, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) sans mention du traducteur ; lu par Samuel Labarthe
43. Les Anneaux de Bicêtre de Georges Simenon ; adapté par Pierre Assouline et lu par Thierry Hancisse
44. Le Père Goriot d’Honoré de Balzac ; adapté par Cédric Aussir et lu par Michel Vuillermoz
45. Un Roi sans divertissement de Jean Giono ; adapté par Laure Egoroff et lu par Vincent Viotti
46. Les Années d’Annie Ernaux ; adapté par Sophie Lemp et lu par Ludmilla Mikael et Marina Moncade
47. Les Quatre Filles du Docteur March de Louisa May Alcott, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anne Joba
48. Les Démons de Fiodor Dostoievski, traduit du russe (Russie) par André Markowicz ; adapté par Olivier Rohé et Arno Bertina et lu collectivement
49. L’enfant invisible, extrait des Pommes d’or du soleil de Ray Bradbury, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) sans mention du traducteur ; lu par Raymond Gérôme
50. La mystérieuse visite (extraits) de H.G. Wells, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) sans mention du traducteur ; lu par Jean Weber
51. Ylla, extrait de Chroniques martiennes de Ray Bradbury, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Jacques Chambon et Henri Robillot ; lu par Elodie Huber
52. La Corne de brume, extrait des Pommes d’or du soleil de Ray Bradbury, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Richard Negrou ; lu par Hervé Pierre
53. Les Mains d’Anicette de René Barjavel ; lu par Jean Le Poulain
54. Jane Eyre de Charlotte Brontë, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) sans mention du traducteur ; adapté par Pauline Thimonnier et lu par Julie-Marie Parmentier




May
55. (14) La Voie cruelle : Deux femmes, une Ford vers l’Afghanistan d’Ella Maillart, transcrit de l’anglais par l’auteur
56. Jack Palmer, tome 15 : Palmer en Bretagne de René Pétillon
57. 2084 : La Fin du monde de Boualem Sansal
58. (15) Un Chant céleste de Yan Lianke , traduit du chinois (Chine) par Sylvie Gentil
59. (16) Le Champ de Robert Seethaler, traduit de l'allemand (Autriche) par Elisabeth Landes



June
60. Plus loin que l’hiver d’Isabel Allende, traduit de l’espagnol (Chili) par Jean-Claude Masson
61. Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l’école des sorciers de J.K. Rowling, traduit de l’Anglais (Royaume-Uni) par Jean-François Ménard ; lu par Bernard Giraudeau
62. L'Affaire du colonel Miassoïedov de Józef Mackiewicz, traduit du polonais (Pologne) par Laurence Dyevre
63. Mon histoire : Une vie contre la ségrégation raciale de Rosa Parks avec Jim Haskins, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Julien Bordier



Note: The first number helps me keeping track of the total number of books read since the beginning of the year. The second number, in parenthesis, is for tracking the number of owned physical books I have read (see my goal in post >2 raton-liseur:).

10raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 12:22pm

Books read in Summer 2020
July
64. Les carnets de Cerise, tome 1 : Le Zoo pétrifié de Joris Chamblain (scénario) et Aurélie Neyret (illustrations)
65. Les carnets de Cerise, tome 2 : Le Livre d’Hector de Joris Chamblain (scénario) et Aurélie Neyret (illustrations)
66. Les carnets de Cerise, tome 3 : Le Dernier des Cinq Trésor de Joris Chamblain (scénario) et Aurélie Neyret (illustrations)
67. Les carnets de Cerise, tome 4 : La Déesse sans visagede Joris Chamblain (scénario) et Aurélie Neyret (illustrations)
68. Les carnets de Cerise, tome 5 : Des Premières Neiges aux Perséides de Joris Chamblain (scénario) et Aurélie Neyret (illustrations)
69. (17) La Fille de l'Espagnole de Karina Sainz Borgo , traduit de l'espagnol (Vénézuela) par Stéphanie Decante
70. (18) Le Mystère de la reine des mouettes de Rutu Briede, traduit du letton (Lettonie) par Emmanuèle Sandron
71. (19) Francis, l’artisan du bois de Pierrick Bourgault
72. Momo, tomes 1 et 2 de Jonathan Garnier (scénario) et Rony Hotin (illustrations)
73. Refus d’obéissance de Jean Giono ; lu par Denis Podalydès
74. La Guerre des Lulus, tomes 1 à 5 de Régis Hautière (scénario) et Hardoc (illustrations)
75. (20) Neige et corbeaux de Chi Zijian, traduit du chinois (Chine) par François Sastourné

August
76. (21) Les Roses de Verdun de Bernard Clavel
77. La Lettre de réclamation de Christine Sagnier
78. (22) Le Maître de l’arc de Viviane Moore et Stéphane Berland
79. (23) La Porte de Magda Szabó, traduit du hongrois (Hongrie) par Chantal Philippe
80. (24) Les Os des filles de Line Papin

September
81. (25) La Fenêtre panoramique de Richard Yates, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Robert Latour
82. Eva Charlebois de Maurice Genevoix
83. Les Graciées de Kiran Millwood Hargrave, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Sarah Tardy
84. Codine de Panaït Istrati
85. (26) Neige-Blanche et les sept géants de Philippe Barbeau
86. (27) Ses yeux d’eau de Conceição Evaristo, traduit du portugais (Brésil) par Izabella Borges

Note: The first number helps me keeping track of the total number of books read since the beginning of the year. The second number, in parenthesis, is for tracking the number of owned physical books I have read (see my goal in post >2 raton-liseur:).

11raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 12:26pm

Books read in Autumn 2020
October
87. (28) Les Deux nigauds de la Comtesse de Ségur
88. Tupinilândia de Samir Machado de Machado, traduit du portugais (Brésil) par Hubert Tézenas
89. (29) Salina : Les trois exils de Laurent Gaudé
90. De Sang et d'encre de Rachel Kadish, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Claude Demanuelli et Jean Demanuelli

November
91. (30) La Discrétion de Faïza Guène
92. (31) Tant que se dresseront les pierres de Marina Dedeyan
93. La Danse des Vivants de Antoine Rault

December
94. L’Agonie des Grandes Plaines de Robert F. Jones, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Béatrice Vierne
95. (32) Abobo Marley de Yaya Diomondé
96. (33) Les Voyages d’Ibn Battûta de Joël Alessandra (scénario et illustrations) et Lotfi Akalay (scénario)
97. Valentine d’Arabie : La nièce oubliée de Lamartine de Fawzia Zouari
98. (34) La République du bonheur de Ogawa Ito, traduit du japonais (Japon) par Myriam Dartois-Ako
99. La Grosse de Sandrine Collette ; lu par India Hair
100. (35) Lolly Willowes de Sylvia Townsend Warner
101. Lucky Luke : Un cowboy dans le coton

Note: The first number helps me keeping track of the total number of books read since the beginning of the year. The second number, in parenthesis, is for tracking the number of owned physical books I have read (see my goal in post >2 raton-liseur:).

12raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 12:29pm

New books bought or received in exchange for a review in Winter 2020
January
Bought
1. The Book of Dust, volume 1: La Belle Sauvage de Philip Pullman
2. Ma Maman de Li Kunwu

Netgalley
La prière des oiseaux de Chigozie Obioma, traduit de l’anglais (Nigeria) par Serge Chauvin
Vivre ses vies de Véronique Petit

Masse critique Babelio
Le Ciel à bout portant de Jorge Franco, traduit de l’espagnol (Colombie) par René Solis




February
Bought
3. La Fille de l'Espagnole de Karina Sainz Borgo, traduit de l'espagnol (Vénézuela) par Stéphanie Decante
4. Je ne reverrai plus le monde, textes de prison de Ahmet Altan, traduit du Turc (Turquie) par Julien Lapeyre de Cabanes
5. Judas d'Amos Oz, traduit de l'hébreu (Israël) par Sylvie Cohen
6. Le Champ de Robert Seethaler, traduit de l'allemand (Autriche) par Elisabeth Landes

Netgalley
Kim Jiyoung, née en 1982 de Cho Nam-Joo, traduit du coréen (Corée du Sud) par Pierre Bisiou et Kyungran Choi
L'Affaire du colonel Miassoïedov de Józef Mackiewicz, traduit du polonais (Pologne) par Laurence Dyevre
Le Cheval rouge d’Eugenio Corti, traduit de l’italien (Italie) par Françoise Lantieri
Se Réjouir de la fin d’Adrien Gygax
La Traversée de Pyongyang de Marc Nexon

Masse critique Babelio
De la terre à l'assiette : 50 questions essentielles sur l'agriculture et l'alimentation de Marc Dufumier




March
Nothing, due to a combination of self limitation and confinement measures enforced in France. Not the best reason to decrease my book-related expenses...

Note: Ticked titles are books that I am reading or have read in 2020.

13raton-liseur
Muokkaaja: heinäkuu 17, 2020, 5:53am

New books bought or received in exchange for a review in Spring 2020
April
Nothing, again. This experience shows that I am not addicted to book-buying, as I have not developped withdrawal symptoms, but it is not a pleasant situation.

May
Netgalley
Plus loin que l’hiver d’Isabel Allende, traduit de l’espagnol (Chili) par Jean-Claude Masson

June
Bought
7. Neige et corbeaux de Chi Zijian, traduit du chinois (Chine) par François Sastourné
8. La Femme gelée d'Annie Ernaux



Note: Ticked titles are books that I am reading or have read in 2020.

14raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 12:31pm

New books bought or received in exchange for a review in Summer 2020
July
Bought
9. Comme une blessure de sabre de Ahmet Altan, traduit du turc (Turquie) par Alfred Depeyrat
10. L'Amour au temps des révoltes de Ahmet Altan, traduit du turc (Turquie) par Alfred Depeyrat
11. Harlem Quartet de James Baldwin, traduit de l'anglais (Etats-Unis) parChristiane Besse
12. La Porte du ciel de Dominique Fortier
13. La Mort en Perse d'Annemarie Schwarzenbach, traduit de l'allemand (Suisse) par Dominique Laure Miermont
14. The Godfather de Mario Puzo
15. Le Maître de l'Arc de Viviane Moore et Stéphane Berland

Masse critique Babelio
Francis, l'artisan du bois de Pierrick Bourgault
Le Mystère de la reine des mouettes de Rutu Briede, traduit du letton (Lettonie) par Emmanuèle Sandron

*

August
Nothing, and this is not pandemic-related. Just busy reading and doing some home improvments, so I did not make time to wander in bookshops!

September
Netgalley
Les Graciées de Kiran Millwood Hargrave, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Sarah Tardy
De Sang et d'encre de Rachel Kadish, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Claude Demanuelli et Jean Demanuelli
Tupinilândia de Samir Machado de Machado, traduit du portugais (Brésil) par Hubert Tézenas

Masse critique Babelio
Ses yeux d’eau de Conceicão Evaristo, traduit du portugais (Brésil) par Izabella Borges


Note: Ticked titles are books that I am reading or have read in 2020.

15raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 12:33pm

New books bought or received in exchange for a review in Autumn 2020
October
First time in a bookshop since end of July! It was only a fifteen minutes visit, but I managed to buy a few books for myself. Hardcover books, which I rarely buy those days, but who can resist the new Carole Martinez? And a third book, as I was waiting for this one to be published as paperback to buy it.
Bought (birthday present, does it count as bought?)
16. Les Roses fauves de Carole Martinez
17. La Discrétion de Faïza Guène
18. Salina de Laurent Gaudé

November
I placed an order at my usual bookshop. We are told we should support bookshops so I have bought a few mangas to P'tit Raton and M'ni Raton (while they are supposed to use their own money for that sort of books), and I could not resist but to buy one book for myself.
Bought
19. Abobo Marley de Yaya Diomondé

Netgalley
L’Agonie des Grandes Plaines de Robert F. Jones, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Béatrice Vierne
Valentine d’Arabie : La nièce oubliée de Lamartine de Fawzia Zouari

December
Bought (christmas list, does it count as bought?)
20. Un Eté en vêtements de deuil de Akira Yoshimura, traduit du japonais (Japon) par Rose-Marie Makino
21. Lolly Willowes de Sylvia Townsend Warner
22. La République du bonheur de Ogawa Ito, traduit du japonais (Japon) par Myriam Dartois-Ako

Properly bought
23. La Colère des aubergines de Bulbul Sharma, traduit de l'anglais (Inde) par Dominique Vitayos
24. Un lieu à soi de Virginia Woolf, traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Marie Darrieussecq

Netgalley
La Mort citoyenne de Corinne Jacquemin

Masse critique Babelio
Les Voyages d’Ibn Battûta de Joël Alessandra (scénario et illustrations) et Lotfi Akalay (scénario)


Note: Ticked titles are books that I am reading or have read in 2020.

16raton-liseur
Muokkaaja: helmikuu 29, 2020, 11:56am

Everything is now set, nice and neat.
Time to go to the actual reading, and reviewing!

17raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 4, 2020, 11:56am

1. Je m’appelle LIVRE et je vais vous raconter mon histoire de John Agard, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Rose-Marie Vassallo et illustré par Neil Packer
(Translated from the English Book: My autobiography)



Lorsque j’ai vu ce livre sur les étagères que M’man Raton a faites pour ses petits enfants, je n’ai pas pu résister, bien que je ne sois pas un de ces petits-enfants. Mais comment un raton-liseur pourrait-il résister à cette belle couverture intrigante en noir et blanc et à ce titre, encore plus irrésistible dans la traduction française qu’en anglais ? C’est donc avec ce livre que j’ai fait le saut d’une année à l’autre, et je me dis que c’est de bon augure pour mes lectures de l’année !
De quoi est-il question ? Non pas d’un livre et de son histoire, mais de l’histoire de l’idée de livre. De la tradition orale à l’invention de l’imprimerie et même des livres électroniques, on suit les métamorphoses de l’objet livre, d’abord tablette d’argile, puis papyrus, vélin, bois et enfin circuits électroniques. La première partie du livre est passionnante à lire. J’aurais dû le préciser plus tôt, il s’agit d’un livre pour enfant, il ne faut donc pas s’attendre, en tant qu’adulte, à apprendre beaucoup de choses sur la naissance de l’écriture et les premiers supports livresques, mais l’écriture est enlevée, et j’ai tout de même appris quelques petites anecdotes, en particulier l’origine du mot parchemin ou de la racine biblio.
Il est dommage que la seconde partie du livre, après l’invention de l’imprimerie ne soit pas aussi claire et aussi travaillée, car il me semble qu’un jeune lecteur pourrait facilement s’y perdre, mais la réflexion sur la différence entre contenu du livre et support qu’elle peut permettre d’initier me paraît intéressante. C’est dommage, à mon avis, que le livre électronique soit considéré comme un cousin du livre, alors qu’il en est seulement une nouvelle incarnation, mais justement, il y a là matière à débat et ce livre peut en être un bon initiateur.
Et, même si ce livre n’est pas dans la liste recommandée par l’Education Nationale, je me vois bien le lire à mes élèves d’une dizaine d’année. Leur faire partager la passion pour les livres, une certaine fascination pour leur support et pour tout ce qu’ils permettent. Sans oublier que notre pratique de la lecture a tellement évolué qu’il est bon de relativiser les pessimistes : « La lecture se perd, mon bon m’sieur. Ah, les jeunes d’aujourd’hui... ». Oui, la lecture se perd, mais la lecture populaire n’a vécu que pendant quelques décennies, à peine deux siècles, une période de l’histoire bien courte, dont je suis heureuse d’avoir fait partie, mais c’est nous, les rats de bibliothèques et autres ratons liseurs qui sommes les exceptions, pas le contraire, ce livre le rappelle en creux, et sans défaitisme.

18dchaikin
tammikuu 4, 2020, 5:07pm

Happy New Year 🦝. I'll try to follow again this year, dependent on the oddities of Google Translate. I enjoyed following you over the last year.

19raton-liseur
tammikuu 5, 2020, 8:13am

>18 dchaikin: Thanks Dan, happy new year too, and thanks for the nice emoji!
I'm looking forward to your thread too!

20Petroglyph
tammikuu 5, 2020, 9:57am

Following along, again. Curious to see what unexpected books you make me hungry for. Peut-être je commenterai même en français!

21raton-liseur
tammikuu 5, 2020, 10:11am

>20 Petroglyph: Thanks for dropping by! English or French, feel free to use whichever language you want!

22Dilara86
tammikuu 5, 2020, 10:17am

>17 raton-liseur: Je te suis sur toute la ligne !
Est-ce que ça t'arrive souvent de lire des livres documentaires à tes élèves ? Je trouve ça très bien, entre autres parce que varier les genres permet de toucher différents enfants. Je ne pense pas en avoir étudié ne serait-ce qu'un à l'école. Ma fille non plus, d'ailleurs.

23raton-liseur
tammikuu 5, 2020, 10:28am

>22 Dilara86: Nous étudions parfois des textes documentaires, pas des livres en entier. C'est dans les programmes depuis quelques années et je trouve cela très bien car les codes de lectures sont différents et méritent d'être appris.
Je n'en ai jamais lu à mes élèves pour le plaisir, mais si j'ai l'occasion (probablement pas cette année, hélas), je crois que je tenterais bien l'expérience avec celui-là!

24rachbxl
tammikuu 5, 2020, 11:47am

Happy New Year, raton! I’ll be following you reading again this year, and the book you’ve started 2020 with sounds intriguing. Shame the second part didn’t live up to the first.

25raton-liseur
tammikuu 5, 2020, 12:32pm

>24 rachbxl: Thanks for dropping by! Still a book worth reading, if you are in the right mood or right age for that!

26raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 12:34pm

2. (1) Les énigmes d’Aurel le Consul, tome 1 : Le Suspendu de Conakry de Jean-Christophe Rufin
(Not translated into English)



Les hiérarchies administratives africaines ont leurs codes. L’un d’eux, le principal peut-être, est la température. Plus un personnage occupe une fonction importante, plus son bureau est réfrigéré.
(p. 162, Chapitre 7).

J’ai découvert Jean-Christophe Rufin il y a bien longtemps, avec L’Abyssin, un superbe souvenir de lecture de mes nuits burundaises solitaires, ah ça ne me rajeunit pas tout ça… J’avais enchaîné avec la suite, Sauver Ispahan, puis Asmara ou les causes perdues, une autre très bonne lecture, dans une autre veine. J’avais été moins séduite par les livres suivants et j’avais même fini par ne plus regarder que de loin les livres estampillés Rufin sur les tables de nouveautés.
Avec la parution récente en poche de ce petit opus, je me suis dit qu’il était temps que je sorte de ma bouderie, et la loufoquerie de la couverture ainsi que l’étrange titre me faisaient espérer que Rufin était revenu au temps où il ne se prenait pas au sérieux. Un petit pari, donc, et qui m’a vraiment réussi.
Le personnage d’Aurel Timescu serait insupportable dans la vraie vie, mais est délicieux comme anti-héros justicier. L’Afrique de Rufin est celle de tous les jours, sans grand poncif mais avec un œil exercé et une plume qui peut être corrosive. Dupertuis est en cela un superbe personnage, plein de bienveillance en même temps que d’un paternalisme inconscient mais mal placé, il me fait penser à beaucoup de mes collègues de mes années africaines, et à moi aussi qui ne suis pas exonérée de ces travers.
Ah, au fait, c’est un roman policier (enfin, au sens de crime et d’enquête, Aurel faisant partie de ces amateurs éclairés, dans la lignée des Hercule Poirot et autres Rouletabille), j’allais oublier de le préciser. Car en effet, cela a peu d’importance. L’enquête n’est que prétexte. En grand touche-à-tout, Jean-Christophe Rufin, après le roman historique, le roman d’anticipation, le récit de voyage et que sais-je encore, s’essaie à un nouveau genre, un genre souvent qualifié de mineur, et c’est là qu’il excèle. Non en en respectant les codes, mais juste comme un prétexte, pour nous promener dans Conakry, d’un bout à l’autre de la ville et du spectre social.
A ne pas lire pour la complexité de l’intrigue, donc. Mais à lire pour sa plume et ses coups d’œil qui font mouche, pour un peu d’expatriation par livre interposé, mais avec des vrais morceaux dedans !

27raton-liseur
tammikuu 8, 2020, 2:53am

I just reworked all my introduction posts. I wanted to go quick and to the point this year, but I was not happy with it, so rewrote them yesterday. It's talkative, but I feel it reflects better my current reading status...
Now I need to make this bedside table list I decided to wrok through. Work in progress!

28raton-liseur
tammikuu 8, 2020, 5:09am

3. (2) La Fille des neiges de Anonyme, traduit du russe (Russie) par Louis Léger et illustré par Aleksey Zuev
(Not translated into English)



Elle connaissait le caractère sauvage de sa fille, et craignait que leur bonheur soit tout aussi fragile qu’une fine couche de glace au début du printemps. (p. 21).

Je ne sais pas tout à fait d’où je connais cette histoire du folklore russe, mais l’offre des éditions Macha lors de la dernière masse critique de Babelio m’a tout de suite donné envie de découvrir ce petit opus.
Et ce fut un plaisir. Un peu tardif pour la saison, quoique je ne sais pas si c’est plutôt un conte d’hiver ou un conte de printemps. Snégourotchka est une figure très populaire du folklore russe. Et les versions sont probablement aussi nombreuses que le nombre de babouchka dans cet immense pays dont j’imagine qu’une grande partie est actuellement sous la neige.
C’est un conte doux-amer, comme le sont beaucoup des contes populaires avant de devenir des contes pour enfants. Ce livre en restitue la saveur et la complexité, même si cela signifie que je ne suis pas certaine de savoir comment l’interpréter. Peut-être que les choses ne durent pas et qu’il faut savoir les apprécier quand elles sont là, peut-être que l’on ne peut aller contre sa vraie nature. C’est un beau conte poétique qui fait naître beaucoup d’images, et les illustrations aident à cela.
Le livre est annoncé comme étant l’œuvre d’Aleksey Zuev. C’est en fait un artiste, qui a réalisé l’ensemble des illustrations. Je ne le connais pas, mais j’aime ce qu’il a réalisé ici. Des dessins à la fois simples et pleins de détails, d’une grande douceur et de multiples couleurs. Toute la froideur de l’hiver et la chaleur d’un foyer dans une même image. Une belle lecture pour le début de l’hiver, pour la fin de l’hiver et le début du printemps, un beau dépaysement qui souffle le froid et le chaud en même temps.

29raton-liseur
Muokkaaja: helmikuu 2, 2020, 8:54am

First-ever bedside table list
La prière des oiseaux de Chigozie Obioma, traduit de l’anglais (Nigeria) par Serge Chauvin (kind of a compulsory read, as I just got it from netgalley, so thrilled!…)
The Lives of Strangers de Chitra Banerjee Divakaruni
La Marche de Radetzky de Joseph Roth, traduit de l’allemand (Autriche) par Blanche Gidon
La Porte de Magda Szabó, traduit de l’allemand (Autriche) par Blanche Gidon
Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro et Cornelia Funke, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Christophe Rosson
Suzanne de Frédéric Pommier
Un Chant céleste de Yan Lianke , traduit du chinois (Chine) par Sylvie Gentil
Sur la tombe du marin ne fleurissent pas les roses... de Joachim Lehnhoff, traduit de l'allemand (Allemagne) par R.Jouan



Note: Ticked titles are books that I am reading or have read between the time I have issued this list and the time I will have issued the next one.

30dchaikin
tammikuu 8, 2020, 1:51pm

I like your new intro and love your bedside list. Curious of the English title of the Obioma. Interesting about the Russian folktales.

31raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 8, 2020, 3:25pm

>30 dchaikin: Thanks! Hope it will lead to interesting reads, both for me and to share here.
If I remember correctly, you're the one who made me discover Obioma. At the time I read yourreview of A Orchestra of Minorities, there was only one book available in French, Les Pêcheurs (The Fishermen) that I read at the end of 2019 and have not reviewed yet.
La Prière des oiseaux original title is An Orchestra of Minorities, which is the one I reallt wanted to read, so I'm happy I got it on netgalley, so that I don't have to wait for the paperback edition! I hope I'll enjoy it as much as you did.
As far as I can tell, these are the only two novels he wrote so far.

32dchaikin
tammikuu 8, 2020, 5:34pm

I was hoping it was that Obioma (but it’s an oddly different title) And I’m hope you get something good out of it.

33lilisin
tammikuu 9, 2020, 9:53pm

So happy to see that you are making Club Read your permanent home! I'm very much looking forward to once again lurking (and occasionally) commenting on your thread.

As for your first bedside table list I also have Un chant céleste ready to go soon for reading. Having traveled in China for the first time over the Christmas break I've been wanting to get to the Chinese literature I have on my pile, and bonus, the books are on my French TBR pile which needs to be read. Perhaps we'll end up reading the book more or less together and will get to compare notes.

I also have The Radetsky March on my pile, a book I started 10 years ago but never finished as grad school was way too busy for me to focus on reading. Unfortunately that book is not here with me in Japan so I'll have to content myself for now with your thoughts on the book.

In any case, looking forward to 2020 with you!

34raton-liseur
tammikuu 10, 2020, 4:04am

>33 lilisin: Thanks for your nice message, lilisin.
I think Un chant céleste might come soon on the top of the pile, so yes, it would be nice to compare notes!
Reagrding La Marche de Radetszky, I am considering it, but it might be too heavy a reading for the moment.

35raton-liseur
tammikuu 10, 2020, 4:06am

4. Sous ma couverture vit un ours blanc de Marcus Malte, illustré par Aurélie Guillerey
(Not translated into English)



Mon ami l’ours est venu jusqu’ici à la nage ou en luge, je ne sais plus, ou peut-être à skis, ou encore en patins à glace, ou bien tout à la fois. Un si long chemin, et tout ça pourquoi ? Pour me voir, moi !
Heureusement, il avait son bonnet. Il n’a pas attrapé froid.
(p. 16).

Marcus Malte est un auteur qu’on retrouve sur à peu près toutes les étagères d’une librairie. Il est bien sûr connu pour ses livres noirs, mais aussi la littérature générale, qui lui a valu un Prix Fémina, mais il écrit aussi pour les enfants, les grands et même les tout petits. Et, même si ce Prix Fémina, Le Garçon, lu il y a tout juste un an, ne m’a pas emballée, j’étais très curieuse de découvrir sa littérature enfantine.
C’est donc avec beaucoup de curiosité que j’ai sorti ce livre des réserves de la bibliothèque, et je crois bien que je vais le remettre dans les bacs pour les emprunts ! C’est un joli petit livre tout plein de poésie. Il y a bien un ours blanc sous ma couverture de cette petite fille aux longues nattes noires, et c’est toute son histoire qu’elle nous raconte, comment il vivait sur la banquise, comment il a fait tout ce trajet rien que pour la rencontrer (tellement mignon…).
Cette petite histoire est vraiment chouette, on est complètement du côté de la petite fille, que ce soit dans le texte avec un ours qui a toute une histoire, ou dans les illustrations avec un ours bien vivant. Alors bien sûr, je lis cette histoire avec mes yeux d’adulte, et je vois bien que c’est juste sa peluche que cette petite fille décrit, mais probablement sa peluche la plus importante, celle qui est tous les soirs sous la couverture, qui la réchauffe quand il fait noir et solitaire. Mais c’est mon interprétation à moi, et rien dans le livre ne me donne raison. C’est ce que j’ai le plus aimé, on reste toujours dans la tête de la petite fille : il n’y a pas de parents dans cette histoire, ils sont vite évacués au début, aucun regard d’adulte, et l’ours restera du début à la fin un vrai ours aussi grand que dans nos rêves de banquise. Un moment d’enfant, du début à la fin, de simple et complète innocence.
Et comme mon M’ni Raton à moi a de longs cheveux très noirs et qu’elle s’est approprié la grosse peluche ours blanc de son papa, c’est peut-être un encore plus joli livre pour moi, même si M’ni Raton n’est plus si mini que ça !

36raton-liseur
tammikuu 10, 2020, 10:32am

5. Le Temps volé de Chloé Duval
(Translated into English as Stolen Time)



Comment procrastiner quand on a un peu mal à se concentrer sur le travail qui attend ? Il semblerait que la réponse pour moi soit de lire un roman à l’eau de rose. Celui-là aussi était gracieusement téléchargé sur la liseuse que j’ai acheté il y a quelques mois, et la couverture me faisait espérer une histoire de cow-boy, ce qui n’est pas pour me déplaire. Il n’en ai rien, mais, une fois revenue de ma surprise, je me suis plutôt bien amusée à lire cette histoire pleine d’une gentille naïveté, mais écrite avec un mordant et un sens du détail plutôt bienvenu.
Deux histoires en parallèle, celle d’amants séparés il y a de cela quarante-trois ans par un hasard capricieux et contraire, et celle d’aujourd’hui, entre la prof fleur bleue et le beau guide touristique (qui monte à cheval, c’est le Far West breton, mais le Far West quand même finalement !).
La narration est agréable, donc même si ce livre ne révolutionne pas ma façon de penser (mais ce n’est pas ce que je lui demandais), il fut agréable à lire. A déplorer seulement, les coquilles un peu trop nombreuses dans mon édition numérique, surtout dans les cent dernières pages (la meilleure : « il avait été mon rock (sic), mon port d’attache. » Elle m’a bien fait sourire celle-là!), qui laissent supposer un travail de correction et d’édition un peu trop rapide. Mais bon, une bonne lecture pour les adeptes des romances modernes mais toutes pleines de retenue.

37raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 22, 2020, 12:17pm

6. (3) Le Terroriste noir de Tierno Monénembo
(Not translated into English)



- Mais c’est comme si vous vouliez libérer vos maîtres. Des nègres se battent pour la France et des Français pour l’Allemagne !
- Cela a un nom, Germaine, la foutaise humaine.

(p. 140).

C’est, comment dire… assez gênant de se mettre à écrire cette note de lecture. Gênant non pas à cause de ce livre dont j’ai, je le dis d’emblée, apprécié la lecture du début à la fin, mais gênant pour ce que cela dit de moi. D’autant que je me targue de beaucoup lire sur la guerre, de savoir réfléchir par moi-même et de ne pas me laisser imposer les diktats de la pensée à la mode.
Si j’ai acheté ce livre relativement récemment, j’en avais entendu parler lors de sa parution. Je me souvenais qu’il s’agissait de l’histoire d’un tirailleur sénégalais recueilli dans un village à la fin de la guerre. Qui dit tirailleur Sénégalais dit première guerre mondiale, n’est-ce pas. A ce sujet, les premières pages de ce livre sont déroutantes, les faits ne collent pas, et il m’a fallu quelques pages pour me rendre à l’évidence, c’est de la Seconde Guerre Mondiale qu’il s’agit. Des tirailleurs sénégalais en 1940 ??? Je ne sais pas pourquoi, je n’y avais jamais pensé. Tierno Monénembo évoque aussi la présence de soldats venus d’Indochine et d’autres colonies, il fait allusion à d’autres guerres, dont celle de 1870. Et là, tout à coup, avec ce livre, c’est tout un pan de mes certitudes historiques qui s’effondrent.
Je me sens bête parce que j’aurais dû m’en douter. Si des hommes étaient venus des colonies pour se batter en 1914, pourquoi n’en aurait-il pas été de même en 1939 ? Pourquoi avais-je circonscrit la question des tirailleurs sénégalais (pas Sénégalais pour deux sous dans ce roman historique) à la première guerre mondiale ? Parce que la défaite de 1940 avait été si rapide qu’on n’avait pas eu le temps de les faire venir ? Parce que l’on s’est aussi battu en Afrique (on a tous appris à l’école les dates de la bataille d’El-Alamein) ? Des excuses tout cela, pour essayer de masquer mon erreur qui, une fois ce livre refermé, ma paraît encore monumentale et impardonnable.
Mais ce livre a eu le mérite de me faire découvrir tout un pan de la Seconde Guerre Mondiale que j’ignorais complètement. La présence de tirailleurs sénégalais, mais aussi le fait qu’au moins l’un d’entre eux (et s’il y en a eu un, j’aurais du mal à croire qu’il fut le seul) est devenu un résistant notoire. Reconnu sur le tard, mais c’est une autre histoire. Car le personnage de ce livre a existé. Autre surprise pour moi, ce n’est pas d’un roman à proprement parlé que j’ai lu, mais la vie romancée d’Addi Bâ, un résistant du maquis des Vosges dont l’existence et les actions sont historiquement documentées.

Mais assez parlé du contexte historique. Il est important et passionnant, mais ce n’est pas tout ce qu’il y a de bien à propos de ce livre. C’est aussi un vrai roman, que j’ai apprécié de lire de la première à la dernière page. Je suis de ceux qui pensent qu’un écrivain peut écrire sur ce qu’il veut, sans se limiter à la culture dont il est originaire. Mais tout de même, un guinéen qui prend la voie d’une vieille dame âgée qui n’a pour ainsi dire jamais quitté ses Vosges natales, c’est culotté. Certes, je ne suis pas vosgienne, je ne connais pas les particularités du dialecte local, mais j’y ai cru du début à la fin. Cette voix qui se souvient et qui raconte, dans ses particularités et dans ses circonvolutions, ces détails insignifiants, ces zones d’ombre.
La voix ne reste pas aussi naturelle pendant tout le livre. Les premières pages sont excellentes pour mettre le lecteur dans l’ambiance instantanément. Puis l’écriture devient plus conventionnelle, pour ne pas être trop lourde, et pour que la figure d’Addi Bâ soit sur le devant de la scène.
Un très beau livre, et ma note de lecture élégiaque ne lui fait peut-être même pas justice. Un livre agréable et intéressant, qui a remis beaucoup de choses en question pour moi, qui me fera réfléchir pendant un bon bout de temps et qui me donnera beaucoup à penser pour un bon petit moment. Merci Monsieur Monénembo. Je vous découvre sur le tard, mais ce n’est qu’un début, c’est certain.

38dchaikin
tammikuu 16, 2020, 10:00pm

>37 raton-liseur: it’s fascinating how much more complex and interwoven history is then we typically realize.

39raton-liseur
tammikuu 19, 2020, 9:17am

>38 dchaikin: Agreed, and even when you think you understand a subject fairly well (I am nothing close to an historian, but thought of myself as fairly aware of the Second World War matter in France). This book was quite sobering, in a good way.

Something I did not mention in my review is that I wonder to whom this book was written for. I suspect Tierno Monénembo had both the French and African audiences in mind. In some parts, it is fairly didactic about what the Resistance was, probably aiming at an audience that know very little. And at the same time, it deals with little known facts. A good mix, and a book that can be read by many.
I hope one day it will be translated into English, but it seems none of his books have been translated yet. If this is right, it's a shame as it is worth reading, not only for a French-speaking audience.

40raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 19, 2020, 9:19am

7. Nevermoor, tome 2 : Le Wundereur ou Les missions de Morrigane Crow de Jessica Townsend, traduit de l’anglais (Australie) par Juliette Lê
(Translated from the English Wundersmith: The Calling of Morrigan Crow)



Et voilà, deuxième tome terminé ! J’avais trouvé le premier tome bien, mais j’avais émis quelques réserves, mais M’ni Raton ayant vraiment aimé et beaucoup ri, elle a insisté (bon, pas trop longtemps, j’étais plutôt consentante) pour que l’on enchaîne avec la lecture de ce second tome.
Si M’ni Raton a autant aimé et autant ri (voire plus) que pour le premier tome, moi et M’sieur Raton (qui écoute la lecture aussi, ça fait très veillée d’antan, notre histoire!) avons été plutôt déçus. Le livre semble écrit à la va-vite, avec beaucoup moins d’imagination, moins de scènes cocasses, et un humour qui repose plus sur les gros mots prononcés par les personnages que sur des répliques bien trouvées. De plus, l’histoire n’avance pas vraiment et, une fois le livre refermé, j’ai un peu l’impression de ne rien avoir eu à me mettre sous la dent.
Certes, il y a quelques petits points positifs. Les gentils qui ne sont pas toujours aussi gentils qu’on le croit, les méchants non plus d’ailleurs. Et puis des gens meurent dans cette histoire, et on apprend à l’accepter, tout ne peut pas toujours être rose et finir parfaitement.
Mais le troisième tome est seulement annoncé pour la publication en anglais quelque part en 2020, et même si la traduction française suit de près, on verra si M’ni Raton veut y revenir ou si elle aura passé l’âge de ces frivolités !

41raton-liseur
tammikuu 19, 2020, 9:21am

8. Princesse Sara, tome 12 : Coupable ! de Audrey Alwett (texte) et Nora Moretti (illustrations)
(Not translated into English)



Un dernier tome raté, et raté à plus d’un titre ! D’abord parce que c’est plus du remplissage de pages qu’un nouvel épisode. Le tome précédent ressemblait à du grand n’importe quoi, mais avait encore un peu de contenu, là je n’ai rien eu à me mettre sous la dent, tout sonne creux et même les robes, qui sont, depuis quelques tomes, un des principaux arguments de vente de cette série sont finalement assez peu nombreuses. Celles qu’il y a ne sont pas mal du tout, mais malgré leur ampleur, elles ne cachent pas le vide du reste. Et raté aussi parce qu’un treizième tome est annoncé. Il était temps de mettre fin à cette série et j’espérais qu’elle se terminerait d’une façon acceptable, mais finalement, il semble que l’on ne tue pas la poule aux œufs d’or et que cette série continuera jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne pour l’acheter.
Pour ma part, j’ai tenu jusqu’ici, mais même lorsque la librairie acquerra le treizième tome, je suis loin d’être sûre de l’emprunter !

42raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 19, 2020, 11:17am

After the demanding read of Le Terroriste noir, I needed some sort of breather before diving in La Prière des Oiseaux that I was planning to read next. Need for a lighter book, and need to get away from Africa for a while. I had felt I had read quite a lot about Africa in 2019 and wanted to travel to some other parts of the world, but most of the novels I read since the beginning of January are related to some extent to Africa, so here is the break I was needing.


9. (4) The Lives of Strangers de Chitra Banerjee Divakaruni
(Also published as The Unknowed Errors of our Lives)
(Translated into French as Les Erreurs inconnues de nos vies)



J’ai acheté ce livre il y a bien longtemps dans une librairie de New Delhi. Je suis tombée dessus en mettant en carton quelques livres qui n’ont pas encore rejoint notre nouvelle maison. Sa couverture colorée et les bons souvenirs des livres de cette autrice lus par le passé m’ont donné envie de m’y replonger, et me voilà, quelques semaines plus tard, avec ce livre entre les mains, redécouvrant qu’il s’agit de nouvelles écrites pour différentes revues et rassemblées pour faire un livre complet.
Chitra Divakaruni tient une place spéciale dans mon cœur de lectrice. Parce que c’est une des premières, sinon la première autrice indienne découverte et lu en anglais alors que je vivais dans la sous-région. Parce que, aussi, c’est l’autrice du livre pour lequel j’ai écrit et publié ma première note de lecture sur ce site (courte et peu satisfaisante lorsque je la relis aujourd’hui, que de chemin parcouru en presque dix ans !). Et surtout, parce que c’est un superbe autrice. Elle décrit l’expatriation et le choc des cultures au quotidien comme personne. Elle a une attention et une tendresse pour tous ses personnages, une capacité à mettre en relief le petit détail (dans l’expression faciale, dans les plis d’un sari, dans le craquant d’un samosa…) qui dit tout mieux que mille mots. J’aime cette façon d’écrire, de ne pas juger ses personnages et de nous faire partager leur intimité, de nous les faire sentir proches de nous au-delà des différences culturelles. Je lui dois aussi d’avoir compris ce qu’est un mariage arrangé, d’avoir compris pourquoi certains jeunes gens, même élevés en Amérique, même n’étant pas du tout obligés de se plier aux coutumes ancestrales, laissaient le système des mariages arrangés décider de leur vie matrimoniale. Je ne suis bien sûr pas en faveur de ce système, je suis loin de m’imaginer pouvoir m’y conformer, mais je crois que j’ai compris beaucoup de choses sur ce système et son fonctionnement.

Ce livre de nouvelles, s’il n’est peut-être pas la meilleure introduction à cette autrice, est bien dans la veine de son œuvre. Les thèmes de la famille et de l’épanouissement personnel, de l’expatriation et des racines sont omniprésents. Ce fut donc pour moi une lecture sans grande surprise, mais des plus agréables. Comme un vieux pull pastel tout doux dans lequel on peut se lover. On sait la chaleur qu’il va nous procurer, la douceur de son toucher. Et s’il peluche un peu d’avoir été trop porté, on ne l’en aime que plus du fait de tous les souvenirs dont il est dépositaire.
Je suis peut-être injuste avec cette image de vieux pull, car certaines nouvelles abordent d’autres thèmes, comme la première, Mrs Dutta écrit une lettre, qui parle au travers de situations dans lesquelles je me suis retrouvée, de la difficulté de cohabiter entre génération, et ce sans que ce soit la faute de personne, c’est ainsi, même avec les meilleures intentions du monde. Ce livre nous amène donc en Inde, en Amérique, avec des personnes qui font pour la première fois le voyage dans un sens ou dans l’autre, et qui se retrouvent confrontés à la différence, celle à laquelle ils s’attendaient et celle qu’ils n’avaient pas prévue.
Ce fut donc une lecture agréable de bout en bout, malgré une ou deux nouvelles un peu plus faibles, qui me fait me demander pourquoi j’ai attendu si longtemps avant de lire un livre de Chitra Divakaruni. Je crois que j’en ai d’autres cachés à droite ou à gauche sur mes étagères, il va falloir que je mette la main dessus !

43raton-liseur
tammikuu 19, 2020, 11:21am

I have been lucky in the past few days, getting in a couple of days 3 books, in exchange for a review. This makes me shying away from my bedside table pile, but hey, it allows some interesting discoveries. Here is the review of the first of those books. I started with this young adult fiction as it is a light and quick read (started yesterday, finished this morning), then I'll concentrate on the two others that are around 400 pages each.


10. Vivre ses vies de Véronique Petit
(Not translated into English)



Franchement, si on doit consacrer toutes ses vies bonus à sauver d’autres vies, alors ce n’est plus un cadeau d’avoir plusieurs vies. Juste une responsabilité.
(p. 57, Chapitre 17, Partie 3, “Quatre”).

Ecrire une note de lecture avant même que le livre soit sorti en librairie, cela a quelque chose d’un peu grisant ! Donc un grand merci à netgalley, et surtout aux éditions Rageot pour leur confiance ! Et quand en plus, c’est une note de lecture pour recommander chaudement un livre, cela me fait encore plus plaisir !
N’ayant qu’une connaissance partielle et partiale de l’actualité éditoriale, je ne connaissais pas Véronique Petit, alors qu’elle a déjà quelques titres connus et reconnus à son actif. C’est donc uniquement le résumé de cette histoire que m’a conduite à le lire. On est dans un monde tout à fait réaliste, à une différence près : certains ont plusieurs vies. Un test, réalisé peu après les treize ans de chaque enfant permet de savoir combien il a de vies, en général une seule, mais parfois deux et même jusqu’à sept. On rencontre Gabriel au moment où il apprend qu’il a six vies rien que pour lui. Que de perspectives pour un jeune ado qui était jusque là un garçon banal et transparent au collège. Quelle chance, n’est-ce pas, surtout pour cet adepte du parachute et des sensations fortes en général !
Mais les choses se révèlent plus complexes. Avoir six vies, est-ce une chance ou une malédiction ? Pourquoi cela ne le rend-il pas immédiatement plus populaire ? Qu’est-ce que l’héroïsme quand on sait que c’est une vie bonus qui est en jeu, pas sa vie tout court ?
Les questions qui traversent ce livre sont nombreuses. Elles permettent de s’interroger, sans en avoir l’air, sur ce que l’on veut faire de sa vie, sur la notion de responsabilité et de risque, et ce d’une manière qui devrait pouvoir parler à beaucoup des enfants qui jouent aux jeux vidéo, où on se relève toujours après être mort, où on peut toujours recommencer.
Certes, il y a quelques faiblesses dans le texte, avec des changements dans le ton de la narration entre le début et la fin. Et la fin est un peu trop idyllique et rapide pour être crédible, mais ce sont des détails mineurs que mon œil d’adulte repère un peu trop facilement, quand il faut surtout noter que la façon d’écrire tout comme le nombre de pages rendent ce livre accessible au plus grand nombre. Les pistes de réflexion sont nombreuses, plusieurs aspects des implications de la possession de ces multiples vies sont traitées (et le personnage de Tely m’a beaucoup intéressée, il permet d’aborder des sujets peu fréquents dans la littérature jeunesse, mais oh combien importants). Mais, même si la conclusion est un peu trop tranchée à mon goût, chaque jeune adolescent peut mener sa propre réflexion sur ces notions de risque et de responsabilité, et c’est ce qui est intéressant.
Une bonne lecture pour de jeunes adolescents donc, de plus ou moins 13 ans, comme Gabriel, héros et narrateur de cette histoire. Je sais que ce livre ira bientôt dans la bibliothèque de P’tit Raton (qui n’est plus si petit que ça), et j’espère qu’il l’appréciera autant que je l’ai apprécié !

44Dilara86
tammikuu 20, 2020, 11:25am

J'ai un peu passé l'âge de la littérature pour ados (même si j'en ai lu pas mal quand ma fille en lisait...), mais je dois dire que le thème et les prémisses de Vivre ses vies donnent envie. Ça semble très original et porteur de réflexion !

45raton-liseur
tammikuu 21, 2020, 1:14pm

>44 Dilara86: A quel âge a-t-on passé l'âge de la littérature pour enfants ou pour ados? J'espère que je ne l'atteindrai pas trop vite! Non, sérieusement, je n'ai jamais arrêté ce type de littérature, il y en avait peu dans mon enfance et j'y ai eu peu accès. Maintenant je me rattrape, et je n'ai attendu pour cela ni l'excuse d'avoir des enfants ni celui de mon métier!
Vivre ses vies se lit rapidement et, si l'on est près à accepter la fin au nom du pacte de lecture inhérent au genre, alors ce n'est pas une mauvaise lecture du tout, même pour un adulte. C'est une lecture facile, qui peut permettre de respirer entre des livres plus imposants, mais qui n'en est pas pour autant dénuée d'intérêt.

46raton-liseur
tammikuu 22, 2020, 6:53am

11. (5) Bran Ruz de Claude Auclair (illustrateur) et Alain Deschamps (scénario)
(Not translated into English)



Saint Corentin : Voilà bien toute la richesse du pauvre : un peu d’eau et de soleil !
(p. 72, Chapitre 5, “Pilpous (moitié fil, moitié laine)).

Saint Guénolé : Vous tous, les esclaves, soyez soumis à vos maîtres avec une déférence absolue. Non seulement à ceux qui sont bons et doux, mais aussi à ceux qui sont difficiles. Il est méritoire de supporter, pour plaire à Dieu, des peines infligées injustement. (…) Le Christ n’est pas venu transformer les esclaves en hommes libres. Des mauvais esclaves il a fait de bons esclaves.
(p. 178, Chapitre 12, “Défense de cracher par terre et de parler breton”).

Le druide : Je préfère les sentiers de la forêt, ils me sont familiers. Et d’ailleurs, tous les chemins mènent au même carrefour.
(p. 180, Chapitre 12, “Défense de cracher par terre et de parler breton”).

J’avais repéré cette bande dessinée il y a bien longtemps, suite à une critique sur un site de lecture, mais j’étais alors loin des librairies, et de toute façon je crois bien qu’elle était déjà épuisée. Alors, quand je suis tombée dessus dans une librairie d’occasion que je ne visitais pas souvent (mais cela va changer, ils ont un rayon Bretagne et voile plutôt alléchant!), je n’ai pas hésité.
Mais une fois commencée la lecture, j’ai un peu déchanté. Après une introduction assez banale mais rendue intéressante par le fait que la BD est présentée deux fois, une fois en sépia et en breton sur la page de gauche, l’autre fois en noir et en français sur la page de droite, le début de l’histoire est assez pesant et fouillis. Il m’a fallu du temps pour m’y retrouver un peu et adapter mon esprit de lectrice au niveau de réalisme magique que distille l’histoire.
Une fois cette gymnastique de l’esprit faite, j’ai fini par me prendre au jeu de cette réécriture de la légende de la ville d’Ys, Ker-Is de son nom breton. Et on est très loin de la « vraie » histoire. Bien sûr, je sais que, comme toute légende, cette histoire est multiple et, ce que j’appelle la vraie histoire n’est que celle que je connais et n’est donc que ma vérité personnelle. Une version avec Dahud, femme perdue et finalement séduite par le diable, Saint Guénolé tel qu’il apparaît dans le tableau du musée de Quimper, et Gradlon l’inflexible roi. On retrouve tous ces personnages ici, mais ils sont rejoints par d’autres et, surtout, leurs rôles sont profondément modifiés.
Nous sommes au Vème siècle, alors que la christianisation de la Bretagne bat son plein. Gradlon est le roi de Cornouailles, roi qui a embrassé la foi chrétienne et l’impose par la force. Mais c’est un roi vieux, faible et qui doute. Autour de lui, sa fille Dahud, qui reste fidèle aux croyances druidiques de sa mère et qui subit l’inceste d’un père qui ne sait affronter ses démons intérieurs. Et les hommes d’église sont là : Guénolé, bien sûr, qui est le bras rigoriste de la religion et Corentin, l’autre grand saint qui est associé à Gradlon, et qui lui prêche une religion de l’amour et de la tolérance. Et pour rendre le tout plus complexe, le personnage de Bran Ruz, le Corbeau rouge, dont je n’ai pas trouvé d’équivalent dans les légendes que je connais, et qui prend la tête de la révolte des oppressés.

C’est donc un changement complet de perspective que les auteurs proposent ici, faisant de la ville d’Is le symbole d’une lutte pour la culture et la civilisation, entre les puissants venus de l’extérieur et imposant leurs croyances et les esclaves autochtones qui vivaient jusqu’alors en paix et dans un certain âge d’or. Ce n’est plus Dahud qui condamne la ville d’Ys à cause de ses turpitudes, puisqu’elle est ici « la Bonne Sorcière », la détentrice d’un savoir unique et ancestral. Et c’est finalement Guénolé lui-même, aveuglé par sa foi rigoriste, qui, comparant Is à la ville de Sodome, la fera périr dans les flots.
Cette version est assez inattendue, et les auteurs n’hésitent pas à faire un parallèle avec la lutte contemporaine à l’écriture de la bande dessinée, celle contre la centrale nucléaire de Brennilis et, plus largement les luttes identitaires et indépendantistes de la deuxième moitié du XXème siècle.

C’est donc une bande dessinée foisonnante, presque trop, et qui demande une bonne connaissance de la culture populaire bretonne pour en saisir tous les messages (et ma connaissance étant loin d’être encyclopédique, je suis très certainement passée à côté de beaucoup de ces références). C’est aussi une bande dessinée qui, de par son propos, a beaucoup vieilli. Il me semble qu’elle n’intéressera aujourd’hui que ceux qui sont férus de légendes bretonnes ou de bandes dessinées de l’âge d’or des années 70.
Pour ma part, malgré un début de lecture difficile, je suis assez contente de l’avoir lue, d’avoir vu ce que l’on peut faire d’un mythe en en retournant complètement la signification, et j’ai pu m’interroger sur cette époque de la christianisation de la Bretagne, dont la violence est rarement évoquée et qui, pourtant, est au cœur d’une certaine identité bretonne, qui aime à faire un joli syncrétisme entre religion chrétienne et influences antérieures. Les deux visions du christianisme incarnées par Corentin et Guénolé s’affrontent, autant que le christianisme avec le druidisme (d’où les trois citations que je n’ai pu m’empêcher de mettre en exergue de cette note de lecture). On se doute, dans cette histoire qui finit mal, de la vision qui triomphera, mais il est bon parfois de relire l’histoire du point de vue des vaincus.
J’ai repensé à ce passage du Canto General de Neruda, que nous avions étudié au lycée : « Se llevaron el oro y nos dejaron el oro » (« Ils nous ont pris l’or et ils nous ont laissé l’or »), dit-il à propos des conquistadores, qui ont pris le métal or et ont laissé la langue espagnole, dont certains, notamment lui, ont fait de l’or. Ici, c’est pareil, on décrit les envahisseurs, leur violence physique et psychique, mais on fait sien ceux qu’ils imposent par la force et, pendant longtemps, essayer de comprendre la Bretagne sans son attachement à la religion catholique, ce n’était pas possible (et je ne suis pas sûre de devoir parler au passé ici).
L’histoire est toujours celle des vainqueurs, mais les légendes sont territoires des vaincus aussi, et c’est là que l’on trouve les plus belles épopées et les plus grands rêves.

47raton-liseur
tammikuu 22, 2020, 7:11am

Le tableau auquel je fais référence dans la note de lecture ci-dessus:
La fuite du roi Gradlon, par Évariste-Vital Luminais, vers 1884 (Musée des beaux-arts de Quimper).

On y voit Gradlon et Saint Guénolé fuyant Ys que les flots engloutissent. Saint Guénolé exhorte Gradlon à abandonner aux flots sa fille Dahud, dépravée et responsable de la disparition de la ville d'Ys.
Le motif du père sacrifiant son enfant sur injonction divine n'est pas isolé dans la tradition chrétienne, mais je me souviens d'avoir été assez choquée, enfant, par cette idée (et ici, le père va jusqu'au bout, Dahut ne sera pas sauvée par Dieu comme Isaac l'a été).



48raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 23, 2020, 1:09pm

12. Jefferson de Jean-Claude Mourlevat
(Not translated into English)



c’est comme s’il y avait plusieurs catégories d’êtres vivants, tu vois, avec une hiérarchie bien claire. Tout en haut, les humains, pas peu fiers de leur supériorité. En dessous, il y a nous, que les humains regardent de haut, mais bon, on a la parole, on peut se défendre, un peu. En dessous encore, les animaux de compagnie, qui n’ont pas la parole mais que les humains ont choisis, à qui ils donnent des noms et qu’ils protègent. Et en dessous, tout en bas, il y a la sous-catégorie des animaux d’élevage, des animaux de boucherie, quoi… Et alors là, mon ami, ça craint !
(p. 148-149, Chapitre 10).

J'aime beaucoup les livres de Mourlevat, c'est un des auteurs jeunesse contemporains qui a mes faveurs depuis que je l'ai rencontré pour la première fois avec le merveilleux Enfant Océan. Cependant, quand Jefferson est sorti, il y a un peu plus d'un an, et malgré quelques tergiversations, j'ai soigneusement évité ce livre. La couverture est toute mignonne avec son hérisson qui a l'air d'avoir besoin d'être consolé et qu'on veut tout de suite prendre dans ses bras , en en oubliant même qu'il a des piquants. Mais je savais qu'il était question de véganisme et, autant le dire tout de suite, cette position n'a pas mes faveurs. Je suis même passée d'une position plutôt neutre à une position « anti ». Soyons clairs, je suis prête à reconnaître que la cause animale a des progrès à faire, que les conditions dans les abattoirs sont parfois au bas mot déplorables et que des avancées législatives dans le sens du bien-être animal et d'un abattage décent sont nécessaire. Mais je suis aussi très attachée au modèle d'agriculture paysanne qui repose sur une imbrication complexe de la polyculture et de l'élevage, et il ne me semble pas judicieux d'arrêter de manger des animaux et, finalement, de s'en remettre à l'industrie alimentaire et à des artifices chimiques pour remplacer les produits dont on a besoin. Fin de la parenthèse politique.
Ce livre défend donc, et je le savais, des thèses qui ne sont pas les miennes et j'ai préféré l'éviter. Mais quand M'ni Raton l'a ramené à la maison parce qu'il fait partie de la sélection des Incorruptibles pour cette année, et parce qu'elle l'a bien aimé et (je ne devrais pas le dire, le vote est secret) que je pense que c'est à ce livre qu'elle donnera sa voix, j'ai envoyé valser mes bonnes résolutions et je me suis décidée à le lire.

Eh bien je n'ai pas été surprise, les thèses végans sont là. Cela ne représente pas une grande partie du livre, juste quelques passages, où il est présenté comme une évidence qu'il ne faudrait pas tuer d'animaux. C'est un peu dommage, ce parti-pris univoque, l'absence de discours alternatif, mais bon, je suppose que Mourlevat a lui-même choisi son camp, et en temps qu'auteur, il utilise les armes à sa disposition pour défendre ses idées.
Ce qui est plus embêtant, c'est la façon dont ces idées sont défendues. Pour commencer par la forme, je trouve le style plat, peu travaillé, ce qui, de la part de Mourlevat, me déçoit, il m'avait habitué à des livres beaucoup plus agréables à lire, comme s'il avait voulu surfer sur l'actualité et s'était dépêché de publier ce livre tant que le sujet était vendeur. Ensuite, sur le fond, il y a quelques petites choses qui me dérangent : pourquoi manger des animaux, dit Gilbert le cochon, quand on a tant d'autres plats à notre disposition ? Certes, mais Mourlevat s'est-il aperçu que le plat préféré de son hérisson, ce sont les pommes de terre à la crème ? Qui dit crème dit lait, à moins qu'on ait déjà inventé de la crème fraîche synthétique ? Et pourtant, on dit à un autre endroit que l'homme vole le lait des vaches. Cherchez la contradiction...
Et puis ce drôle de monde que Mourlevat crée, il pose problème quand même. Des animaux pensants (dont des renards, tient ils mangent quoi eux, ils faut qu'ils deviennent végans aussi ?) qui vivent dans un pays voisins de celui des hommes (et où ont ne sait pas comment ils obtiennent la crème pour leurs pommes de terre d'ailleurs), et un pays d'humains avec élevage intensif et abattage cauchemardesque. Et les mêmes animaux peuvent être d'un côté de la frontière en animaux pensants et anthropomorphes et de l'autre en animaux d'élevage se comportant comme les animaux d'élevage que l'on connaît. Le meilleur ami de Jefferson est un cochon par exemple, et on voit aussi des vaches (tiens, ce sont elles qui donnent leur lait ? Et elles sont consentantes ou pas de l'autre côté de la frontière?). C'est assez étrange ces animaux qui ont deux niveaux d'intelligence ou de capacité d'interaction. Comment, effectivement, traiter des animaux comme des animaux d'élevage et d'autres de la même espèce comme des voisins ? Cela fausse un peu la réflexion me semble-t-il et décrédibilise le livre et sa thèse. En définitive, et c'est dit à plusieurs reprises, les animaux d'élevage sont considérés un peu comme des handicapés par rapport aux animaux anthropomorphisés. Et dans ce cas, on ne parle plus d'abattage indigne, mais d'une sorte d'eugénisme, ce n'est pas du tout le même propos. Et si j'étais handicapée ou avait un proche handicapé, je crois que cette comparaison me gênerait encore plus qu'elle ne m'a gênée moi.

Je crois qu'il faut que je m'arrête là. Ce livre, certes, défend des thèses que je ne partage pas, mais elle les défend mal, tant du point de vue de la forme que du fond. Si c'est ma première déception à la lecture d'un livre de Mourlevat, elle est de taille. Ce sujet complexe méritait un autre traitement.
Après, pour être honnête, les passages sur le véganisme sont finalement peu nombreux, et M'ni Raton, qui ne pourrait même pas être végétarienne tant elle aime le saucisson, est passée complètement à côté. Elle n'a vu que le meurtre, l'enquête, l'action, et comme tout cela est conduit par un petit hérisson bien mignon, elle n'a pu qu'aimer le livre. Est-ce un bien ou un mal qu'elle n'ait pas saisi le message qu'il véhicule, je ne trancherai pas ici. Elle votera en son âme et conscience, mais je sais que si j'avais voix au chapitre, ce n'est pas à ce livre que je donnerais mon bulletin de vote.

49dchaikin
tammikuu 24, 2020, 10:30pm

A little funny the idea of you sweating over this while your daughter skims right past the message. My daughter didn't go vegan, but she went vegetarian in middle school. My wife and I helped her, although we didn't follow ourselves and I don't have the same moral issue she has (I might have similar feelings to you on this.) But, what eventually happened is she changed her feeling but was too embarrassed to give up her reputation as a vegetarian! So we had to cajole her a bit into eating meat again (which she eats happily now)

50raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 12:40pm

After a fairly disappointing reading from the "Prix des Incorruptibles" list, I could not help but steal another book from my daughter, in order to erase this wrong impression. I had seen that book on the bookshop shelves when it was published last year and was intrigued, so when M'ni Raton came home with it, I could not resist. It was a one-stand afternoon read, and a good one!

13. Vue sur mer de Jo Hoestlandt
(Not translated into English)



Devant le paysage éclatant de toutes ses couleurs, Romuald a encore pensé : « Il faudrait que je rapporte chez moi un peu de la lumière, de la beauté, du calme d’ici. Je ne sais pas bien comment faire, mais il faudrait que j’essaie… parce que je crois que ça embellit la vie, une douceur comme celle-ci ! Ce serait bien que ce que j’ai vu ici leur embellisse aussi la vie, à eux, là-bas… Est-ce que cela se pourrait, ou est-ce que cela ne se peut pas ?
(p. 132-133, Chapitre 10).

C’est grâce à la sélection des Incorruptibles pour cette année que je lis que je découvre enfin cette autrice jeunesse réputée mais à côté de laquelle j’étais passée jusqu’à présent. Et ce fut une belle découverte.
Romuald, un garçon habitant dans un quartier défavorisé, se voit proposer un séjour sur la Côte d’Azur, dans une famille qui souhaite l’accueillir le temps des vacances. Jo Hoestlandt relate, dans ce livre, les douze jours de ce séjour, comme une parenthèse dans la vie de cet enfant.
Elle fait le choix d’un texte à la troisième personne, mais toujours du point de vue de Romuald. Ce n’est pas lui qui parle, ce qui permet d’utiliser un langage non pas soutenu mais de bonne facture, mais on est en permanence dans la tête de Romuald, ce sont ses pensées, sa façon d’appréhender les situations nouvelles que l’on voit. Car il y en a, de la nouveauté pour ce petit garçon, qui se retrouve tout à coup dans une famille de classe moyenne que ne manque de rien, des retraités qui prennent le temps de vivre, de profiter de promenades sur le bord de mer, de faire les courses au marché et de manger des petits plats faits maison. Tout est différent : la façon de parler, les odeurs (par exemple les meubles passés à l’encaustique), les goûts (la confiture faite maison moins sucrée que la pâte à tartiner industrielle à laquelle il est habitué). Dans cette famille, chacun aide à mettre la table, on lit pour le plaisir, pas parce que la maîtresse le demande, on ne connaît pas les émissions de télé-réalité…
Dit ainsi en quelques lignes, cela paraît beaucoup et un peu caricatural. Cela a failli l’être, lorsque Romuald arrive et qu’il est confronté à toutes ces nouveautés d’un seul coup, mais finalement, Jo Hoestlandt réussit à éviter cet écueil en restant respectueuse de chacun de ses personnages, en ne jugeant personne. Il n’y a pas de méchants dans ce livre, que des gens qui vivent, qui font au mieux avec ce qu’ils ont et ce qu’ils sont.
Et ces douze jours seront une parenthèse dans la vie de Romuald, une fenêtre sur la mer, qu’il n’avait jamais vue avant, mais aussi une fenêtre sur une autre façon de vivre. La douceur, la confiance, la liberté, des choses qu’il ne connaissait pas vraiment et qu’il se met à apprécier. Et à la fin de son séjour, Romuald sera à la fois triste de quitter son lieu de vacances et heureux de retrouver sa famille, comme tout enfant de cet âge-là. Ce sera au lecteur de se faire une opinion, de se demander si la vie est juste ou injuste, si c’est normal que les personnes qui sont suivis par une assistante sociale ne puissent pas faire leurs courses seules, afin que l’on s’assure qu’ils achètent correctement, si c’est mieux de manger des crèmes au caramel avec une goutte d’anis ou des pizzas au chorizo.
Un livre pour enfants, donc, recommandé à partir de 9 ans par l’éditeur, mais qui peut se lire bien plus tard aussi, adulte même, pour se rendre compte des différences de perceptions et de culture en fonction de son milieu familial. Se rendre compte tout à coup et de façon fortuite que le mot que la maîtresse a fait apprendre dans une liste de vocabulaire, brise, est quelque chose qui existe vraiment, pense-t-on à cela lorsque l’on fait des leçons de vocabulaire, que pour certains enfants, la plupart des mots n’ont aucun sens ? Un livre qui permet d’essayer, le temps d’à peine deux-cents pages, d’essayer de se mettre à la place de quelqu’un d’autre, sans pour autant faire des généralités car, certes, la classe sociale est importante, mais chaque famille et chaque enfant demeure unique. Qu’est-ce que Romuald fera de cette expérience de quelques jours sur la Côte d’Azur, le livre est suffisamment pudique pour ne pas le dire. On ne le saura pas, on ne peut que l’imaginer, imaginer les différents possibles, et laisser à Romuald la chance et la responsabilité d’écrire sa propre vie.

51raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 26, 2020, 9:34am

>49 dchaikin: Vegetarian, why not, depending on the reasons behind the decision. Vegan, I would have difficulties accepting it. But as I mentionned, I don't think my daughter would go vegetarian in a foreseeable future: delicatessen is too good! One thing I do not have to worry about (yet)!
Re the message behind the book, I don't know if I should be worried about her not seeing it. Is it normal at her age, what would be the effect of what remains a subliminal message on her and on other children? I have decided not to discuss this with her, not sure it is the right decision though.

On the other hand Vue sur mer gave us the opportunity to have an interesting conversation about the message and the writing of the author. She liked the book, probably not as much as I did, she did not understand everything before we discussed it, but that was a good book, both for me and for her!

52raton-liseur
Muokkaaja: helmikuu 16, 2020, 5:26am

It’s time, I think, for a new bedside table pile. The first one proved to be fairly unfollowed (if I dare to create such a word). I have been massively distracted from my planned reading due to a request spree on Netgalley. I had not requested books for months, but I started again in January, usually two at a time, and all my requests have been accepted !
This will constrain my reading for the coming weeks first because I have made some commitments and need to honour them , and second because some of the books I have requested are 500 pages or more! Although I do like long books, I have been shying away from them recently because my reading speed made those reading to drag for too long, and in the end I felt I did not enjoy them as much as I should. So it’s a good thing I need to read those books, as it might give me the opportunity to revert to this type of books, including some from my own shelves once I am done with those ones.
I feel bad to let go some books from my previous bedside table pile, but I’ll keep this one short and might decide to reintroduce some of the January pile in the next one, depending on my reading mood at that time.
So, without further ado, here is the new bedside table pile for the coming weeks!

February bedside table pile
Le Ciel à bout portant de Jorge Franco, traduit de l’espagnol (Colombie) par René Solis
Kim Jiyoung, née en 1982 de Cho Nam-Joo, traduit du coréen (Corée du Sud) par Pierre Bisiou et Kyungran Choi
L'Affaire du colonel Miassoïedov de Józef Mackiewicz, traduit du polonais (Pologne) par Laurence Dyevre
Le Cheval rouge d’Eugenio Corti, traduit de l’italien (Italie) par Françoise Lantieri



Note: Ticked titles are books that I am reading or have read between the time I have issued this list and the time I will have issued the next one.

53dchaikin
tammikuu 31, 2020, 10:23pm

The pile looks intriguing.

54RidgewayGirl
tammikuu 31, 2020, 11:02pm

I have to refresh the stack on my bedside table now and again. Good to know I'm not the only one!

55raton-liseur
helmikuu 1, 2020, 6:12am

>53 dchaikin: Yes, quite diverse and hopefully with nice unforseen gems?

>54 RidgewayGirl: That's the beauty of a to-be-read mountain from which you can't even see the top, you can refresh your bedside table pile as often as your readint mood changes!

56Dilara86
helmikuu 2, 2020, 2:09am

>52 raton-liseur: Ma liste d'envie en prend un coup !

57raton-liseur
helmikuu 2, 2020, 5:56am

>56 Dilara86: Hi, hi, chacun son tour... J'ai finalement acheté Je ne reverrai plus le monde d'Ahmet Altan hier, et c'est à cause de ta critique!

58raton-liseur
helmikuu 5, 2020, 12:30pm

Sorry, I missed a couple of posts...

>53 dchaikin: Intriguing, and diverse, which reflects how I like my reading to be.

>54 RidgewayGirl: Refreshing bedside table piles... I am sure we share this habit with lots of compulsive readers!

59Dilara86
helmikuu 7, 2020, 8:40am

>57 raton-liseur: Quelle responsabilité !

60raton-liseur
helmikuu 8, 2020, 4:22am

>59 Dilara86: N'est-ce pas! J'aimerais bien le lire assez vite, mais avec tous les livres que je me suis engagée à lire dernièrement, je ne sais pas quand je m'y mettrai. Mais il sera sans faute dans ma prochaine "bedside table pile" si je ne l'ai pas lu d'ici là!

61raton-liseur
helmikuu 12, 2020, 9:47am

14. La Prière des oiseaux de Chigozie Obioma, traduit de l’anglais (Nigeria) par Serge Chauvin
(Translated from the English An Orchestra of Minorities)



Me voici bien embêtée maintenant qu’il est temps d’écrire cette note de lecture. Embêtée parce que je ne sais pas comment rendre justice à ce livre en quelques lignes et sans trop en dévoiler l’intrigue. J’ai moi-même découvert ce livre avant même qu’il ne soit publié en France à travers une critique sur mon club de lecture virtuel préféré. Je ne sais même plus ce qui m’a donné envie de lire ce livre, mais j’en savais peu et je vais essayer de limiter mon résumé à ce qu’il y avait dans cette critique qui a précédé la mienne, car j’ai apprécié de plonger la tête la première dans ce livre au long cours en en connaissant peu et j’aimerais qu’il en soit de même pour les autres lecteurs. Je dirai donc seulement que le livre s’ouvre sur une scène au cours de laquelle Chinonso, le personnage principal, éleveur de poulets de son état, sauve une jeune femme qui semblait prête à se jeter du haut d’un pont.
De ce simple événement découlera une série de bouleversements, qui nous sont contés par le chi de notre héros, qu’il appelle son hôte. Ce parti pris narratif est surprenant, mais je m’y suis fait et j’ai finalement trouvé que cela donne une couleur très particulière au livre. Les références à la cosmogonie igbo, ethnie nigériane à laquelle appartiennent le personnage principal et l’auteur, sont nombreuses et non expliquées. J’imagine que cela peut dérouter certains lecteurs, mais pour ma part je m’y suis vite habituée, un peu comme lorsqu’on visite un pays dont on ne parle que très imparfaitement la langue et que l’on ne comprend pas tout ce qui se dit autour de nous : on reste dans une certaine ignorance, mais on est bercé dans un contexte, une ambiance dont on ne peut s’extraire.

Je ne peux en dire plus et pourtant je ne veux pas m’arrêter là. Parce qu’il y a le style d’abord. Un style puissant, même si ce terme est galvaudé, mais je n’en trouve pas de plus adapté. Et pour avoir lu il y a peu le seul autre roman d’Obioma publié en français, Les Pêcheurs, j’ai été impressionnée par la progression dans la maîtrise de la langue et du style. Les Pêcheurs était un livre intéressant, que j’ai apprécié, mais cela s’arrête là. Ce livre m’a hantée pendant tout le temps de ma lecture, j’étais impatiente de reprendre les aventures de Chinonso là où je les avaient laissées ; il m’a aussi hanté après la lecture et je crois pouvoir dire que c’est un des meilleurs livres que j’ai lu ces derniers mois.
Et puis il y a aussi la façon de conduire l’histoire. C’est peut-être un peu exagéré de parler de pacte de lecture, mais Obioma a une façon de renouveler ce concept sans y toucher que j’ai beaucoup aimé. D’habitude, les histoires sont assez linéaires, plus que la « vraie vie » : on va mal et puis il se passe quelque chose, un événement inattendu, une conversation avec un inconnu rencontré par hasard dans la rue et ça y est, on reprend du poil de la bête, on remonte la pente et tout est bien qui finit bien. Ici, non, le personnage est bien plus proche de la réalité, avec les hésitations, les va-et-vient que cela suppose. Cela n’est pas nouveau, on le trouve dans bien d’autres livres. Mais ici, je ne sais pourquoi, j’ai trouvé cela réaliste, je n’ai pas été lassée de ces aller-retours. J’ai certes eu l’impression d’être « baladée » dans les sentiments du personnage, mais je les ai vécus, ces hauts et ces bas, j’ai été à chaque instant avec Chinonso, un peu comme son chi, mais encore plus impuissante que lui.

Avec ce deuxième roman, Chigozie Obioma commence à laisser apparaître les thèmes qui lui sont chers. La famille, comment elle peut être un cocon protecteur et ce qu’elle peut en même temps avoir d’étouffant. La fatalité, celle d’un destin, d’une société, celle qui veut qu’on ne peut que chuter, jamais rien gravir. Celle qui veut que toute entreprise est nécessairement vouée à l’échec quand on n’est qu’un employé subalterne, qu’un éleveur de volaille, en un mot qu’un compte-pour-rien. C’est compliqué à expliquer, ce n’est pas une sorte d’Afrique maudite qu’Obioma cherche à nous vendre, ni à cause de sa culture ancestrale ni à cause de sa situation économique et politique, mais le poids de la société est là, l’absence d’espoir, une sorte de Charybde et Scylla de l’Afrique noire.
C’est lourd, c’est pesant, il ne faut pas chercher d’espoir à tout cela, et pourtant, j’en redemande. Ce livre est superbe de désespoir rentré, de fatalisme et pourtant d’une irrépressible volonté d’essayer malgré tout, contre toute probabilité, contre toute raison. Chigozie Obioma est en train de devenir, à mon humble avis bien peu éclairé, un superbe auteur qui devrait continuer à nous surprendre, un auteur que je suivrai avec beaucoup d’attention.
Et pour cette merveilleuse découverte, je ne peux que remercier très chaleureusement les éditions Buchet Chastel pour m’avoir offert ce livre via netgalley. Et surtout, les remercier pour avoir publié ce livre et avoir donné aux lecteurs la possibilité de s’immerger dans une lecture aussi évocatrice, ancrée dans une culture bien spécifique et peu connue de la plupart d’entre nous, mais aussi d’une grande universalité.

62raton-liseur
helmikuu 16, 2020, 5:16am

15. Dans la forêt, d’après le roman de Jean Hegland de Lomig
(Not translated into English, but the book from which this graphic novel is an adaptation is written in English and titled Into the forest)



Nos réserves disparaissent à vue d’œil.
C’est comme si nous n’étions qu’un paquet de besoins qui épuisent le monde.
Pas étonnant que l’économie se soit effondrée, s’il nous en faut autant à Eva et moi pour rester tout bonnement en vie.
(p. 75).

J’avais entendu parler de ce livre, mais je n’ai pas pris le temps de le lire. Alors quand la bibliothèque de mon village a fait l’acquisition de cette adaptation graphique, j’ai sauté sur l’occasion. L’histoire est ici assez simple, avec ces deux sœurs qui se retrouvent dans un monde post-apocalyptique, mais sans apocalypse. Le monde tel que nous le connaissons a fini de fonctionner, c’est tout, c’est un fait. Les événements s’enchaînent finalement assez rapidement, et l’on n’a pas le temps de s’ennuyer dans ce huis-clos forestier où tout tourne autour de la façon dont ces deux sœurs s’adaptent à leurs nouvelles conditions de vie, avec des moments d’espoir et des moments de découragement.
Simple dans le propos, jamais trop didactique, et très beau dans les dessins. Des dessins au crayon, en noir et blanc, qui laissent toute la place aux expressions des visages et à la beauté des paysages. Un roman finalement optimiste me semble-t-il, et un agréable moment de lecture.

63raton-liseur
helmikuu 16, 2020, 5:20am

16. Elma, une vie d’ours, tome 1 : Le grand voyage d’Ingrid Chabbert (scénario) et Léa Mazé (illustrations)
(Translated into English as Elma, a bear's life, volume 1)



Un joli premier tome, d’une histoire à la Mowgli, mais dont on espère que cette fois elle se finira mieux pour la petite fille et l’ours qui l’a recueillie et qu’elle appelle papa. Car c’est une joli relation qui les unit, avec cette petite fille qui mord la vie à pleine dents parce qu’elle sait que son papa sera toujours là pour la rattraper et ce papa gros, bourru et plein d’affection pour cette enfant qu’il s’est choisie.
On imagine que le voyage est pour ramener Elma chez elle, mais le premier tome s’arrête en route, et j’attendrai le second avec impatience. Les deux étant publiés, je conseille d’ailleurs grandement de lire les deux à la suite et j’espère que la bibliothèque du village l’acquerra bientôt !
Car si l’histoire est toute simple (en tout cas aux yeux d’un adulte), c’est par ses dessins que cette bande dessinée se singularise. Ils sont beaux et doux, mais aussi pleins de vigueur et de mouvement. Ils font un peu penser à des tableaux de Klimt par les choix de rose et d’orange, qui contrastent avec le pelage bleu de l’ours, mais les couleurs sont plus pastels. Un régal pour les yeux, une bande dessinée avec laquelle il faut prendre son temps pour tourner les pages.

64raton-liseur
helmikuu 18, 2020, 12:08pm

17. (6) Matilda de Roald Dahl, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Henri Robillot
(Translated from the English Matilda)



C’est là qu’on voit que le temps passe… J’ai reçu ce livre il y a un peu plus d’un an pour mon anniversaire, cadeau de mon M’ni Raton. C’était la première fois que je recevais un cadeau acheté de la part d’un de mes enfants… Elle m’avait entendue dire que je voulais ce livre, alors elle me l’a acheté quand elle l’a trouvé dans une librairie d’occasion où j’étais allée avec elle, sans même que je m’en aperçoive (première fois aussi qu’elle sait aussi bien garder un secret!). Et finalement, on en a fait notre livre de lecture commune à haute voix pour ce début d’année, ce qui lui a permis de profiter elle aussi de son cadeau !
Tout commence bien avec cette petite fille qui lit tout plein de livres, et qui est dans une famille d’une ignorance crasse. Le contraste est tel et les situations tellement caricaturales qu’elles ne peuvent que faire sourire. Mais quand Matilda rentre à l’école, les choses se gâtent un peu. J’ai peu goûté le sadisme de Mlle Legourdin. Des raisons très personnelles me rendent certes très chatouilleuse sur la question, mais certaines scènes m’ont vraiment mise mal à l’aise et j’ai failli plus d’une fois arrêter ma lecture. Le petit côté fantastique aussi m’a peu convaincue.
En définitive, Matilda est une adulte dans un corps d’enfant plus qu’une enfant extraordinaire, et j’ai été un peu déçue par ce parti pris. Et puis j’attendais un livre sur la lecture, et cela ne représente finalement qu’une tout petite partie de l’intrigue.
Une lecture en demi-teinte, donc, pour un auteur que j’ai pourtant l’habitude d’apprécier. Pas le meilleur Roald Dahl à mon avis. Il me semble d’ailleurs moins connu de ce côté-ci de la Manche que de l’autre. Une différence culturelle difficile à surmonter ?

65raton-liseur
Muokkaaja: helmikuu 18, 2020, 1:15pm

18. (7) Le Ciel à bout portant de Jorge Franco, traduit de l’espagnol (Colombie) par René Solis
(Not translated into English)



Tout ici a une justification. Les explosions, la violence, les balles, les morts… tous nos maux ont une excuse. Et du prétexte nous arrivons à la résignation, et de là à l’acceptation de tout, comme si c’était normal.
(p. 104, Chapitre 22).

Et j’ai vu finalement Pedro en face de moi, en train de gratter le billet avec la pointe de sa carte. Sous ma narine se trouvait mon histoire, celle de Libardo, la boîte de Pandore de ce pays, la force qui faisait mouvoir le monde. Chaque particule de cette poudre contenait une guerre, mais qui étais-je, moi, pour émettre des jugements ? Une victime ? Le bourreau ? Un exemple de morale, ou la pomme pourrie ? Tout le monde attendait pour voir si j’allais en prendre. Un fils de narco qui ne touche pas à la drogue ?
(p. 231, Chapitre 49).

Cela faisait bien longtemps que je n’étais pas allée me promener en Colombie par livre interposé. Il me semble que la dernière fois, c’était avec Hector Abad et L’Oubli que nous serons, le récit véridique de l’assassinat d’un médecin engagé pendant les années noires de la Colombie de la drogue et du crime. Incidemment, les deux livres se passent à Medellín, c’est une intéressante coïncidence. Mais cette fois, je me suis retrouvée de l’autre côté de la barrière, et c’est d’ailleurs ce qui m’a intéressée dans ce livre et qui m’a décidée à le demander lors de la dernière masse critique de Babelio. Ce n’est pas tous les jours que l’on regarde du côté des méchants, et même pas tout à fait des méchants, puisqu’il est question ici de comment les choix d’un méchant affectent la vie de leur proche.
Le méchant, ici, c’est Libardo, un proche de Pablo Escobar, qui sera entraîné dans la chute de celui-ci. Il disparaît, quelques mois après l’exécution de ce dernier, de ces disparitions qui laissent peu de doute mais après lesquelles on ne peut s’empêcher d’espérer. Et douze ans après, Libardo resurgit, on a retrouvé son cadavre, ou du moins ce qu’il en reste. Larry, le principal narrateur de cette histoire, est le second fils de Libardo. Exilé en Angleterre, il revient à Medellín pour s’occuper des restes de son père.
Trois lignes narratives se mêlent dans ce livre : les premiers jours suivant le retour de Larry à Medellín, les quelques mois qui ont vu la chute de Libardo et enfin le récit du vol de Larry de Londres à Bogotá. Trois moments d’une histoire pour dire la douleur et le deuil, la culpabilité et l’ambivalence aussi. Comment aimer son père quand on sait qu’il a autant de sang sur les mains, mais aussi comment ne pas l’aimer ? L’ambiguïté d’une relation père-fils qui ne peut être normale. L’improbable vie familiale d’un homme haï par tout un continent, l’incongruité d’une vie entourée de gardes du corps, d’un luxe sans limite toujours teinté d’une violence plus ou moins exprimée.

Ce fut une lecture intéressante. Un peu difficile je dois l’admettre, mais intéressante. Difficile parce que son style reflète toute la pesanteur du sujet. Et Jorge Franco n’hésite pas à charger la mule (non, pas de jeu de mot ici…). La famille Libardo est dysfonctionnelle, mais ce n’est pas qu’à cause du père narco, la mère n’est pas non plus très nette. Ancienne reine de beauté, accro au jeu, ne se refusant jamais un verre et développant une relation plutôt malsaine avec ses enfants, on se demande si c’est le meilleur parent qui est resté. Et puis les amis de Larry n’ont pas grand-chose de recommandable non plus.
Cette mule un peu trop chargée à mon goût a fait que ce que j’espérais être le sujet principal du livre, à savoir « qu’est-ce que c’est que vivre avec la figure d’un père narcotrafiquant notoire », m’a paru un peu dilué dans tout un tas de sujets annexes, ce qui m’a déçue je dois l’avouer. Mais à la réflexion, ce livre est l’œuvre d’un écrivain colombien, qui plus est originaire de Medellín, et il est avant tout destiné à des lecteurs colombiens, qui ont une bien meilleure connaissance de ce sujet que le lecteur européen moyen. Vu sous ce prisme, ce livre est peut-être avant tout une évocation de Medellín, celle d’alors et celle d’aujourd’hui, une réflexion déambulative sur ce qui a changé et ce qui n’a pas changé.
Il m’a fallu faire quelques recherches pour mieux comprendre le livre et il me semble intéressant de savoir que l’Alborada (littéralement l’aurore) est une fête qui existe effectivement à Medellín depuis une quinzaine d’années environ. Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, des feux d’artifices sont tirés dans la confusion la plus totale pour soi-disant accueillir décembre. C’est en fait une tradition récente issue d’un épisode des guerres entre narcotrafiquants. En situant le retour de Larry à cette date précise, Jorge Franco nous amène à nous demande si l’ère du narcotrafic est bien derrière nous.
Et puisque j’en suis aux recherches, il apparaît qu’il a bien existé un Libardo dans l’entourage de Pablo Escobar. Mais il n’a pas disparu, il a été arrêté. Je n’ai trouvé que des photos de lui de dos dans les articles en ligne qui lui sont consacrés, c’est très étrange...

En définitive, un livre que je suis contente d’avoir lu. Complexe, sombre, dérangeant, il faut y être préparé. Un livre qui ne répond pas à toutes les questions, mais qui en posent beaucoup, qui fait découvrir tout un pan de l’histoire récente que l’on voudrait croire refermé, mais les blessures sont encore là, rarement bien cicatrisées, et les héritages aussi, plus ou moins assumés, plus ou moins conscients, pleins d’une ambiguïté impossible à dépasser.

66RidgewayGirl
helmikuu 18, 2020, 1:32pm

I wanted to tell you how much I'm enjoying reading your reviews! It's been some time since I've read in French and these reviews are a wonderful reminder that I should flex that particular linguistic muscle more, as well as being wholly interesting for their own sake. I do wonder if the difference in your reaction to Matilda does stem a bit from the differences between English and French approaches to schooling and so a cultural difference that changes how this book is received by the reader. It's something to think about -- how humor varies, as well as how the society we grow up in forms our perceptions.

67raton-liseur
helmikuu 20, 2020, 8:08am

>66 RidgewayGirl: Thanks for your kind words, RidgewayGirl! I am conscious it's a bit odd to post my reviews in French in this group, but I am really enjoying the company, the books I discover and the conversations. If I can participate a bit with my reviews, then it makes me happy!

Regarding Matilda, I agree with you, I think there is a cultural difference. I tend to think it is much more a question of sense of humor (I feel this book is too dark for a children's book, while I have enjoyed other Roald Dahl's books, such as La Potion magique de Georges Bouillon/George's Marvelous Medicine, which I happen to have read as well to my ratons...), than a question of difference in how we approach schooling, but I could be wrong.

68raton-liseur
Muokkaaja: helmikuu 29, 2020, 10:51am

19. Le Très Grand Vaisseau de Ange
(Not translated into English)



Je découvre avec ce livre, et un autre emprunté en même temps au rayon jeunes lecteurs de la bibliothèque, la collection Soon, des éditions Syros. Je passerai sous silence ce que je pense d’une collection portant un nom anglais et je me contenterai de parler de ce livre, qui aurait le format d’une nouvelle dans un livre pour adulte, et qui met la science-fiction à la portée des très jeunes enfants.
L’histoire est un classique du genre, avec ce voyage intergalactique à la recherche d’une nouvelle planète, maintenant que la Terre n’est plus habitable. Mais bien sûr, rien ne se passe comme prévu. L’histoire est aussi bien un livre pour enfant puisque tout finira bien. Le livre, écrit par un duo d’écrivains qui se cachent sous le pseudonyme d’Ange, fait donc une jonction réussie entre littérature de genre et littérature enfantine. Cependant, le livre est à mon avis destiné à un très jeune public, car il invite peu à la réflexion (par exemple, est-il légitime de chercher une deuxième planète après avoir autant pollué la première ?). Heureusement, il n’y a pas d’espèce dite intelligente sur cette planète (ne cherchez pas Avatar, même si les tons bleus de la couverture peuvent y faire songer), donc tout un tas de questions morales peuvent être évacuées avant même d’être posées.
Un livre à voir comme une première découverte d’un genre littéraire, pour des enfants qui y ont en général peu accès. On sort des thèmes enfantins classiques tout en douceur, on apprivoise d’autres codes, pour plus tard commencer à lire des choses au contenu plus coriace.

69raton-liseur
Muokkaaja: helmikuu 29, 2020, 10:50am

20. Miss Islande de Auður Ava Ólafsdóttir, traduit de l’Islandais (Islande) par Eric Boury
(Translated into English as Miss Islande)



Elle a dit que certaines personnes s’engendrent elles-mêmes. Comme toi. Elle m’a demandée de te dire bonjour avant d’ajouter… qu’il fallait… porter en soi un chaos… pour pouvoir mettre au monde une étoile qui danse...
(p. 198, “L’éternité est un Ferguson”, Partie 1, “La terre de nos mères”).

Après des lectures assez denses, je voulais un livre plus léger et celui-ci me faisait de l’œil sur l’étagère de la bibliothèque consacrée aux nouvelles acquisitions. Je n’avais jamais lu de livre de cette autrice, malgré son grand succès de librairie, le résumé semblait prometteur, alors je me suis laissée tenter.
Et je dois avouer que j’ai eu du mal à entrer dans cette lecture. Un style tellement simple qu’il en devient simpliste, des personnages trop monolithiques pour qu’on s’y intéresse vraiment, cette histoire d’Hekla, la fille volcan qui se rêve écrivaine et autour de laquelle gravitent son meilleur ami, homosexuel malheureux, sa meilleure amie, femme au foyer sans perspective et son petit ami qui aimerait être poète mais n’a pas l’inspiration, tout cela m’a paru peu crédible.
J’ai failli abandonner plus d’une fois, puis j’ai fini par me laisser emporter par la simplicité du texte. C’est Isey, la femme au foyer tiraillée entre son amour et ses aspirations personnelles qui m’a fait m’accrocher et parcourir avec les personnages toute cette tranche de vie, une année environ, qui a un début puisqu’elle démarre avec l’arrivée d’Helka à Reykjavík et qui n’a pas vraiment de fin, puisqu’on laisse les personnages un peu au milieu du guet.
Pas de solution magique ici, juste un constat. Celui de la difficulté de s’épanouir lorsque l’on vit dans une société sclérosée et que l’on a des aspirations personnelles. Certes, notre société n’a rien à envier à l’Islande des années 60, mais n’y a-t-il pas toujours des Hekla, des Isey, des Jon John ou des Starkadur dans notre société actuelle ?
Je n’ai pas particulièrement aimé ce livre, mais je crois que je peux comprendre ce que d’autres lecteurs pourront y trouver. Une forte empathie pour des personnages simples, une histoire sans grande surprise comme l’est la vie mais où justement chacun peut se retrouver ou projeter ses propres sentiments. Un bon livre, je suppose, donc, pour les adeptes de ce genre de romans.

70raton-liseur
helmikuu 29, 2020, 10:50am

21. Kim Jiyoung, née en 1982 de Cho Nam-Joo, traduit du coréen (Corée du Sud) par Pierre Bisiou et Kyungran Choi
(Translated into English as Kim Jiyoung, Born 1982 )



Des gens tenaient de tels propos en croyant en plus faire preuve de gentillesse. Elle ne savait pas à quel moment quelque chose était parti en vrille, elle ne savait pas non plus comment protester. Pas plus qu’elle n’avait envie de se lancer dans une querelle stérile. Elle se résigna et se tut.
(p. 70, Chapitre 4, “2001-2011”).

Dans le temps, on lavait le linge avec un battoir, on faisait bouillir le linge en faisant du feu avec du bois, on balayait, on frottait partout, pliés en deux. De nos jours, le linge, c’est la machine qui s’en occupe, le ménage, c’est l’aspirateur, pas vrai ? Je ne vois vraiment pas ce qu’il y a de si dur aujourd’hui pour les femmes.
(p. 102, Chapitre 5, “2012-2015”).

Bon, le bandeau « roman phénomène » n’est pas très engageant, mais un livre sur la condition féminine en Corée, ça me disait bien, et les éditions Robert Laffont ont accepté de me l’envoyer gracieusement via netgalley, j’en ai été très heureuse.
On est dans le format des livres qui nous viennent habituellement de Corée, avec à peine plus de 100 pages, mais par contre, ce n’est pas le ton feutré auquel je suis habituée. Non, ici, le propos est explicite, et l’on a affaire presque plus à un long article de journal, chiffres à l’appui, qu’à un véritable roman. Le prétexte romanesque du début, une femme qui se met à dire les mots d’autres femmes, n’est d’ailleurs rien d’autre qu’un prétexte, et est finalement peu utilisé, sinon pour signifier dès le début que l’histoire de Kim Jiyoung, avec son nom passe-partout, est bien une histoire générale et non une histoire particulière.
On suit donc une femme coréenne lambda depuis sa naissance en 1982 jusqu’au moment où elle devient à son tour mère, en 2015. Je savais que la Corée n’était pas un exemple en terme d’égalité femme-homme, mais je suis tout de même souvent tombée des nues devant les faits rapportés ici. La Corée n’a pas qu’une génération de retard dans ce domaine, c’est bien plus ancré que cela…
Mais au-delà des faits qui sont rapportés, j’ai aimé le ton du livre, en tout cas au début, où l’autrice montre une vraie tendresse pour ses personnages, la complexité des réflexes socialement conditionnés, les tiraillements entre les habitudes favorables aux garçons et les premières prises de conscience. J’ai aimé voir le personnage de la mère de Kim Jiyoung évoluer et, sans le dire, permettre à ses filles de faire des choix qui étaient impensables pour elle. J’ai aimé les premières victoires si symboliques remportées par les filles à l’école.
Il est dommage que toute cette complexité se perde lorsque Cho Nam-Joo aborde le chapitre de la maternité, de ce que cela signifie pour la vie professionnelle mais aussi personnelle de la femme. J’ai senti beaucoup de colère dans cette dernière partie. L’écrivaine n’a peut-être plus assez de distance par rapport à sa propre expérience et cela nuit me semble-t-il à la richesse du propos. Fort heureusement, la conclusion permet de rebondir de façon inattendue et permet de refermer le livre avec la sensation d’avoir terminé un roman qui se tient.
En définitive, c’est un bon livre, à lire pour son sujet, mais pas pour ses qualités littéraires. Pour ma part, je crois que je le conseillerais volontiers à des lycéens ou lycéennes, ou à des jeunes adultes qui veulent comprendre ce que c’est que l’inégalité de genre. Les processus sont bien démontés et expliqués avec clarté. J’ai par exemple bien aimé la réflexion sur les liens de cause à effet : pourquoi est-il toléré que les garçons mettent des baskets au lycée mais pas les filles ? Parce que les garçons jouent au foot et font du sport pendant les récrés, pas les filles, répond de bonne foi un professeur. Oui mais c’est parce que les filles n’ont pas le droit de mettre de baskets et de pantalons qu’elles ne jouent pas au foot lui rétorque une élève… Une façon intéressante de se pencher sur la question du sexisme en étudiant une société où cela est poussé à l’extrême, où la différence culturelle rend l’indignation plus facile, mais dont de nombreuses situations demeurent transposables dans notre société.

71raton-liseur
Muokkaaja: maaliskuu 1, 2020, 8:00am

22. (8) Le Petit Bala : La légende de la solitude de Ridvan Dibra, traduit de l’albanais (Albanie) par Evelyne Noygues
(Not translated into English)



A ce moment-là, Bala se met à pleurer et s’assied sur la chaise. Il ne sait pas quoi faire. C’est le moment le plus triste de la journée. Même s’il a trouvé une solution, comme savent le faire les solitaires. Ils font appel à leurs souvenirs.
(p. 32, Chapitre 7, “Bala ne va plus à l’école. Même si on le supplie. Même si on le lui ordonne.”).

Je dois bien avouer que c’est un peu par exotisme que j’ai acheté ce livre : ce n’est pas tous les jours, en effet, que l’on trouve un roman albanais sur les tables des libraires. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, donc, et je dois bien dire que ce fut une lecture plutôt agréable…
Ridvan Dibra semble être un auteur contemporain relativement connu dans son pays. Ici, il utilise la trame d’une chanson populaire pour donner vie à des personnages. Le petit Bala, bien sûr, mais aussi son père, sa mère, son voisin, Maria et Martha, ainsi que les habitants de ce village des Balkans qui semble hors du temps, comme si nous étions dans un conte. Un conte cruel, celui d’une mort violente, un meurtre probablement, et de la vengeance qui s’ensuivra. Mais entre les deux, en trente très courts chapitres aux longs titres constitués de trois vers, c’est le deuil du petit Bala qui est le cœur de ce récit, l’histoire d’un enfant qui se construit comme il peut entre l’absence d’un père adoré et la présence d’une mère distante.
La lecture de ce petit opus a probablement beaucoup perdu de sa saveur pour moi qui ne connaît pas la chanson ou la légende dont s’inspire cette histoire, c’est dommage que l’éditrice ne l’ait pas incluse en préambule ou en annexe du livre. Mais c’est une lecture qui demeure intéressante, à mi-chemin entre le conte et le roman. Dépaysant mais pas trop, âpre et tragique comme l’est la vie.

72raton-liseur
Muokkaaja: maaliskuu 2, 2020, 3:34pm

23. (9) Je ne reverrai plus le monde, textes de prison de Ahmet Altan, traduit du turc (Turquie) par Julien Lapeyre de Cabanes
(Translated into English as I will never see the world again)



La vie soudainement s’était figée. Elle ne bougeait plus.
Froide, inanimée.
La vie était morte.
Morte tout d’un coup.
J’étais vivant et la vie était morte.
Alors que je croyais mourir et que la vie continuerait, elle était morte et je lui survivais.

(p. 98, Chapitre 7, “Rencontre avec le temps”).

Ce n’est pas facile d’écrire après la lecture d’un tel livre. Ahmet Altan fait partie de ces nombreux intellectuels enfermés arbitrairement par un pouvoir en plein durcissement après le coup d’état manqué de juillet 2016. Son dossier a suivi son cours et, malgré de nombreux rebondissements, ce journaliste de 69 ans est aujourd’hui encore en prison, condamné à la réclusion à perpétuité. Malgré deux romans déjà parus en France, je ne connaissais pas cet auteur et c’est grâce à une note de lecture d’une lectrice dont j’apprécie souvent les choix de lecture que je me suis laissée convaincre.
Et bien m’en a pris. C’est une lecture qui ne laisse pas indifférent. C’est toujours difficile de trouver les bons adjectifs dans ce genre de situation : le livre évoque des évènements sombres pour un pays, tragiques pour un homme, comment dire que l’on a aimé cette lecture malgré son côté éprouvant, malgré ce qu’il décrit.
Eprouvant, ce livre, parce qu’il décrit une situation véritable. Mais pourtant, pas du tout plombant, si je peux me permettre d’utiliser ce mot. Parce que tout cela est passé au filtre de la distanciation dont est capable l’auteur. Il vit son incarcération à la fois dans sa proche chair, et comme un spectateur qui intellectualise cette expérience. Il le dit à plusieurs reprises, aucune porte ni aucun mur ne résiste à un écrivain.
Mais ce n’est pas seulement cette force de l’imagination ni cette culture qui rendent la lecture de ce livre si bouleversante. C’est la façon tellement détachée avec laquelle il décrit son expérience. Sentant bien que le juge est plus embêté que lui de cette mascarade judiciaire : l’un y laisse sa liberté, l’autre loupe l’heure du café. Ce détachement et cet humour m’ont parus parfois de la fanfaronnade, mais une fanfaronnade nécessaire parce qu’elle permet de survivre à ces conditions d’enfermement, et une fanfaronnade d’un grand panache.
C’est un texte fort, publié dans différents pays mais bien sûr pas en Turquie. L’éditeur est étrangement silencieux quant à la façon dont ces textes ont été sortis de prison, et peut-être ce silence est-il nécessaire. C’est d’ailleurs un texte peu structuré qui est ici donné à la lecture. Si l’on suit globalement la chronologie des faits judiciaires, mais les textes sont toujours courts, et s’y intercalent des réflexions, des pensées, des rêveries.
En définitive, ce livre, avec ses petites imperfections, est, j’imagine, un reflet fidèle de son auteur. C’est une lecture poignante et paradoxalement pleine d’espoir. C’est aussi un livre qui m’emplit d’un grand respect pour Ahmet Altan, pour la façon dont il affronte sa détention. Je ne connaissais pas cet homme avant, ni son combat ni ses écrits. Je suis maintenant tout simplement admirative de ce qu’il réussit à transmettre dans ce court texte. Je n’ai pu m’empêcher de le comparer à Jean Zay dont j’ai lu il y a un peu plus d’un an des extraits de ses textes de captivité. Le contexte est différent, leur attitude face à l’adversité est aussi différente, mais c’est la même dignité inaltérable, la même capacité infinie à trouver en soi les ressources de sa propre liberté.
Je referme ce livre avec un étrange mélange de serrement au cœur et de chaleur. Serrement au cœur car cette détention ne devrait pas même être et une chaleur pour l’espoir qui transpire de ce texte. L’espoir que l’esprit est malgré tout plus fort, que c’est l’intelligence qui triomphera parce qu’on ne peut l’étouffer.

73Dilara86
maaliskuu 3, 2020, 11:10am

>72 raton-liseur: Contente que ça t'ait plu ! J'avais un peu peur de l'avoir survendu...

74raton-liseur
maaliskuu 4, 2020, 6:06am

>73 Dilara86: Non, bien au contraire, je l'ai encore plus aimé que ce que ta critique m'avait laissé penser. Je crois que c'est moi qui aie tendance à le survendre...

75raton-liseur
maaliskuu 4, 2020, 6:23am

24. Se Réjouir de la fin d’Adrien Gygax
(Not translated into English)



Et ça prend vite toute notre face, cette idée de mort, ce dernier projet.
(p. 9, Chapitre 2, “Faire connaissance”).

On transmet malgré soi, malgré tout. Et ce sont toujours les autres qui décident de la part de nous qui est transmise.
(p. 22, Chapitre 7, “Avoir transmis”).

Un titre reçu par netgalley, justement à cause du titre, qui me paraissait prometteur. La vieillesse, la fin de vie, les EHPAD (l’acronyme impersonnel permet-il de mettre la réalité à distance pour la rendre plus supportable), ce sont hélas des sujets qui me font beaucoup réfléchir ces temps-ci, et c’est un thème qui apparaît régulièrement dans mes lectures, ce livre semblait donc écrit pour moi.
Adrien Gygax est un auteur d’à peine trente ans et ce livre est son deuxième roman. Il a décidé de le présenter, bien que son nom ne puisse pas être plus gros sur la couverture, comme le texte écrit par un homme dans les huit derniers mois de sa vie, qu’il a passés dans une maison de retraite. C’est un pacte avec le lecteur plutôt risqué, et je dois avouer que je n’ai pas trouvé l’écriture d’Adrien Gygax à la hauteur du défi qu’il s’est imposé à lui-même.
Le livre est composé de courts textes, écrits comme une série de pensées qui traversent le narrateur (dont nous ne connaîtrons pas le nom) au fil de ses mois dont il sait très bien quelle sera l’issue. Mais la voix ne m’a pas parue celle d’un homme sur la fin de sa vie, je n’ai pas senti ce lâcher prise dont il est question, ni cette idée de se réjouir de la fin. J’ai vu trop d’énergie physique dans l’écriture (on va en maison de retraite lorsque l’on ne peut plus assurer soi-même les activités de son quotidien, pas lorsqu’on est encore plein d’énergie), trop de futur pour un homme qui sait qu’il n’en a plus beaucoup.
Il y a des idées intéressantes, je ne le nie pas. J’ai aimé le texte sur la transmission par exemple, mais je n’ai rien trouvé auquel je n’avais déjà pensé, et je n’ai pas trouvé non plus cette façon d’accueillir la fin avec sérénité, voire même avec joie. C’est beau d’envisager la mort comme un projet, même si c’est le dernier. On peut avoir à cœur de le réussir, de profiter de son déroulement, c’était ce que j’espérais voir dans ce livre, comprendre comment on pouvait accomplir cela. A la place de cela, j’ai vu des textes sur les différents aspects de la vie en maison de retraite, décrite d’un point de vue que j’ai toujours trouvé extérieur.
Le texte se lit vite, mais il s’oubliera vite aussi, et c’est bien dommage parce que c’est un sujet auquel il va nous falloir réfléchir de plus en plus, pas seulement pour la génération qui est actuellement en train de s’en aller, mais pour celles qui la voient partir, celles qui seront les prochaines à s’en aller, en maison de retraite ou autrement.

76raton-liseur
Muokkaaja: maaliskuu 4, 2020, 9:24am

25. La Traversée de Pyongyang de Marc Nexon
(Not translated into English)



Je ne comprends pas ce que je fais ici. J’entends toujours au loin cette petite voix qui me murmure : « Tu ne verras rien. » Comme elle a raison ! De tous mes reportages c’est le plus insensé. J’appartiens à un lieu peuplé de fantômes, d’absences et je ne cesse de me cogner contre moi-même. (p. 78).

Difficile dire quelque chose sur ce livre, parce que c’est un livre qui ne dit rien. Ne vous méprenez pas, ce n’est pas un livre vide, c’est un livre sur le vide. Et c’est cela qui est déconcertant. Ce que décrit Marc Nexon ici, c’est la Corée du Nord, ou plutôt ce que les guides chargés d’escorter son groupe de touristes venus pour le marathon de Pyongyang lui en laisse voir. C’est-à-dire rien, un pays vide d’habitants, vide de vie. Marc Nexon décrit l’absence d’animaux, pas même des oiseaux ou des insectes, l’absence de voiture, l’absence presque complète d’êtres humains, que l’on aperçoit seulement de loin en loin en train de pousser un vélo, ou par les interstices d’une palissade en train de réaliser des travaux publics dont on n’est pas sûr de l’utilité.
Marc Nexon est journaliste, et il a essayé pendant des années d’entrer en Corée du Nord. Lorsqu’il trouve le moyen de le faire en s’inscrivant pour courir le semi-marathon de Pyongyang, il espère, j’imagine, rapporter un témoignage journalistique sur ce pays, peut-être le plus fermé du monde. Mais non, il ne voit rien, n’entend rien, et le témoignage qu’il livre n’apprend rien que l’on ne savait déjà sur ce pays.
Pourtant, Marc Nexon arrive à un tirer un livre qui frise les cent pages et l’on ne s’ennuie pas pendant cette courte lecture. Il mêle ses impressions de voyage, entre surréalisme et paranoïa, avec des informations venues d’autres reportages ou d’autres témoignages pour imaginer ce qu’il ne voit pas. Ce n’est pas de la rigueur journalistique parce que Marc Nexon prête beaucoup de pensées aux gens qu’il rencontre (principalement ses guides !), sans que rien à part peut-être une lueur dans les yeux, ne lui permette d’étayer ses propos.
C’est donc à un exercice, tant journalistique que littéraire, assez étrange auquel le lecteur assiste. Il m’a fallu un peu de temps pour comprendre puis accepter le parti pris de l’auteur, mais finalement, c’est un livre sur intéressant, plus une introspection qu’un reportage, plus le récit d’une claustrophobie qu’un témoignage journalistique. Je ne sais pas si Marc Nexon a tiré des articles de son expérience en Corée, mais la décision de publier un livre (le premier pour lui je crois) se justifie tout à fait de par la façon dont il traite son sujet, et par le sujet lui-même, qui est moins Pyongyang que la paranoïa d’un touriste pas tout à fait lambda. Qu’on ne s’y trompe pas, le lecteur moyen (dont je fais partie), peu au fait de la réalité en Corée du Nord, apprendra avec ce livre bien des choses sur ce pays, mais je ne crois pas qu’il faille lire ce livre en ayant cela comme principal objectif.
Cette courte lecture ne m’a donc pas laissée indifférente, c’est un texte intéressant à plus d’un titre, que je suis contente d’avoir pu lire grâce à l’éditeur, Grasset, qui a accepté de me faire confiance et a bien voulu me l’envoyer via netgalley, qu’il en soit remercié !

77raton-liseur
maaliskuu 11, 2020, 3:00pm

I am currently reading a long book (more than 1200 dense pages...), Le Cheval rouge by Eugenio Corti, about WW2 seen from the Italian army side. Really interesting, but a long journey, and some reading that need some focus.

At the same time, as my work routine has changed, I am left with some 10 to 15 minutes to read in the morning, not enough to get immersed in Le Cheval rouge, so I have decided to go on a spree of children literature. You’ll see a lot of reviews for such books in the coming weeks, with, here and there, more grown up stuff.

Starting right away with...

26. Rana et le dauphin de Jeanne-A Debats
(Not translated into English)



La collection Soon, des éditions Syros, est destinée aux enfants de 8 ou 9 ans. Cet opus, comme le précédent que j’ai lu, est une histoire d’anticipation classique. Ici, c’est le thème des recherches scientifiques sans réflexion éthique qui est évoqué. Après l’inoculation de nanorobots, le dauphin Typhon acquiert la faculté de parler, mais les scientifiques perdent vite le contrôle et la créature inquiète ses créateurs. On n’est pas loin du mythe de Frankenstein, mis à la hauteur d’un jeune lecteur... Heureusement, Rana, 9 ans (comme les lecteurs potentiels) est là et tout se finira mieux que pour la créature de Frankenstein.
L’histoire est très classique, mais justement bien adaptée à son public. Il y a juste quelques incohérences, avec des cétologues qui travaillent à la mise au point de nanorobots. C’est un détail qui n’enlève rien à l’histoire, mais qui m’a fait tiquer…

Avec cette deuxième lecture dans cette collection, je me dis qu’il y a matière à faire un petit rallye lecture pour des élèves de CE2 ou des petits lecteurs de CM1 ou CM2. Il n’y a pas beaucoup de livres qui se lisent assez rapidement et dont les histoires ne sont pas trop « bébé » (même si l’offre dans ce domaine s’étoffe de plus ou plus), et ici c’est ce que nous avons, idéal pour des enfants qui ne veulent plus d’histoires dignes de Oui-oui mais qui ne sont pas encore prêts à plonger dans Harry Potter et consort.
Une bonne façon, aussi, d’initier les jeunes lecteurs à un nouveau genre littéraire, peu représenté dans la littérature pour les très jeunes et pourtant un des meilleurs moteurs de vente de livre pour les adultes. Peut-être une bonne stratégie pour convaincre quelques enfants de se mettre à la lecture ?

78raton-liseur
maaliskuu 11, 2020, 3:02pm

27. Hatchiko, chien de Tokyo de Claude Helft, illustré par Chen Jiang Hong
(Not translated into English)



C’est la couverture qui m’a fait choisir ce livre sur les étagères de notre bibliothèque, au rayon « premiers romans » et je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, sinon à une jolie histoire. Je ne m’attendais pas à une histoire vraie, celle d’un chien qui reste fidèle à son maître même après la mort de celui-ci.
Une histoire très japonaise, si ce n’est pas trop caricatural de dire cela. Une histoire de fidélité et de chaleur dans une grande ville que l’on imagine souvent comme la plus impersonnelle. C’est une jolie histoire, mais bien loin de notre culture, et j’ai du mal à imaginer comment de jeunes enfants vont réagir à cette histoire qui célèbre la fidélité mais qui est finalement d’une grande tristesse du début à la fin. Un beau livre, avec des illustrations qui rehaussent le texte, qui lui donnent de la profondeur et de la complexité. Mais un livre qui nécessite la présence d’un adulte pour aider les enfants à décrypter cette histoire s’ils en ont besoin, mais j’ai l’impression de dire cela pour beaucoup de livres destinés à cet âge.

79raton-liseur
Muokkaaja: maaliskuu 15, 2020, 12:18pm

28. Elma, une vie d’ours, tome 2 : Derrière la montagne d’Ingrid Chabbert (scénario) et Léa Mazé (illustrations)
(Not translated into English)



Après avoir lu le premier tome il y a quelques semaines, j’étais curieuse de découvrir ce qui se cachait derrière la montagne et d’entreprendre, avec Elma et Papa ours, la seconde partie de ce voyage. Ce second livre m’a paru plus inquiétant, les images sont dans des tons oranges plus agressifs que le bleu étrangement chaud du premier tome, la forêt est faite de pins aux côtés acérés et non plus de feuillus tout arrondis. N’ayant plus le tome 1 sous la main, c’est avant tout une impression que je décris ici, mais cela m’a vraiment marquée en tournant les premières pages de ce livre.
Entre ce changement d’atmosphère et les développements de l’histoire, je dois avouer que je n’ai pas véritablement accroché à ce deuxième tome, alors que le premier m’avait plutôt séduite. L’histoire devient un peu fantastique, avec une malédiction qui pèse sur le monde et j’ai trouvé cela plutôt convenu. C’est probablement un mauvais procès puisque l’on parle quand même de l’histoire d’un ours qui adopte une petite fille, le côté fantastique n’aurait pas dû me surprendre.
Cela ne finit pas comme je l’aurais imaginé, quelques choix de scénario me paraissent un peu faciles, mais c’est finalement une bande dessinée plutôt intéressante, où les dessins prennent le pas sur le scénario, et c’est un plaisir pour les yeux !

80raton-liseur
Muokkaaja: maaliskuu 29, 2020, 11:52am

It’s a strange situation the one we are in at the moment. I am « confined », as almost half of the word population. So far, there are not that much cases in my part of France, and I feel fairly disconnected : an epidemy is going on worlwide, for the moment nobody from my close family got infected. I must admit that I am enjoying the stay-at home status : I go to work once a week for the moment, to baby-sit children from the medical staff and ensure « pedagogic continuity » for my class when needed, but I manage to have a lot of house work done (cleaning, tidying) and I manage to experiment a few new cooking recipes, while M’sieur Raton is doing a lot of gardening that has been pending for quite some time. Next week, I plan to finally start to refurbish a writing desk and a wardrobe that we bought almost two years ago ! All in all, I feel really privileged regarding our confinement conditions and, as I said, quite disconnected. I can’t manage to worry that much, but feel it might befall on me just at once…
In the meantime, as in summer, I actually get pretty few reading done, more absorbed in family, house and garden activities. I am still reading my 1200 + pages book, starting the last quarter, so the review should come in one or two week.
Stay safe, confined as much as you can and serene as much as you manage.

And, going back to the purpose of this thread, here is a new review, that is long overdue!

29. (10) De la terre à l'assiette : 50 questions essentielles sur l'agriculture et l'alimentation de Marc Dufumier
(Not translated into English)



Nous n’avons aucun intérêt, au-delà de nos besoins européens, à nous lancer dans la course internationale à la production à moindre coût.
(p. 98, Question 21, “Pour être compétitive, l’agriculture française doit-elle se spécialiser ?”).

Je lis rarement ce genre de livres, qui ne sont lus que par des gens déjà convaincus et qui par conséquent ne font en général pas avancer le débat. Mais j’ai fait une exception pour ce livre offert par l’éditeur dans le cadre de la Masse Critique de Babelio parce que l’auteur ne m’est pas étranger, puisque Monsieur Dufumier a été mon professeur pendant mes années d’étude il y a maintenant presque deux décennies, et un prof dont j’ai aimé suivre puis utiliser les enseignements. J’étais curieuse, avec ce livre, de renouer indirectement avec lui, de voir comment sa pensée avait évolué, si la mienne avait pris le même chemin. Ma lecture a probablement été biaisée par ce positionnement, mais elle n’en a pas pour autant été moins intéressante.
J’ai retrouvé dans ce livre beaucoup des thèmes chers à Dufumier (oui, réflexe d’ancienne élève, c’est difficile de lui donner du Monsieur si je ne m’adresse pas directement à lui, et impossible d’utiliser son prénom…), beaucoup de positions qui étaient déjà les siennes il y a deux décennies, avec cependant une plus grande attention donnée à l’« agriculture biologique », là où son combat était avant principalement en faveur de l’agriculture paysanne. C’est une évolution logique, qui tient compte de l’évolution des connaissances, et qui est plus dans l’air du temps.
Ce livre tient donc finalement toutes les promesses que l’on peut en attendre. Les réponses sont finalement plutôt attendues, mais relativement bien argumentées. Il y a bien quelques raccourcis du style « il est donc évident que... » ou des généralisations un peu abusives, mais le format court de chaque chapitre et du livre rendent ces défauts quelque peu inévitables. Le raccourci qui m’a le plus amusé est celui qui permet à Dufumier de dire que les insectes ne seront pas à notre menu demain, c’est une aberration, mais par contre, on aurait tout à gagner à inclure de plus en plus les algues dans notre alimentation. Je dois bien avouer que je n’ai pas compris le raisonnement qui fait du premier une mode de bobos et le second une bonne idée (même si effectivement, je mange des algues assez souvent, des insectes jamais sauf éventuellement si la salade est mal lavée !).
Ce qui m’a peut-être le plus surpris dans ce livre, c’est la prééminence de l’agriculture biologique dans les préoccupations de Dufumier. C’est en fait me semble-t-il une position assez égoïste, qui consiste à privilégier avant tout ce que l’on ingère soi, pour préserver sa santé personnelle, des considérations telles que le fait de consommer local, pour éviter les pollutions de la planète. Bien sûr, les deux ne sont pas antagonistes et le mieux, comme le dit Dufumier lui-même, est le bio local, mais c’est toujours le bio qu’il privilégie, lorsque pour ma part j’ai tendance à privilégier le local. Mais c’est finalement une différence mineure dans une approche générale que je partage globalement.
Par contre, j’ai trouvé certains discours relativement datés. Des erreurs ont été faites, certes, en particulier avec une ouverture à outrance des frontières qui va à l’encontre de la souveraineté alimentaire de certains pays. Mais le fait de tout simplement refermer les frontières ne permettra pas de corriger ces erreurs et de revenir en arrière. Dufumier prend l’exemple de la paysanne malgache en compétition avec le riz européen. La paysanne ne peut plus vendre son riz, cela crée de l’exode rurale. Mais fermer les frontières et multiplier par deux le prix du riz, est-ce véritablement envisageable dans un pays où une partie de plus en plus importante de la population dépend des marchés pour se nourrir et a en même temps des revenus plus que faibles et incertains. Il faudra donc trouver d’autres solutions. C’est certes une bonne chose de comprendre les mécanismes qui ont abouti à cette situation pour ne pas reproduire les mêmes erreurs, mais on ne peut prôner un simple retour en arrière et là, Dufumier semble à cours d’idée, du moins dans le cadre de ce livre.
En définitive, ce fut une lecture instructive, stimulante parce que j’ai cherché à comprendre les rouages de la pensée de l’auteur. Encore une fois, ce n’est pas un livre exempt de défauts et c’est une lecture qui s’adresse à ceux qui ont déjà réfléchi à ce genre de sujet et ont des opinions proches de celles de Dufumier. Disons cependant que les constats faits sont plutôt alarmants et donnent envie d’aller encore plus loin et plus vite dans le sens d’une consommation responsable.

81raton-liseur
maaliskuu 29, 2020, 11:08am

30. Le Bébé tombé du train, ou quand l’amour d’une mère est plus fort que tout de Jo Hoestlandt, illustré par Andrée Prigent
(Not translated into English)



Et puis ce fut le printemps. Anatole ouvrit grand la porte sur le dehors, et Virgile qui avait fait ses premiers pas put sortir et découvrir le monde, tout seul. Il montrait à Anatole tout ce qu’Anatole ne regardait plus jamais : un escargot baveux, un petit caillou parfait, une coccinelle, des gouttes de rosée, un œuf… Anatole lui apprenait le nom des choses et des animaux, mais c’était Virgile qui lui apprenait à les voir, à les regarder.
(p. 25, Chapitre 3, “Où le vieil homme ouvre aux gendarmes”).

C'est la couverture qui m'a amenée à prendre ce livre sur les étagères de la bibliothèque, ce dessin à la manière des gravures de Seiz Breur dans la première moitié du vingtième siècle en Bretagne m'a toujours attirée. Puis quand j'ai vu le nom de l'autrice, que j'ai découverte il y a quelques semaines grâce à la sélection des Incorruptibles de cette année, je ne pouvais plus que l'emprunter et le lire. Ce qui fut chose faite.
L'histoire est plutôt mignonne, celle d'un vieil homme seul qui recueille un bébé tombé par hasard dans son jardin. L'un apprivoise l'autre, quand l'autre ouvre peu à peu son cœur. Rien de très nouveau, mais une jolie histoire, avec un vieux monsieur qui n'a pas l'air vraiment sympathique, et qui ne changera pas son mode de vie, ce qui est finalement plus respectueux et plus réaliste que tous ces romans où le personnage principal doit finalement revenir à la normalité.
J'ai par contre trouvé le sous-titre assez dérangeant, car si, certes, il s'explique à la fin, l'histoire n'est pas du tout sur une mère, et je trouve que cela occulte un peu trop le véritable sujet de cette histoire. Par ailleurs, il est important de savoir que le fin mot de l'histoire concernant ce bébé tombé dans le jardin est donné à la fin, mais d'une façon très elliptique, et probablement difficilement compréhensible pour la plupart des lecteurs auxquels ce livre est destiné, il faut donc être prêt à faire une petite explication de texte pour que tout s'éclaircisse.
Un livre assez court, qui prend son lecteur pour quelqu'un d'intelligent, et qui ne cherche pas à donner de leçon, juste un beau moment de vie pour trois personnages que le hasard et les vicissitudes de la vie font se croiser.

82raton-liseur
maaliskuu 29, 2020, 11:44am

31. Mon frère est un cheval / Mon cheval s’appelle Orage d’Alex Cousseau
(Not translated into English)



J’avais entendu parler de cette collection un peu spéciale lorsqu’elle avait été lancée, la collection Boomerang des éditions du Rouergue, mais je n’avais jamais eu l’occasion de la lire. C’est donc maintenant chose faite. D’abord le principe : ce livre contient deux histoires, ou plutôt, les deux versants d’une même histoire. Ces deux versants peuvent être lus dans un ordre ou dans un autre, et c’est finalement assez déstabilisant. J’ai cherche un indice pour savoir dans quel ordre lire cette deux histoires, « Mon frère est un cheval » ou bien « Mon cheval s’appelle Orage », mais je n’ai effectivement rien trouvé. Le code barre est mis de la même façon de chaque côté, de même que les indications que l’on trouve au début d’un livre (copyright par exemple) ou en fin de livre (date et lieu de l’impression entre autres) se retrouvent indistinctement, quelque soit le sens dans lequel on prend ce livre. J’ai donc pris le livre dans l’ordre qui figure sur les sites de librairie en ligne, à défaut d’autre chose, et je me suis ainsi retrouvée à lire deux épisodes qui se succèdent chronologiquement et qui se rejoignent même à la fin.
L’histoire en elle-même est assez peu originale, pas très réaliste non plus, et je n’ai pas été complètement convaincue par cette histoire ni par le format qui est une curiosité mais qui, au moins dans le cas présent, n’apporte pas beaucoup à l’histoire. Je réessayerai d’ici peu avec l’autre opus de cette collection que la bibliothèque de mon village possède, mais pour l’instant, je suis un peu dubitative...

83sallypursell
huhtikuu 4, 2020, 7:07pm

Hélas, my French is so poor that there is no point in my trying. I have paged through you thread, and admired the pictures of books, and gotten a few ideas from what French rather jumped out at me.

I look forward to seeing you around in Club Read, and so glad you are here.

84raton-liseur
huhtikuu 5, 2020, 12:48pm

>83 sallypursell: Thanks for your kind words, Sally. I totally understand taht my thread is not that easy to browse, but I'm happy you enjoyed the pictures!
I am a bit absent from LT those days, not staying too long in front of the computer, which is even more important in the current context. So lots of catching up to do for me in the coming days to get up to speed on the Club Read events!

85raton-liseur
huhtikuu 5, 2020, 12:50pm

32. Le Cheval rouge d’Eugenio Corti, traduit de l’italien (Italie) par Françoise Lantieri
(Translated into English as The Red Horse)



1245 pages d’une écriture petite et serrée… La lecture de ce livre m’aura pris très exactement un mois, du 1er au 31 mars. Une lecture au long cours, donc, et il faut y être prêt avant de se lancer dans ce livre. La question est alors, le jeu en vaut-il la chandelle ? L’éditeur présente ce livre comme un nouveau Tolstoï. Moi qui avait adoré Guerre et Paix, je ne pouvais qu’être sensible à ce genre d’argument. Et puis je dois bien avouer que l’implication de l’Italie dans la seconde guerre mondiale m’est particulièrement inconnue, ce livre était donc un bon moyen de remédier un tant soit peu à cette lacune. Je me suis donc lancée, après que l’éditeur m’ait gracieusement envoyé ce livre via netgalley.
Je me suis alors retrouvée dans le village de Nomana, non loin de Milan, en mai 1940, entourée de différents jeunes gens de la classe 21, la première qui allait partir à la guerre. Eugenio Corti nous présente une Italie fasciste par défaut, militariste par ordre. Et les jeunes partent, les uns après les autres. Beaucoup iront sur le front russe, qui fut une déconfiture totale pour l’armée italienne et une hécatombe pour les soldats. C’est en particulier la retraite de l’hiver 1942-1943 qui est décrite en détail, lorsqu’un grande partie des force italiennes lancée dans la bataille se retrouve encerclée dans une poche et ne peut fuir qu’à pied. Beaucoup n’en réchapperont pas, quelques uns pourront rentrer, d’autres seront faits prisonniers et affronteront un nouveau lot de terribles épreuves.
Les épreuves de la captivité, ainsi qu’une incursion sur le front albanais puis sur la reconquête de l’Italie face aux Allemands forment la grande partie de la deuxième partie. D’ailleurs, voir, à partir de l’été 1943, l’Italie changer de camp et voir tout à coup dans l’allié allemand tout puissant un occupant, a quelque chose d’assez fascinant. Si l’Italie est entrée tard dans la guerre, elle signe tôt sa reddition, mais n’en finit pas de sortir de la guerre. C’est aussi le temps de l’attente pour les familles restées au pays, le temps des doutes et de l’angoisse.
Enfin, dans une dernière partie, l’auteur évoque, bien plus rapidement, les premières décennies d’après guerre. Les rescapés de la classe 21 ont mûri et doivent faire face à de nouveaux défis, la reconstruction économique d’abord, politique aussi, puis les changements d’une société qui, comme dans le reste de l’Europe occidentale est en pleine mutation.

Le propos est intéressant, il m’a fait découvrir beaucoup d’aspects de l’histoire italienne moderne que je ne connaissais pas. Mais la lecture fut, je dois l’avouer, assez difficile. J’ai trouvé que l’œuvre manquait d’unité, avec d’un côté les épisodes de la guerre, décrits avec une minutie presque clinique (mais en même temps avec très peu d’événements tragiques qui se déroulent sous les yeux du lecteur. Pendant une assez longue première partie, les personnages semblent comme arriver après les horreurs, après les morts, et pendant longtemps, la guerre n’est présente que comme en creux). Puis, après la guerre, des événements qui sont survolés, mais cette fois, avec une pesanteur dans l’écriture qui confine à l’obsession.
La première partie est difficile à lire, à moins d’aimer la littérature de guerre dans ce qu’elle a de plus frustre, la seconde partie est un pensum. On comprend très vite la thèse de l’auteur : l’anti-communisme et les valeurs chrétiennes comme rempart absolu contre tous les dévoiements de la société moderne, comme summum de la civilisation. On en arrive à des absurdités, avec les personnages chrétiens qui sont bons et beaux et les autres qui, immanquablement, vieillissent mal et ont des mœurs peu recommandables. Voir dans la morale chrétienne l’alpha et l’oméga de la morale tout court et de la civilisation, c’est vraiment pesant au bout d’un moment et rend le livre plus que répétitif.
A signaler aussi, que ce roman est en fait en grande partie autobiographique. On retrouve beaucoup d’Eugenio Corti dans deux des principaux personnages du roman : le jeune Ambrogio Riva, fils d’un industriel du textile (comme Corti) qui a une conception trèèèès paternaliste de son rôle et son ami Michele Tintori, qui se porte volontaire pour le front russe (comme Corti) et qui devient écrivain au retour de la guerre, basant son œuvre sur une dénonciation inlassable du communisme et sur une défense incessante des valeurs catholiques. L’épisode sur la pièce de théâtre écrite par Tintori (Eugenio Corti en a écrit une, Procès et mort de Staline) est d’ailleurs intéressante (bien que pesante à lire) pour voir comment cet homme voit le monde ligué contre lui, lui qui a raison contre tous. On dirait un peu la mauvaise foi de Rousseau dans Les Confessions, pas une mauvaise compagnie certes, mais pas pour les bonnes raisons…).

En définitive, je suis contente d’avoir fait cette lecture, d’y avoir appris beaucoup de choses, mais je ne peux pas la recommander, car elle me semble trop pesante (toujours ce mot qui revient), d’une honnêteté intellectuelle discutable et j’espère qu’il existe d’autres livres sur cette période qui sont plus agréables à lire pour le même résultat.
A noter, cependant, que ce livre est un succès de librairie en Italie, et ce depuis sa sortie en 1983. Je pense que des Italiens, ou des personnes connaissant mieux la société italienne que moi, voient peut-être plus dans ce livre que je ne suis capable de le faire. Un livre que je ne peux donc pas déconseiller, mais que j’accompagnerais d’une mise en garde, que l’on sache dans quoi on met les pieds avant de se lancer dans cette course de fond...

86raton-liseur
huhtikuu 8, 2020, 9:35am

33. Maître et serviteur de Léon Tolstoï, traduit du russe (Russie) par Ely Halpérine-Kaminsky
(Translated into English as Master and Man)



Je ne sais pas exactement pourquoi j’ai décidé de lire ce livre. Enfin si, parce que je cherchais un livre court dans ma liseuse pour une pause d’un après-midi, et parce que j’avais vu mentionner Tolstoï quelques jours plus tôt dans une autre liste de lecture et que cela m’avait à nouveau rappelé que je délaissais cet auteur depuis trop longtemps. J’ai donc ouvert cette nouvelle sans vraiment savoir à quoi m’attendre, et j’ai été intéressée par ce que j’ai découvert, cette petite parabole sur ce que l’on attend de la vie, sur ce qu’elle donne et sur ce qu’elle reprend. Le propos est simple et la narration aussi efficace que possible, l’histoire est resserrée autour de deux personnages, Vassili Andreitch le riche marchand qui ne ménage pas sa peine, est à l’affût de toutes les opportunités et sait faire ce qu’il faut pour en profiter et Nikita, son serviteur, un pauvre diable porté sur la boisson qui laisse la vie s’écouler comme elle le doit, en suivant la plus forte pente.
Lorsque les deux hommes se retrouvent dans une tourmente de neige à cause de la cupidité de Vassili, Nikita continue à obéir à son maître dans tous ses ordres, parce qu’il est un serviteur et que l’on ne critique pas un ordre, même s’il défie le bon sens. Vassili se comporte en maître obnubilé par le profit, Nikita en serviteur docile. La catastrophe n’est pas loin, elle couve et le lecteur se demande à chaque instant quand elle va arriver. Elle sera peut-être un révélateur, les rôles de maître et de serviteur n’étant alors plus aussi clairs, mais les fins heureuses ne sont pas l’apanage de Tolstoï, et la morale de l’histoire est amère, plus proche des engelures que d’un bon samovar bien chaud.
Une nouvelle de Tolstoï plutôt connue, et qui mérite sa célébrité. Pas de grande thèse très originale, mais une narration qui tient en haleine de bout en bout, faisant ressentir le froid en même temps qu’elle laisse le temps au lecteur de réfléchir aux attitudes des personnages. Une fin d’un grand fatalisme, où l’on se demande si le sacrifice ultime est finalement si utile que cela.

87raton-liseur
huhtikuu 8, 2020, 10:45am

34. Contes et nouvelles, tome 4 : La Sonate à Kreutzer, suivi de Pourquoi ? de Léon Tolstoï, traduit du russe (Russie) par Ely Halpérine-Kaminsky
(Translated into English as The Kreutzer Sonata)



C’est ainsi que je suis devenu amoureux, comme tout le monde. Rien n’y manquait, délices, attendrissements, poésie. Au fond, cet amour était l’œuvre de la mère et du couturier d’une part, et des bons dîners et de l’oisiveté de l’autre. Sans promenades en bateau, sans taille svelte, sans robes bien ajustées, sans sorties en commun, la jeune fille restant chez elle, en peignoir informe, moi-même étant dans des conditions normales d’un homme se nourrissant à la mesure du travail fourni, je ne serais pas tombé amoureux et aucun malheur n’en serait résulté.
(p. 32, Chapitre 7).
Toutes les hautes études des femmes ne sauraient modifier cette situation. Seule la modification de l’idée que l’homme se fait de la femme et de celle-ci sur elle-même pourrait y apporter un changement. La situation changera quand la femme verra dans son état de virginité un état supérieur. Tant que cela n’est pas, l’idéal de toute jeune fille, quelle que soit son instruction, sera de charmer le plus grand nombre possible de mâles, afin de pouvoir mieux choisir parmi eux.
(p. 56, Chapitre 14).

Et puisqu’une nouvelle de Tolstoï n’est pas vraiment assez, j’ai continué sur ma lancée, encore une fois en lisant une nouvelle très célèbre, mais sans savoir du tout à quoi m’attendre. Encore une fois, ce fut une lecture intéressante. Surprenante, aussi, puisqu’à travers cette nouvelle écrite en 1889, alors que son œuvre est déjà bien établie et que ses deux grands romans que sont La Guerre et la Paix et Anna Karénine sont déjà publiés, Tolstoï expose, à travers le personnage tourmenté de Pozdnychev, ses conceptions sur la femme et sur le mariage.
Bien sûr, il faut replacer cette œuvre dans le contexte de l’époque, le propos me paraît à bien des égards (et j’y reviendrai) moderne pour la fin du XIXème siècle, mais aussi dans la vie de Tolstoï, qui a traversé une importance crise morale qui l’amène d’une part à la foi et d’autre part à la critique de la société de son époque.
On retrouve toute cette complexité, voire ces contradictions, dans cette nouvelle. Elle loue ainsi la chasteté, vertu chrétienne cardinale, mais elle prône surtout l’abstinence aussi totale et définitive que possible, même si cela doit conduire à la disparition de l’espèce humaine. On est loin du « Croissez et multipliez » de la Bible ! Les positions sont donc peut-être parfois un peu extrêmes, mais le personnage de Pozdnychev n’est pas des plus équilibrés, ce qui permet d’aborder avec un certain recul les thèses qu’il prêche, et heureusement que Tolstoï nous laisse cet échappatoire !
Il faut cependant avouer qu’il y a des idées intéressantes dans cette nouvelle. Voir le mariage comme une entreprise de séduction de la part de la femme pour se trouver le meilleur parti possible, on n’est pas loin de Jane Austen et c’est une réalité de l’époque pour un certain nombre de sociétés et de couches sociales. Le discours sur la position de la femme dans la société et ce qui la maintient à un niveau inférieur à celui de l’homme a des résonances actuelles me semble-t-il, par exemple la façon dont la femme se plie aux desiderata de la mode et du paraître sans le questionner et voir à quel point cette attitude elle-même est celle attendue par le système patriarcal et le perpétue.
Donc non, je ne suis pas d’accord avec ce monsieur Pozdnychev. L’abstinence est peut-être nécessaire pour ceux qui n’ont pas la force de caractère pour entrer dans une relation saine et équilibrée avec un autre être. La jalousie maladive dont il fait preuve peut être un argument pour dire que lui n’aurait peut-être jamais dû se marier, comme il le pense. Mais je n’en ferais pas une généralité. Cette nouvelle reste cependant particulièrement intéressante en ce qu’elle a plus de cent ans, et une grande partie de son discours sur le patriarcat pourrait être écrite aujourd’hui. Il suffit de changer les canons de la mode, d’ajouter quelques réseaux sociaux et on y est. Un constat bien amer sur le peu de chemin parcouru et sur les difficultés à changer en profondeur les structures de la société...

88raton-liseur
huhtikuu 8, 2020, 1:58pm

35. Anthropologie de la nature : Leçon inaugurale faite le jeudi 29 mars 2001 au Collège de France de Philippe Descola
(Translated into English as Anthropology of Nature)



La mission de l’anthropologie, telle que nous l’entendons, ne souffre donc aucune équivoque : elle est de contribuer avec d’autres sciences, et selon ses méthodes propres, à rendre intelligible la façon dont des organismes d’un genre particulier s’insèrent dans le monde, en sélectionnent telles ou telles propriétés pour leur usage et concourent à le modifier en tissant, avec lui et entre eux, des liens constants ou occasionnels d’une diversité remarquable mais non infinie. (p. 7-8).
Or, c’est dans cette périphérie indécise où naissent les malentendus et les ostracismes, c’est dans ces marges où les civilisations se confrontent, s’évaluent ou choisissent de s’ignorer, que l’ethnologie a choisi de s’installer depuis plus d’un siècle, afin de mieux comprendre les différents régimes d’humanité là même où les écarts qu’ils présentent paraissent les plus significatifs, et contribuer ainsi à l’édification d’une anthropologie moins tributaire des préjugés locaux. (p. 13).
ce dont je suis redevable à mes compagnons amérindiens c’est de m’avoir permis, en bouleversant mes évidences par l’assurance tranquille avec laquelle ils adhéraient aux leurs, de m’interroger en retour sur ce que j’avais tenu jusque-là, plus ou moins consciemment, pour des vérités incontestables (p. 13).

La bulle culturelle du confinement… Je ne sais pas ce qui m’a pris. Après plusieurs semaines de lecture sur ma liseuse électronique, je faisais un peu de tri et je suis tombée sur ce document, de ces livres que j’y mets parfois en me disant que ce serait vraiment bien que je les lise, même si je sais pertinemment que je ne le ferai jamais… « Si je ne le lis pas pendant le confinement, je ne le lirai jamais », me suis-je dit. Alors samedi dernier, je m’y suis attelée ! Il m’a fallu deux bonnes heures, peut-être bien trois pour venir à bout de ces quatorze pages (dactylographiées serrées, certes, mais tout de même!). Avec à la fin, le sentiment de ne pas avoir tout à fait tout compris, mais aussi le sentiment du devoir accompli, d’une lecture qui me rend plus intelligente et que je suis contente d’avoir menée à son terme.
Cette leçon inaugurale respecte les règles du genre : hommage aux anciens et filiation intellectuelle sont là, puis l’établissement du cadre théorique dans lequel le cours (et les recherches actuelles de l’auteur) se déroulera, avec quelques esquisses des premiers messages clef de cette investigation.
Je n’ai pas les compétences pour faire une note de lecture circonstanciée de ce texte, mais j’ai été heureuse de lire ce texte qui, même pour la néophyte que je suis, a été une lecture très stimulante. J’y ai trouvé une conception de l’anthropologie à la fois ancrée dans son histoire et moderne, et surtout j’ai pu avoir une première idée de ce que Philippe Descola appelle l’anthropologie de la nature, ce qui apparaît comme un bête oxymore et qui se révèle un cadre de pensée riche pour appréhender la culture de l’autre, mais aussi pour poser un regard neuf sur notre propre culture et les certitudes que nous avons.
A l’aune des débats actuels sur la moralité ou l’immoralité de manger ou non de la viande animale, ce que propose Philippe Descola, même si ce texte a presque 20 ans déjà, permet de réfléchir aux directions que prend notre société, à ce qu’elles signifient profondément. Ce texte, très érudit, me laisse un étrange sentiment d’avoir voyagé dans l’ailleurs d’autres cultures évoquées au gré de la pensée et de m’être dédoublée pour commencer à regarder d’un œil aussi objectif que possible ma propre société.
Stimulant, passionnant, mais il faut se donner le temps pour cette lecture. Et j’ai tellement aimé cela, que j’ai mis sur ma liseuse deux autres leçons inaugurales du Collège de France. Je vais essayer de ne pas attendre un confinement futur (à Dieu ne plaise !, même si Dieu n’y est pas pour grand-chose…) pour les lire aussi !

---------------------------------------- Note ----------------------------------------
A noter, les leçons inaugurales du Collège de France ainsi que d’autres documents sont en accès libre pendant le confinement. Voici le lien pour les leçons inaugurales (dont quelques unes sont traduites en anglais) :
https://books.openedition.org/cdf/156

Si vous préférez la version audio, France Culture propose plusieurs cours en podcast :
https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france
(Et en fouillant un peu leur site, on trouve des podcasts de leçons inaugurales datant d’il y a quelques années, de quoi sortir moins bête du confinement!).

89Dilara86
huhtikuu 9, 2020, 8:36am

>88 raton-liseur: Merci pour les liens : je sens que ça va me plaire... La leçon sur la littérature haïtienne me fait de l’œil !

90raton-liseur
Muokkaaja: toukokuu 13, 2020, 1:27pm

>89 Dilara86: Contente que ça puisse servir! Celle-là ne fait pas partie de celles que j'ai téléchargées, mais je suis certaine qu'elle sera passionnante! (Et promet une inflation des réservations auprès de ta bibliothèque favorite!)

91raton-liseur
toukokuu 27, 2020, 2:18pm

More than one month with no post on this thread… This confinement time has been a time far from the screens for me, which happened to be a good strategy not to be swamped in anxiety-inducing news and to grab on this opportunity to focus on my family, enjoying activities, chit-chat and good home-cooked meals together.
I had the luck to have very good confinement conditions. And beeing a not-very social person (and it might be an understatement), I did not suffer from the staying-at-home rules.
Strangely, I have not read that much (a lot of long overdue creative activities have taken most of my alone time), but I have audio-read quite a few books, which I had not done since june last year. It is not as satifying as standard-reading books, but I have made some interesting encounters.
I am shamefully behind in terms of book reviews. I’ll try to start again posting regularly, but the weeks to come might be fairly busy profesionally, so I am not sure when I’ll be able to catch up on my reviews and on reading others’ reviews as well. But for sure, I’ll come to it slowly by slowly.

92raton-liseur
toukokuu 27, 2020, 2:18pm

36. (11) Histoires sous le vent de Jacques Perret
(Not translated into English)

Après mon gros livre sur les manœuvres militaires italiennes pendant la seconde guerre mondiale, j’avais besoin d’un livre qui me fasse respirer, et c’est ce petit opus que j’ai tiré de mes étagères. Jacques Perret n’est pas un auteur très connu de nos jours. J’ai découvert son existence au détour d’une critique publiée par un lecteur féru de livres pleins d’aventures et d’eau salée. J’avais déjà découvert Edouard Peisson grâce à lui, donc ça ne pouvait pas être un mauvais conseil, mais j’ai peiné à trouver un livre de ce monsieur, et ce n’est qu’il y a quelques mois que j’ai trouvé ce exemplaire, un peu caché sur les étals du marché aux livres d’occasion mensuel dans le village voisin du mien. La critique que j’avais lue datant d’il y a un bon moment, je n’avais pas trop d’idée de ce dans quoi je m’embarquais, et c’est après quelques pages que je me suis aperçue qu’il s’agissait d’un recueil de nouvelles.
Et je me suis aussi aperçue, au fil des pages, que ce livre est une petite pépite. Certes, il correspondait exactement à ce que je voulais lire au moment où je l’ai pris, mais ce n’est pas seulement cela. Les nouvelles se tiennent par l’atmosphère qu’elles dégagent, une atmosphère un peu pesante d’aventures âpres, mais dans le même temps, une atmosphère d’incertitude, on ne sait jamais vraiment de quoi sera fait le prochain paragraphe. S’il y a une certaine unité dans les nouvelles, une unité de lieu mais aussi, comment dire, une unité d’atmosphère, il y a aussi une grande diversité dans les thèmes abordés. Il est souvent question de chercheurs d’or et d’aventure le long des grands cours d’eau de la Guyane, mais dont la vie est à chaque fois appréhendée sous des angles différents. Chaque nouvelle est une découverte, une surprise que rien ne laissait prévoir.
Et pour ne rien gâcher, l’écriture est soignée, les descriptions font mouche, et les premières phrases de chaque nouvelle m’ont à chaque fois accrochée, ne me laissant pas le choix, je devais lire cette nouvelle, puis la suivante, et encore la suivante.
Une superbe découverte, donc. Assez inattendue, je ne savais pas que j’avais une telle pépite sur mes étagères. J’ai hâte de lire d’autres ouvrages de Jacques Perret, il faudra que je sois vigilante en arpentant les rayons de mes libraires préférés, en neuf et surtout en occasion car Jacques Perret ne semble pas avoir la faveur des rééditions.

93raton-liseur
Muokkaaja: toukokuu 27, 2020, 2:21pm

37. Le Lépreux de la cité d’Aoste de Xavier de Maistre
(Translated into English as The Leper from Aosta)

Il est d’ailleurs encore, au dernier terme de l’infortune, une jouissance que le commun des hommes ne peut connaître, et qui vous paraîtra singulière, celle d’exister et de respirer. Je passe des journées entières de la belle saison, immobile sur ce rempart, à jouir de l’air et de la beauté de la nature : toutes mes idées alors sont vagues, indécises : la tristesse repose dans mon cœur sans l’accabler (…), et chaque site est un ami que je vois avec plaisir tous les jours. (p. 25-26).

Mais du moins je n’étais pas seul alors ; la présence de ma sœur rendait cette retraite vivante. J’entendais le bruit de ses pas dans ma solitude. (p. 44-45).

Philippe Lançon, un journaliste que j’admire beaucoup depuis que j’ai écouté Le Lambeau lu par Denis Podalydès et que j’ai entendu des interviews de lui, parlait de ce livre ce matin à la radio et y a consacré une chronique il y a peu dans Libération, dans une petite série intitulée « chefs-d’œuvre confinés ». Aussi entendu, aussitôt téléchargé sur les magnifiques sites de livres électroniques libres de droits, et aussitôt lu…
L’argument est simple : à la fin du XVIIIème siècle, un lépreux est confiné dans une tour jusque-là abandonnée, afin qu’il puisse vivre sa vie de décrépitude sans contaminer ses semblables. Un homme passant là par hasard s’approche, et une conversation s’engage sur les conditions de cette réclusion. Ce n’est pas exactement notre situation actuelle, puisque nous savons notre confinement limité dans le temps (même si la limite n’en est pas connue), et le confinement est pour éviter d’avoir la maladie, non pour la voir progresser lentement, mais c’est un texte intéressant et, bien sûr, le lire à l’heure de notre propre confinement généralisé lui donne une saveur particulière.
J’espérais, lorsque Philippe Lançon parlait du beau jardin que cultive ce lépreux, trouver un homme heureux de sa solitude, ou au moins serein. Non, la solitude est ici subie et n’a rien de bucolique. Dans les premiers temps du récit, le lépreux (il n’a plus d’autre nom) montre comment il organise sa vie et trouve des moments de respiration et de paix, mais ensuite, les tourments de la solitude se révèlent et apparaissent comme insolubles. Le réconfort de la religion devient alors pour cet homme la principale béquille qui lui permet de continuer sa vie stérile et solitaire.

Le contraste entre le début de la nouvelle et la fin est saisissant, et je crois que j’aimerais n’en garder que cette première moitié, celle où la tranquillité d’esprit se gagne, certes à la force du poignet, mais où elle est possible. Le travail, la contemplation, les plaisirs simples sont les clefs de cette sérénité qu’il faut chaque jour cultiver comme les fleurs de son jardin. Il y a, même si c’est anachronique de le dire, un peu de bouddhisme dans l’ascèse pratiquée par ce lépreux.
Mais la stérilité d’une telle vie apparaît vite, le vernis craque, et le lépreux devient un Job moderne, dont le calvaire ne peut être que mis au service de Dieu. Si l’on tente d’aller au-delà de ce propos religieux, cette seconde partie offre cependant quelques réflexions intéressantes sur l’importance des relations sociales et la façon dont elles participent à la structuration d’une vie.
Bien moins connu que Voyage autour de ma chambre, que je n’ai pas lu mais auquel je ne pouvais m’empêcher de penser il y a quelques jours, j’ai apprécié de découvrir Xavier de Maistre par ce petit texte sans grande prétention, mais qui n’en demeure pas moins un bon point de départ pour réfléchir à notre expérience actuelle.

94raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 12:41pm

38. Ce Spot de Jack London, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Paul Gruyer et Louis Postif
(Translated from the English That Spot)



Une courte nouvelle qui nous emmène encore dans le Grand Nord, avec encore une fois un chien comme personnage central, et pourtant on est loin du Buck de L’Appel de la forêt ou de Croc Blanc. Certes Spot est un beau chien, de l’étoffe de ses illustres frères de plume. Mais son caractère laisse à désirer et son application au travail n’est pas celle que sa belle prestance laissait espérer.
Avec un côté psychologisant, mélangé à une pointe de gothique, ce livre revisite un peu les croyances sur les sept vies des chats mais dans le monde canin, bien plus viril.
Ce n’est pas la meilleure nouvelle de Jack London, loin de là, mais elle se lit très vite et le montre s’essayant à un genre littéraire que je ne lui connaissais pas. Une petite curiosité littéraire qui vaut son pesant non d’or, mais de cacahuètes !

95raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 23, 12:03pm

39. (12) Bluff de David Fauquemberg
(Not translated into English)



Faut être fou pour s’en aller au large, sans rien que l’eau autour et le ciel au-dessus, voilà ce que pensent les gens. Pour moi, c’est naturel. L’océan prolonge la terre. Il sépare pas nos îles, il est le chemin qui relie. J’ai jamais peur au large car je crois aux mots des ancêtres. C’est ça qu’on appelle le courage. C’est ça être navigateur : croire aux mots des ancêtres.
(p. 250, “Mau”).

Je continue avec mon envie de grand air et je pars donc avec ce livre aux antipodes. Je l’ai acheté l’année dernière, sur un coup de tête. Parce qu’il a reçu le Prix Gens de Mer, dont j’ambitionne de lire tous les livres lauréats (c’est mon quatrième, j’avance, lentement mais sûrement), et aussi parce que je me souviens que ce jour-là il faisait particulièrement chaud, et je crois que la photo de couverture m’avait happée du fait de la fraîcheur qu’elle dégageait. Une fraîcheur rue, âpre, mais qui restait désirable.
Et le livre est à l’avenant. Bluff, petite ville moribonde la plus au sud de la Nouvelle-Zélande. Mais qui dit sud dans cette partie du globe, dit tempêtes à répétition, vents glacés et déferlantes hautes à coucher les bateaux. Dans cette ville qui survit grâce à quelques quelques navires de pêche pas encore complètement rouillés, un Français débarque, on ne sait d'où, on ne sait pourquoi. Un local se prend d'amitié pour lui et ils partageront une saison de pêche. L'histoire n'est pas beaucoup plus développée que cela, mais ce n'est pas dans les péripéties que réside l'intérêt de ce livre. C'est dans les descriptions tout en retenue. Description de mer et de vent, de glace et de forêt, de camaraderie et de vie qui se déroule au rythme des corps qui travaillent.
Et en alternance avec cette histoire contemporaine du Français, qui n'a pas d'autre identité, au lecteur de s'imaginer qu'il est l'auteur, ou lui-même, du Maori local Rango Walker et de son second le Tahitien Tamatoa, des chapitres nous font entendre les voix de grands personnages de la culture maori : un poète, un pêcheur, un navigateur. Qui parlent à la première personne et décrivent leur relation à leur culture. Une culture qui s'éteint, beaucoup s'en rendent compte, et pourtant, si de ce livre se dégage une nostalgie certaine, il n'y a pas de tristesse, pas d'amertume. Tous ces hommes, fictifs ou réels, dessinent un rapport à la culture et à l'histoire pacifié, étrangement calme, plein d'une acceptation du temps qui passe et qui dissout plus que ce que l'on aurait voulu accepter.
La prose de David Fauquemberg reste très simple et vise à l'efficacité. Peut-être un peu trop simple et efficace à mon goût, mais la lecture a fini par m'emporter et j'ai finalement suivi tous ces destins qui se mêlent comme les fibres de l'écorce d'un tapa. Ce fut un beau voyage, dont il me reste une impression de sérénité, de simplicité. Un bon livre en définitive, au charme lent et subtil, plus fort que ce qu'il laisse voir au premier abord.

96raton-liseur
kesäkuu 19, 2020, 6:10am

40. (13) Où est la terre des promesses ? : Avec Ella Maillard en Afghanistan (1939-1940) d’Annemarie Schwarzenbach, traduit de l’allemand (Suisse) par Dominique Laure Miermont
(Translated into English as All the Roads Are Open: The Afghan Journey)



Je ne sais plus trop où j’ai entendu parler récemment d’Annemarie Schwarzenbach et que j’ai réalisé qu’elle avait écrit plusieurs livres qui pouvaient être intéressants à lire. Mon dévolu s’est porté sur celui-là, car c’est un périple célèbre que celui qu’elle a fait avec Ella Maillard pour rejoindre l’Afghanistan depuis la Suisse, à l’orée de la Seconde Guerre mondiale.
Il ne s'agit pas tout à fait d'un récit de voyage, mais plutôt d'une succession de courts chapitres conçus comme autant d'articles de journaux. Je ne sais pas si certains de ces articles ont effectivement été publiés, mais leur contenu est surprenant. On suit bien Annemarie Schwarzenbach au cours de son périple, même si le récit ne semble pas exhaustif et ne semble pas non plus couvrir les faits les plus marquants de ce voyage. Ce récit sur des routes peu carrossables et rarement carrossées d'Europe et d'Asie, ce récit plein de poussière et d'immensité est avant tout le prétexte à l'introspection et à l'expression du mal-être de cette femme qui cherche sa place dans le monde et une raison de vivre suffisamment puissante pour lui donner envie de continuer.
Car Annemarie Schwarzenbach est une femme tourmentée. Incapable d'être heureuse si le monde n'est pas à l'image du bonheur qu'elle voudrait pour tous, refusant le moyen, le simple, l'habituel, elle s'épuise à chercher le toujours plus. Cela l'a conduite sur les chemins de la drogue, et il est de notoriété publique que ce fameux voyage avec Ella Maillard est une énième tentative pour refaire surface. Il est aussi de notoriété publique que ce voyage sera, de ce point de vue, un échec, mais Annemarie Schwarzenbach aura essayé.
Essayé de se sauver par la fuite, c'est un peu ce que j'ai ressenti en lisant ce récit de voyage qui n'en est pas un. Les paysages peuvent être magnifiques, apaisants, sereins, Annemarie Schwarzenbach est systématiquement rattrapée par ses idées noires. Le fait de ne pas être à la hauteur des exigences qu'elle a pour elle-même, le fait de nourrir inlassablement des idées sombres, d'être hantée par la tentation du pire puisqu'elle ne peut être le meilleur.
C'est un livre qui, malgré les beautés décrites, qu'elles soient naturelles ou faites de la main de l'homme, demeure recouvert d'un voile de profonde tristesse.
Ce livre n'est donc pas du tout le récit de voyage auquel je m'attendais. C'est une réflexion intérieure qui accompagne un mal-être dont l'aventure, qui aurait pu se révéler picaresque, de ces deux femmes en automobile, n'a pas su venir à bout. Mais ce mal-être, qui n'est jamais décrit frontalement, Annemarie Schwarzenbach demeure très secrète dans cette sorte d'impudicité qui consiste à écrire un livre sur soi-même, m'a parfois semblé familier, j'ai cru parfois me reconnaître dans certains des affres de cette femme, et j'ai été très touchée par son texte.
Tellement touchée que je me dis que je vais continuer à essayer de découvrir ses écrits. Tenter de mieux comprendre la complexité de ce personnage, en lisant d'autres de ses ouvrages, car maintenant que j'ai fait sa connaissance littéraire, je me sens prête à explorer des livres dans lesquelles elle ne sera pas l'ombre d'une autre exploratrice, comme ici elle semble rester dans l'ombre finalement un peu écrasante d'Ella Maillard. Une belle rencontre, même si elle est empreinte de beaucoup de souffrance rentrée.

97raton-liseur
kesäkuu 19, 2020, 6:22am

41. Le Meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) sans mention du traducteur ; lu par Guillaume Gallienne
(Translated from the English The Murder of Roger Ackroyd)



Un des premiers Agatha Christie que j'ai lu, quand j'étais dans mes premières années de collège. M'ni Raton, qui adore les livres audio, l'a reçu pour son anniversaire, lu par un acteur à la mode dans les milieux bobo-intello, Guillaume Gallienne. Et je n'ai pas attendu longtemps pour me le mettre moi aussi entre les oreilles !
Lire un « cosy mystery » (j'aime l'oxymore de cette expression anglaise difficile à traduire) quand on connaît déjà le coupable, ce n'est pas la même chose, mais je me suis laissée entraîner dans ce roman et j'ai bien aimé relever tous les indices qu'Agatha Christie sème au fil des pages. Rien n'étant gratuit dans la trame de ce roman, c'était amusant de voir comment Agatha Christie cherche à nous induire en erreur, tout en nous donnant tout ce qu'il faut pour résoudre le crime.
Une lecture amusante et un bon moment de détente pour cette relecture à près de trente ans de distance.

98raton-liseur
Muokkaaja: kesäkuu 19, 2020, 6:33am

42. Le Crime de l’Orient Express d’Agatha Christie, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) sans mention du traducteur ; lu par Samuel Labarthe
(Translated from the English Murder on the Orient Express)



Dans la foulée, une seconde lecture audio d'Agatha Christie , avec encore une fois un classique, que je relis trente ans plus tard mais en me souvenant bien de qui a fait le coup.
J'ai tout de même beaucoup redécouvert, car si je connaissais l'identité du coupable, je ne me souvenais pas des raisons qui avaient poussé au crime. L'histoire est un peu étrange, mais les petites cellules grises de Monsieur Poirot font encore une fois des merveilles, et c'est tout ce qui compte !

----------------------------------------
Par contre, je me permets de recommander audiolib plutôt que les éditions Thélème pour la lecture. Les donneurs de voix d'audiolib sont moins connus, mais la diction est plus posée, on n'a pas l'impression que les phrases se succèdent sans respiration. Pour une même œuvre, le temps de lecture diffère sensiblement entre les deux éditions (presque du simple au double), et cela fait une vraie différence en terme de capacité à savourer le texte.

99raton-liseur
Muokkaaja: heinäkuu 8, 2020, 8:58am

I am quite behind in terms of reviews, mainly because I tend to limit my time in front of the computer and because I have audio-read too many books during the « confinement » time. But I am up-to-date with my « compulsory reads » (I had two very big books from Netgalley. Each of them have taken approximately three weeks of my reading time), which had not happened since March.
I am therefore ready to look at my reading options in the coming weeks, hence restarting my bedside table list routine. It is a reading list that is supposed to last only two or three weeks, so it's likely to be too ambitious. Let’s say this is the list I intend to pick books from. (The list does not include the two books I won from the Babelio « masse critique », that I will read and review as I receive them).

Pre-Summer break bedside table list
Ségou, tome 1 : Les Murailles de terre de Maryse Condé
La Fille de l'Espagnole de Karina Sainz Borgo, traduit de l'espagnol (Vénézuela) par Stéphanie Decante
Neige et corbeaux de Chi Zijian, traduit du chinois (Chine) parFrançois Sastourné
Notre-Dame du Nil de Scholastique Mukasonga



Note: Ticked titles are books that I am reading or have read between the time I have issued this list and the time I will have issued the next one.

100sallypursell
heinäkuu 9, 2020, 6:38pm

Leaving my calling-card, Raton-liseur.

101Dilara86
heinäkuu 14, 2020, 4:16am

>96 raton-liseur: That's another book for my ever-extending wishlist...

>99 raton-liseur: Curious to know what you think of Ségou (I'm torn, personally) and Neige et corbeaux, which has been in my wishlist for a while and might get bumped up depending on your review! The Last Quarter of the Moon by the same author looks promising as well. I've added La fille de l'Espagnole (It Would Be Night in Caracas) to my whishlist: it sounds interesting and I haven't read many - if any, I'd have to check - Venezuelan authors.

102raton-liseur
elokuu 6, 2020, 5:52am

It has been a long time since I have last posted here. None of my lists are up to date, and I have a fair backlog of reviews to post or to write.
I don't know exactly why I have so much delay. A combinaison of other interests, shying away from the computer... Obviously, it is not a lack of interest in books. I keep reading at a fair rate, some interesting books, others very interesting. I keep going to bookshops and buying (reasonnably) new titles.

Not happy with this situation, I will try to disciplinate myself and post a review every two days or so to clear my backlog and to start again to pay a visit to fellow readers on this group. I am not sure I'll keep to my word but, at least, I'll try!

103raton-liseur
elokuu 6, 2020, 5:59am

>100 sallypursell: I am a bit late to return your call! Thanks for calling by, sallypursell.

>101 Dilara86: Happy to see you here Dilara! Où est la terre des promesses? is an interesting book, I'm curious to see what you think about it. I've bought La Mort en Perse (despite the current ugly cover), which seems to be one of the most famous book from Annemarie Schwarzenbach. I don't plan to read it right away, but I am tempted.
Neige et corbeaux is really worth a reading, although very unexpected. But be prepared to a lot (very, a lot!) of typo, which is a shame, especially from such a good editor.
Not sure La Fille de l'Espagnole is a good introduction to Venezuela. I have still not decided if it is a description of the current situation in Caracas or a kind of pre-apocalyptic novel (if this genre exists...).
And unfortunately, I don't think I'll read Ségou soon. My bedside table pile has changed before I could go to it...

104raton-liseur
elokuu 6, 2020, 6:08am

43. Les Anneaux de Bicêtre de Georges Simenon ; adapté par Pierre Assouline et lu par Thierry Hancisse
(Translated into English as The Bells of Bicetre)

Sous ce titre plutôt énigmatique (mais qui s’explique rapidement), se cache un Simenon assez peu connu et plutôt dérangeant. Nous faisons la connaissance de René Maugras, un homme qui a réussi dans la vie : aisé, cultivant les amitiés influentes, patron de presse… Mais voilà qu’un jour c’est l’attaque cérébrale, l’hôpital et l’aphasie. Une histoire contée à la première personne par René Maugras lui-même. Une histoire, pas vraiment. Un long monologue intérieur qui suit les préoccupations de Maugras : la réminiscence de ce qui s’est passé, la réalisation de la situation dans laquelle il se trouve, les incertitudes quant au futur.
N’ayant jamais vécu, de près ou de loin, ce type de situation, je ne peux me prononcer sur la plausibilité du personnage ou de ses états d’esprit successifs. Je ne sais pas non plus où Simenon a trouvé ses sources, mais j’ai apprécié cette lecture, assez dérangeante car l’attitude des médecins et des proches y est décortiqué sans complaisance et cela fait réfléchir à ces postures que nous prenons face aux malades, à ces phrases toutes faites qui masquent la vérité ou font preuve d’un optimisme factice. Une lecture plutôt dérangeante parce que la plume de Simenon, comme à son habitude, est sans fioriture, et sans concession. Un titre peu connu, me semble-t-il, pour cet auteur qui en a écrit à la pelle, mais un titre intéressant.

105raton-liseur
elokuu 6, 2020, 6:23am

44. Le Père Goriot d’Honoré de Balzac ; adapté par Cédric Aussir et lu par Michel Vuillermoz
(Translated into English as Old Goriot)

Retour aux classiques avec ce Balzac que je n’avais jamais lu. J’ai peu à dire de ce roman dont l’exégèse a été faite à maintes reprises, c’est un des plus étudiés de Balzac dans les collèges et les lycées français, mais étrangement je suis passée à travers les gouttes.
Intéressant de découvrir l’histoire de ce Rastignac, tellement emblématique qu’on en a fait un nom commun. Le Père Goriot en lui-même m’a paru un peu caricatural dans sa relation avec ses filles, mais l’amoralité dont s’accompagne l’ascension sociale est assez effrayante, de même que la description du mariage, avant tout contrat commercial et social, l’amour se cherche ailleurs et cela ne choque personne.
Un livre à lire parce que c’est un classique, mais aussi et surtout pour ce qu’il dit d’une époque révolue et d’une époque qui ne l’est pas, révolue.

106raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 12:42pm

45. Un Roi sans divertissement de Jean Giono ; adapté par Laure Egoroff et lu par Vincent Viotti
(Translated into English as A King Alone)

J’ai étudié cette œuvre en seconde, je m’en souviens très bien parce qu’elle m’avait fait une forte impression. Avec cette écoute de l’adaptation que France Culture en propose, j’ai retrouvé le même sentiment de fascination, de répulsion, d’incompréhension et de proximité avec les personnages. C’est un roman très étrange, je ne me souvenais pas que la résolution des crimes intervenait si tôt et qu’une si large place était faite à la vie de Langlois après cette enquête, qui mérite d’être lu et relu. D’aucun le considèrent comme le chef-d’œuvre de Giono, c’est un peu étrange car il me semble être vraiment à part dans son œuvre, très singulier.
Voilà une note de lecture bien vide, mais parce qu’elle reflète ma perplexité fascinée face à cette œuvre. Mais une note de lecture qui voudrait donner envie de découvrir cette œuvre étrange si ce n’est pas déjà fait.

107Dilara86
Muokkaaja: elokuu 6, 2020, 10:07am

>106 raton-liseur: J'ai aussi eu droit à Un roi sans divertissement en seconde ! Et jusqu'à aujourd'hui, je n'avais jamais rencontré (par écrans interposés) quelqu'un d'un autre lycée que le mien pour qui ça a été le cas. Comme ma prof avait lourdement insisté sur le fait qu'aucun autre enseignant n'était suffisamment intelligent et original pour le proposer, je pensais - bêtement - que seuls ses élèves l'avaient étudié...

ETA : Ma bibliothèque n'a pas Neige et corbeaux, mais elle a Le dernier quartier de Lune de la même autrice. Je l'ai commencé ce matin et pour l'instant, ça me plaît beaucoup. Dommage pour les coquilles dans Neige et corbeaux...

108raton-liseur
elokuu 6, 2020, 10:09am

>107 Dilara86: Quelle anecdote amusante! Pourtant je ne pense pas que nous ayons eu la même prof! Je n'arrive pas à me souvenir du nom de la mienne, mais, je ne sais pas pourquoi, je crois qu'elle avait un nom de fleur. Et elle ne souriait jamais, toujours l'air sévère, pincé. Avec des longs cheveux ondulés et une taille de guêpe. Elle avait toujours des jupes crayons très longues... C'est amusant les souvenirs que l'on garde!

109raton-liseur
elokuu 6, 2020, 10:16am

46. Les Années d’Annie Ernaux ; adapté par Sophie Lemp et lu par Ludmilla Mikael et Marina Moncade
(Translated into English as The Years)

L’actualité littéraire française m’intéresse en général assez peu et mes rares incursions dans ce domaine sont souvent des échecs. C’est un tort, parce que je passe ainsi à côté de très beaux textes, comme c’est le cas ici. Jusqu’à présent, j’étais passée à côté d’Annie Ernaux, et je suis contente d’avoir eu l’occasion, grâce à cette adaptation radiophonique de France Culture, de réparer cette erreur. Certes, Annie Ernaux n’est pas l’actualité littéraire la plus brûlante, ce livre en particulier, probablement son plus connu datant tout de même de 2008, mais ce n’est aujourd’hui que je la découvre, avec un texte qui m’a beaucoup remuée.
Je ne suis pas de la génération d’Annie Ernaux, ma mère elle-même est plus jeune qu’elle. Ce qu’elle raconte ici, n’est donc pas directement lié à l’histoire de ma propre famille. Pourtant, j’y ai retrouvé beaucoup de choses que j’ai pu sentir en entendant mes parents ou mes grands-parents évoquer leurs souvenirs. C’est véritablement une autobiographie impersonnelle, comme elle qualifie elle-même son ouvrage, qu’a écrit Annie Ernaux. Ce sont ses souvenirs, ses photos qu’elle utilise, mais c’est toute une époque qu’elle réussit à saisir et à restituer.
Mais ce livre n’est pas que cela. Certes, il a une valeur de témoignage, mais, en couvrant une vaste période, de l’immédiate après-guerre à la première décennie du XXIème siècle, elle montre les évolutions, les vagues de fond qui petit à petit, à l’insu de tous ou presque, transforment la société. C’est aussi une réflexion sur le temps qui passe, sur ce qu’on laisse derrière soi. Ceux qui se souviennent de nous et prolongent en quelque sorte notre existence de quelques décennies. Mais eux aussi disparaîtront, et avec eux, ce sera la mort définitive de ceux dont ils portaient le souvenir.
Un livre très riche, donc, qui pousse à la réflexion dans de nombreuses directions différentes, et qui méritera une seconde lecture, toute aussi attentive tant il y a à faire avec cette matière. Mais ce ne sera pas pour tout de suite, je crois que j’irai d’abord explorer quelques œuvres plus anciennes et moins connues d’Annie Ernaux avant de revenir vers cette synthèse de son œuvre, cette autobiographie impersonnelle, l’autobiographie d’une génération, ce tombeau aux souvenirs qui menacent de s’effacer et qu’elle tente de conserver, un livre pour se souvenir, quel futile mais nécessaire espoir.

110raton-liseur
elokuu 6, 2020, 10:30am

>107 Dilara86:, >108 raton-liseur: Je parle de souvenirs et je m'aperçois tout à coup de la résonnance avec la note de lecture suivante. Tous ces petits faits qui nous ont marqués et qui s'éteindront avec nous... Cela me rend parfois un peu nostalgique, mais n'est-ce pas un bien après tout?

111raton-liseur
elokuu 6, 2020, 12:04pm

47. Les Quatre Filles du Docteur March de Louisa May Alcott, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anne Joba
(Translated from the English Little Women)



Ah, les quatre filles du Docteur March ! Quel beau souvenir d’enfance ! Et quelle ne fut pas ma joie lorsque j’appris qu’il y avait une suite ! Mais quand j’ai su avec qui se mariait Laurie, j’ai refusé tout net de la lire, et je ne suis toujours pas revenue de ma bouderie ! Mais c’est là une autre histoire. Celle que je dois conter maintenant, c’est celle d’une relecture. J’avais tellement aimé cette histoire que, lorsque l’adaptation cinématographique est sortie, j’ai eu l’idée de le proposer (« l’imposer » serait peut-être plus juste…) comme lecture à haute voix à M’ni Raton (et à l’oreille indiscrète de M’sieur Raton qui aime bien aussi qu’on lui fasse la lecture…).
Je craignais un peu les réactions de mon p’tit bout de raton, qui n’est pas toujours tendre avec mes grands souvenirs d’enfance et mes lectures enthousiastes. Elle y allait même un peu à reculons. Et pourtant ! Elle a aimé accompagner ces personnages dans leurs tribulations, elle a un peu tremblé pour Beth lorsqu’elle est tombée malade, elle a vu les qualités et les défauts de ces quatre demoiselles, elle en a pris de la graine. Et chose étrange, elle a beaucoup ri ! Il semblerait qu’un bon mot reste un bon mot un siècle plus tard, même s’il n’y a pas de smartphone dans l’histoire, qu’une situation cocasse reste une situation cocasse même sans réseaux sociaux. Cela m’a fait du bien de voir que ce texte a un petit quelque chose d’intemporel, qu’un roman d’apprentissage demeure un roman d’apprentissage même plus de cent ans plus tard. Bien sûr, certaines situations semblent étranges, comme l’épisode des cheveux, qui semble avoir autant choqué M’ni Raton que moi à l’époque, mais avec un peu d’explication et de mise en contexte, le texte reste très abordable et vraiment agréable à lire ou à écouter lire, foi de M’ni Raton !

112raton-liseur
elokuu 7, 2020, 1:57pm

48. Les Démons de Fiodor Dostoievski, traduit du russe (Russie) par André Markowicz ; adapté par Olivier Rohé et Arno Bertina et lu collectivement
(Translated into English as Demons)

On parle beaucoup des auteurs russes, les mettant un peu tous dans le même panier. Pourtant, autant j’aime beaucoup Tolstoï et d’autres, autant je semble être assez hermétique à Dostoïevski. J’ai lu Crime et châtiment il y a bien longtemps, que j’avais plutôt aimé, et j’étais curieuse de découvrir cette œuvre, parmi les plus célèbres de cet auteur.
Mais je crois bien devoir avouer que je n’ai ni une connaissance suffisante du contexte ni la culture nécessaire pour apprécier cette œuvre à sa juste valeur. J’ai bien vu les incarnations de différents positionnements moraux, j’ai vu la dénonciation des idéologies, mais je reste un peu sur ma faim, n’ayant pas réussi à comprendre toute la complexité qu’un livre de cette ampleur peut contenir. Je suis restée en marge de l’histoire pendant tout le temps, frustrée de ne pas posséder les clefs pour entrer et pour comprendre.

113baswood
elokuu 7, 2020, 4:20pm

Good to see you back on Librarything. Interesting to read your post on Un Roi sans divertissement de Jean Giono. I am currently reading Le Hussard sur le Toit, which features the cholera epidemic in the South of France in 1832. M Giono is very good at describing horrible ways to die........

À quelle age est en seconde en France?

My French reading is much slower than my English language reading and so I must choose my French books carefully, but I have a copy of Les Années d'Annie Ernaux and so I was very interested in your review I loved La Place d'Annie Enaux. I failed to finish Le Père Goriot d’Honoré de Balzac

114raton-liseur
elokuu 8, 2020, 5:49am

>113 baswood: Hi Baswood. Le Hussard sur le toit is a wonderful book! I must admit that I am reconsidering a re-read, but have another Giono in sight first: Les Ames fortes. I hope you enjoy your read despite the descriptions! Un Roi sans divertissement is very different, and there is a lot unsaid, which I personnally feel difficult to cope with when I read in a foreign language, as I can't decide if it's my understanding that is poor or the writter who remains vague.
In seconde, first year of what we call "lycee", we are usually 15 or 16. It is two years before the "bac".

115raton-liseur
joulukuu 27, 2020, 9:25am

Last days of 2020, and almost half a year I have stopped posting on this thread. I am not sure why. Less time spent in front of my computer, other projects taking some of my time…

But for sure, I have kept on reading. No stats for this end of year (as they are as less updated as this thread), but I have read well this year, both in terms of quantity and of quality. So, I consider myself a happy reader.

It should also be noted that I have managed to read more owned books that I bought new ones, I reached my chimeric goal, this is so unexpected ! (Well there are still a few days in 2020, but I shall be fine). Next year, I’ll keep the same goal, making the rules a bit more tight (or less loose if I listen to M’sieur Raton who loves to make fun of this goal…).
Regarding the open-ended goals, I think I am fine. Although I read quite a lot of French books, I read a fair share of books in translation, mainly from Asia I think, but also from Europe and a few from Africa or Latin America. Few classics, but there are some. And I am currently reading a second book in English.
In terms of annual wishful list, I am not that good. I remember including Luis Sépulveda as an author I wanted to go back to. When I wrote that list, I did not know he would be one of the early victims of the current pandemic, and after that I did not have the heart to read from him. Knowing there are few books from him I have not read, I will spare them, and I will probably re-read some of my favourite from him.

I figured as well that my reading profile is still in transition. I buy less books, but I figured out that I mainly bought new releases this year. Being on Netgalley and being not so far from bookshops allows me to read new books more than I did in the past few years. I feel my reading is more balanced and more diverse than it was before. My system of bedside table pile helps me with this diversity aspect as well. I now have a physical beside table pile, and I sometimes know which two or three books I will read next, which is a new habit for me. I’ll see how those reading habits continue to evolve in the coming years, and if they settle in a clear pattern, they might, they might not.

All in all, a busy reading year, then, and an interesting one. I’ll try to post the reviews that are missing in this thread, more for myself than for late readers, and I’ll be less ambitious for my participation to next year’s club read.

116lilisin
joulukuu 27, 2020, 10:19am

I also stopped posting in my own thread which is unfortunate but ... well, can't think of another word other than just unfortunate.

I hadn't realized that Sepulveda has died. I haven't read him in over 10 years but I did quite enjoy his books and am lucky to have read them in the original Spanish.

117Dilara86
joulukuu 27, 2020, 10:20am

Nice to hear from you again :-) Looking forward to your reviews!

118baswood
joulukuu 27, 2020, 6:09pm

I have missed those french reviews!

119raton-liseur
joulukuu 28, 2020, 5:35am

>118 baswood: Thanks baswwod for this welcome back. I think I have missed Club Read folks, and I hope I'll be more active next year!

120raton-liseur
joulukuu 28, 2020, 10:52am

To stat again my book reviews, a few quite notes on short stories I have listened to.

49. L’enfant invisible, extrait des Pommes d’or du soleil de Ray Bradbury, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) sans mention du traducteur ; lu par Raymond Gérôme
(Translated from the English Invisible Boy, in The Golden Apples of the Sun)
Quelle jolie nouvelle, pleine d’invention et de poésie. Une belle façon de parler de solitude, d’apprivoisement réciproque, de liberté.

50. La merveilleuse visite (extraits) de H.G. Wells, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) sans mention du traducteur ; lu par Jean Weber
(Translated from the English The Wonderful visit)
HG Wells est plus connu pour ses grands romans d’anticipation que pour ses nouvelles. C’est donc un petit trésor caché que je découvre ici. L’histoire d’un être venu d’ailleurs et surtout de la réaction de la bonne société puritaine à son apparition. Mordant à souhait.

51. Ylla, extrait de Chroniques martiennes de Ray Bradbury, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Jacques Chambon et Henri Robillot ; lu par Elodie Huber
(Translated from the English I'll not Look for Wine, in The Martian Chronicles)
J’ai lu les chroniques martiennes il y a bien longtemps, et je n’avais pas vraiment apprécié cette lecture, je crois bien que j’étais trop jeune pour cela. J’ai le projet de relire ce livre un jour, d’autant que M’sieur Raton en a lui un très bon souvenir, mais je n’ai pas encore réussi à m’y atteler. La lecture de cette nouvelle issue des chroniques martiennes est une bonne entrée en matière. Elle est étrange à souhait. Il est question, on le comprend peu à peu d’une visite venue de l’espace, mais tout cela sur fond de crise de couple. Et c’est la crise de couple, cette situation des plus banales, qui prend le dessus, tant pis pour la rencontre historique qui aurait pu avoir lieu.
Une façon originale et provocante de faire se rencontrer la grande et la petite histoire, une façon de s’interroger sur nos priorités individuelles : nos petits tracas quotidiens ou bien le sens de l’histoire ?

52. La Corne de brume, extrait des Pommes d’or du soleil de Ray Bradbury, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Richard Negrou ; lu par Hervé Pierre
(Translated from the English The Fog Horn, in The Golden Apples of the Sun)
Une autre nouvelle de Bradbury, plus proche de l’horreur que de la science-fiction, un petit goût de Lovecraft, pour une évocation toute poétique des âges antédiluviens. La découverte pour moi d’une facette de Bradbury que je connaissais moins, et qui semble bien intéressante aussi.

53. Les Mains d’Anicette de René Barjavel ; lu par Jean Le Poulain
(I don’t know where this short story is from, so I don’t know if it was translated into English)
Barjavel a eu sa période mythologico-mystique. L’aspiration à un retour à un temps perdu et doré. Ce n’est pas exactement cela ici, mais cette nouvelle m’y fait penser, avec son côté très poétique, à côté duquel tout le monde passe, que ce soit la maîtresse, les parents de la petite Anicette et tous les autres. Une nouvelle qui n’a rien d’original dans l’idée, mais beaucoup dans l’angle par lequel Barjavel l’aborde. Un joli moment de poésie et de causticité mélangée.

121raton-liseur
joulukuu 28, 2020, 10:53am

54. Jane Eyre de Charlotte Brontë, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) sans mention du traducteur ; adapté par Pauline Thimonnier et lu par Julie-Marie Parmentier
(Translated from the English Jane Eyre)
M’ni Raton s’est prise d’une passion pour le roman anglais du XIXème. Je soupçonne fortement son engouement d’être lié aux belles robes et aux bals plutôt qu’aux considérations psychologiques de ces romans féminins, mais il y a pire comme passion, donc je ferme les yeux. La lecture en étant encore ardue, elle découvre ces œuvres grâce aux livres audio, qu’elle a l’air de se passer en boucle sans se lasser. Les Darcy et autres Willoughby n’ayant plus de secret pour elle, je me demandais bien ce que je pourrais lui proposer, et c’est là que Jane Eyre m’est apparue comme une bonne solution. Nous en avons écouté ensemble l’adaptation proposée par France Culture, et je dois avouer que je ne me souvenais pas que cette histoire était aussi sombre. Jane Eyre orpheline en voit de toutes les couleurs, et son « maître » le ténébreux Mr Rochester n’est pas non plus des plus tendres.
L’aspect gothique du roman et le tragique de la situation du héros n’ont pas su convaincre ma petite fleur bleue, malgré le dénouement heureux. Pour ma part, je crois que je continue à avoir un peu de mal avec cette histoire. L’amour que Mr Rochester inspire à Jane Eyre me semble difficile à concevoir, car il est quand même franchement antipathique ce monsieur. Et puis je ne comprends pas que cet homme d’honneur propose le mariage à celle qu’il aime lorsqu’il sait qu’il n’est pas en mesure de contracter une telle union. Cela me paraît incompatible avec la grandeur d’âme qu’il est sensé avoir gardé malgré tout.
Je crois que je lis mal ce roman, en y cherchant ce qui n’y est pas. Jane Eyre est une femme de son temps, elle n’est pas le fort caractère des héroïnes de Jane Austen, en tout cas pas dans le même sens. Jane Eyre est une femme forte, qui sait vivre selon ses hauts principes moraux, mais finalement une femme qui se conforme à la place que la société lui assigne. Je ne m’en satisfais pas, mais c’est moi qu’il faut en tenir pour responsable, pas le livre. Cela demeure un grand classique riche de complexité et d’une grande liberté de style.

122raton-liseur
joulukuu 28, 2020, 11:06am

55. (14) La Voie cruelle : Deux femmes, une Ford vers l’Afghanistan d’Ella Maillart, transcrit de l’Anglais par l’auteur
(Translated from the English The Cruel Way)



Ella Maillart fait partie de ces grandes exploratrices mythiques qui ont fait rêvé des générations entières d’ados. Je crois que je préfère l’écouter que la lire. J’aime la philosophie de vie qu’elle explique dans ses entretiens, et que je n’arrive pas à retrouver dans ses livres.
Le voyage dont il est question ici fut difficile, le titre en atteste, et pourtant Ella Maillart semble se cacher derrière ses phrases. Elle reste dans la description des paysages et des monuments qu’elle découvre, ses descriptions, précises et impartiales, sont à la fois belles et froides.
Sa fascination pour les personnes qu’elle rencontre est palpable, mais pose bien des questions. Elle s’interroge sur le sort des femmes, mais pas trop, elle vient avec sa belle voiture symbole de progrès pour découvrir des peuples qui vivent dans la splendeur de leurs traditions, mais elle fait mine de ne pas voir le paradoxe qu’il y a dans cette situation.
La Voie cruelle reste un bon livre, qui fait date dans la littérature de voyage, mais qui, comme souvent me semble-t-il, ne rend pas justice à son auteur.

123raton-liseur
Muokkaaja: joulukuu 31, 2020, 6:29am

56. Palmer, tome 15 : Palmer en Bretagne de René Pétillon
(Not translated into English)



C’est gentil aux éditions Dargaud d’avoir mis en ligne quelques BD gratuitement pour égayer notre confinement de mars. M’ni Raton en a d’ailleurs bien profité en lisant quelques BD de Schtroumpfs. Pour ma part, j’ai essayé cette BD, malgré une première mauvaise expérience avec ce personnage. Je me suis dit que je n’avais rien à perdre à lui donner une deuxième chance.
Et finalement, j’ai perdu. Une heure de mon temps. C’était vraiment nul, pas drôle, je n’ai même pas ri des poncifs habituels sur la Bretagne (et il y a de quoi se moquer des Bretons !), car ils n’y étaient pas. Oui, une vague référence aux algues vertes, mais ce livre est surtout une histoire bête de personnes de la haute ou qui se croient de la haute.
Je ne fais pas plus long, moi qui écrit en général des notes de lecture trop longues pour être lues jusqu’au bout, pour ne pas perdre de temps sur ce non-livre.

124raton-liseur
Muokkaaja: joulukuu 31, 2020, 6:30am

57. 2048 : La Fin du monde de Boualem Sansal
(Translated into English as 2048: The End of the World)



Le mot le dérangeait plus que cela. Mécroire, c’est refuser une croyance dans laquelle on est inscrit d’office, mais, et c’est là que le bât blesse, l’homme ne peut se libérer d’une croyance qu’en s’appuyant sur une autre (…). Mais quoi et comment puisque dans le monde idéal d’Abi il n’y a rien qui permette de le faire, aucune opinion en compétition, pas un soupçon de postulat pour accrocher la queue d’une idée rebelle, imaginer une suite, construire une histoire opposable à la vulgate ? Toutes les pistes buissonnières ont été comptées et effacées, les esprits sont strictement réglés sur le canon officiel et régulièrement ajustés. Sous l’empire de la Pensée unique, mécroire est donc impensable.
(p. 45, Livre 1, Chapitre 1).

Je voulais aimer ce livre, il avait tout pour me plaire. Apprécié par des lecteurs dont j’aime les goûts, un sujet qui m’intéresse, un hommage à un grand livre… Et les premières pages ont été à la hauteur de ce que j’espérais. Un esprit vif, une plume alerte et irrévérencieuse. Des expressions qui font mouche et mettent les petits rouages du cerveau en route.
Mais hélas, très vite, le livre commence à tourner à vide. En une centaine de pages, Boualem Sansal a dit ce qu’il avait à dire, puis il délaie. Dommage, car cela fait long pour les autres centaines de page qui viennent derrière. Je dois certes reconnaître que ma lecture de 1984, de Georges Orwell, date de plusieurs décennies et que je n’ai certainement pas été capable de voir tous les parallèles et tous les clins d’œil que l’auteur adresse à l’œuvre à l’ombre de laquelle il a choisi de placer la sienne, mais j’ai trouvé que le style devait vite acerbe, presque méchant. Boualem Sansal en a probablement gros sur le cœur de toutes ces restrictions imposées par les gouvernements qu’il côtoie, et c’est probablement à raison, mais cela ne fait pas automatiquement œuvre littéraire, et il m’a semblé qu’il manquait une ou deux étapes pour que toute la matière première dont il disposait puisse devenir un livre qui est une valeur plus grande qu’un simple pamphlet, ce que, hélas, il reste parfois, et alors que les moments où il prend de l’envergure montrent que ce livre aurait pu être un grand livre s’il avait été encore quelque fois été remis sur le métier.

125Dilara86
joulukuu 29, 2020, 9:07am

>124 raton-liseur: Je n'avais pas trouvé 2048 transcendant non plus !

126raton-liseur
joulukuu 29, 2020, 9:21am

>125 Dilara86: Et pourtant, il me semble qu'il avait eu un bon accueil. Mais je suis contente de ne pas être la seule à l'avoir jugé assez moyen. Et surtout, avec ce goût d'inachevé: il y a un potentiel certain, mais qui me semble justement rester à l'état de potentiel.

127thorold
joulukuu 29, 2020, 12:14pm

>124 raton-liseur: En une centaine de pages, Boualem Sansal a dit ce qu’il avait à dire, puis il délaie.

Probably fair! I read it almost a year ago, also had the feeling that it was stretched far too thin. I’m sure there were parts of the book and ideas in it that I liked a lot, but I don’t remember now which parts they were.

128raton-liseur
joulukuu 31, 2020, 5:51am

>127 thorold: Well it seems there is a well-spread feeling of disappointement around this book. I should have read more carefully your review on it (although I think I did, but sometimes it's good to make up your mind by yourself).

129raton-liseur
joulukuu 31, 2020, 5:54am

58. (15) Un Chant céleste de Yan Lianke, traduit du chinois (Chine) par Sylvie Gentil
(Translated into English as Marrow)



Un bien étrange livre que ce tout petit opus. Une ode à l’amour maternel nous dit-on. Oui, c’est vrai, mais quel amour maternel… Yan Lianke va le chercher dans les recoins les plus sombres de la maternité et de la famille. J’espérais retrouver la lumineuse poésie de Les jours, les mois, les années. Ce ne fut pas le cas même si le livre se passe encore une fois dans une campagne éloignée de tout et où les traditions sont vivaces.
Un livre court à lire si cela ne vous dérange pas d’être un peu bousculé par une atmosphère un peu glauque, ou tout au moins pesante. Je l’ai lu, je n’en suis pas mécontente, mais je n’y reviendrai pas.

130raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 23, 12:20pm

59. (16) Le Champ de Robert Seethaler, traduit de l’allemand (Autriche) par Elisabeth Landes
(Not translated into English)



Etre la plus vieille n’est pas un exploit et on n’y gagne rien. On meurt exactement à cent cinq ans comme à quatre-vingt-cinq ou à trente-deux ans, et la rançon d’une si longue vie s’appelle solitude.
(p. 209, “Annelie Lorbeer”).

Le dernier livre que j’ai acheté avant le confinement et la fermeture des librairies de ce printemps, suite à une émission sur France Culture. Je ne savais pas alors que ce livre serait le dernier avant longtemps… Je l’ai lu peu de temps après, confinée chez moi. On pourrait penser qu’il n’est pas gai : chaque chapitre est le monologue d’un mort, enterré dans ce fameux champ d’une petite village indistincte d’Allemagne.
Les monologues des morts sont à l’image des vivants, il y en a des gais et des lumineux, il y en a des tristes, des aigris, des revanchards. C’est peut-être cela qui est le plus déstabilisant, se dire que la mort n’est qu’une continuation de la vie en plus immobile, elle n’apporte aucune solution, aucun réconfort, pas même aux morts.
Le livre est intéressant par la variété de ses voix, comme un petit échantillonnage de l’humanité que l’on rencontre dans une petite ville provinciale de notre vieux continent. Il est aussi intéressant quand les monologues se répondent, non pas qu’ils dialoguent, mais parce qu’ils décrivent les mêmes situations, mais vues d’angles différents.
Une lecture assez courte et facile, pour un roman qui mérite d’être découvert.

131Dilara86
joulukuu 31, 2020, 7:23am

>130 raton-liseur: Je viens de réserver ce livre à la bibliothèque, sur la base de ta note de lecture !

132raton-liseur
tammikuu 3, 6:34am

>131 Dilara86: Chouette! Je pense qu'il a tous les ingrédients pour que ce soit une lecture que tu apprécies.

133raton-liseur
tammikuu 3, 6:37am

60. Plus loin que l’hiver d’Isabel Allende, traduit de l’espagnol (Chili) par Jean-Claude Masson
(Translated into English as In the Midst of Winter)



Un bon cru, peut-être même un grand cru que ce livre. J’ai découvert Isabel Allende il y a plusieurs décennies, avec La Maison aux esprits et les deux romans qui le suivent, qui font partie de mes meilleurs souvenirs de lecture. Les livres que j’ai lus par la suite m’ont moins enthousiasmés (et j’ai franchement détesté le seul livre pour enfants que j’ai lu de cette autrice). J’avais l’impression d’une redite en moins bien, que l’autrice n’avait plus rien à dire. En découvrant ce livre dans les parutions à venir, et voyant que Grasset le proposait sur netgalley, je me suis dit qu’il était temps de renouer avec cette autrice, même si le résumé ne m’emballait pas plus que ça. Et qu’est-ce que j’ai bien fait de ne pas m’arrêter à mes réticences !
Le livre commence plutôt lentement, banalement, mais il finit par s’emballer avec la vie de nos trois personnages (quatre avec Kathryn Bown qui devient un personnage à part entière). Des vies qui nous emmènent dans le Chili post-allende, dans le Guatemala moderne, au Brésil aussi. L’occasion de brosser à grands traits bien sentis, comme Isabel Allende sait le faire, les soubresauts de l’histoire récente du continent, à grands traits mais bien précis et frappants, comme un coup de scalpel qui incise les chairs.
Mais ce roman n’est pas seulement un témoignage politique. Je crois que je ne mentionne ce thème que parce que la quatrième de couverture le dit. Pour moi, le vrai sujet, ou du moins le sujet qui m’a le plus intéressée, c’est le deuil, les multiples façons de s’affronter à la mort d’un proche. Mort de vieillesse, disparition politique, suicide, homicide, tout y passe. C'est un sujet lourd, dont Isabel Allende a hélas grande une expérience, mais qui est traité sans pathos, avec le naturel de quelqu'un qui sait que la mort fait partie de la vie. Dit ainsi, c'est trivial, mais sous la plume d'Isabel Allende, cela devient un roman tout en délicatesse et en nuances, qui fait réfléchir sur son propre rapport à la mort, à celles qui ont déjà eu lieu, et à celles qui viendront, que ce soit la nôtre ou celle des autres.
Ce sont donc des sujets lourds que ce livre aborde, auxquels on peut aussi ajouter la vieillesse, la migration et d'autres sujets dont il est difficile de se réjouir. Pourtant, ce livre se lit avec facilité. Il n'est pas des plus réalistes, avec ses personnages difficilement crédibles, mais ils permettent à l'histoire d'avancer, à Isabel Allende de nous dire ce qu'elle veut nous dire. Et si l'histoire n'est pas très plausible, ce n'est pas une critique de ma part, on n'en est pas moins happé par l'histoire, emporté dans le sillage de ce trio improbable et ce livre devient un beau moment de lecture, qui donne le sourire tout en abordant des sujets sérieux.
Le meilleur livre que j'ai lu d'Isabel Allende depuis un bon moment. Un livre que je recommande chaudement et dont je parlerai avec plaisir autour de moi.

134raton-liseur
tammikuu 3, 6:42am

61. Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l’école des sorciers de J.K. Rowling, traduit de l’Anglais (Royaume-Uni) par Jean-François Ménard ; lu par Bernard Giraudeau
(Translated from the English Harry Potter and the Sorcerer’s Stone)



Cette note de lecture se rapporte à la version française audio du livre.

Pour fêter les 20 ans (déjà ! Ça donne un coup de vieux quand on commémore les vingt ans d’un événement dont on se souvient…) de la parution du tome 4 des aventures d’Harry Potter (drôle d’anniversaire !), Franc Culture a offert ce week-end à ses auditeurs la lecture intégrale du premier tome. Drôle de façon de fêter le quatrième mais bon, nous n’avons pas boudé notre plaisir. Je dis « nous », car ce fut une lecture (audio) familiale. Chacun autour de la table faisant son bricolage à soi, qui de la broderie, qui des dioramas, et tous écoutant la voix de Bernard Giraudeau qui sortait du poste. Avec le temps gris qu’il faisait dehors, cela avait un petit air de veillée au coin du feu, et ce fut un moment bien agréable.
Certes, il s’agissait pour moi d’une re-re-relecture, mais j’ai apprécié de l’entendre plutôt que d’en tourner les pages, même si je ne suis pas convaincue par les intonations que Giraudeau donne à tous les personnages (la plupart des voix de femmes ne sont pas crédibles, en particulier McGonagall ; Dudley a l’air d’un attardé, faisant implicitement le lien entre méchanceté et handicap mental, ce qui ne me plaît guère).
C’est pourtant une bonne entrée dans le livre pour les petits lecteurs un peu paresseux ou trop jeunes pour un livre de cette taille (c’est tout de même plus facile d’écouter le texte que de le déchiffrer), et cela peut permettre aux adeptes des films de voir la richesse bien supérieure du texte par rapport à l’adaptation cinématographique. Même M’sieur Raton, qui déteste (peu) cordialement les films a pris plaisir à cette lecture, et comprend un peu mieux pourquoi ces livres ont marqué toute une génération de lecteurs, à raison.

135raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 23, 10:13am

62. L'Affaire du colonel Miassoïedov de Józef Mackiewicz, traduit du polonais (Pologne) par Laurence Dyevre
(Maybe translated into English as Colonel Miasoyedov's Case)



Vous savez, j’ai comme le sentiment que les prétendues souffrances des peuples sont un rien exagérées. Personnellement, je pense que seuls les êtres humains souffrent. Mais de là à dire que des peuples entiers souffrent… Comme l’Histoire nous l’apprend, il y a toujours un nouveau peuple qui se juge persécuté. Après, on l’oublie. Après, c’est lui qui, à son tour, en persécute un autre.
(p. 120, Chapitre 15, Partie 2).


Un gros livre, paru au mois de mars, que l'éditeur m'a offert via netgalley à ce moment-là, que j'ai lu peu de temps après, mais pour lequel je n'ai toujours pas écrit de note de lecture. Les derniers mois ont été un peu désorganisés mais ce n'est pas une excuse, que l'éditeur m'excuse donc pour ce très long retard.
Dans ce livre, personnages fictifs et personnages historiques se côtoient pour former cette grande fresque d'une histoire à rebondissements aboutissant à, on le sait dès les premières pages du livre, la condamnation à mort et l'exécution du colonel Miassoïedov. L'auteur, qui fait de cette histoire une sorte d'affaire Dreyfus russe, en fait remonter les origines plusieurs décennies avant, montrant comment l'étau se resserre autour de ce petit militaire sans envergure, prêt à tremper dans des petites magouilles de contrebande pour arrondir sa solde, mais incapable de quoi que ce soit de plus ambitieux, et certainement pas d'un espionnage subtil et à grande échelle en faveur de l'ennemi (l'ennemi allemand, d'ailleurs, qui serait favorable aux juifs, c'est le monde à l'envers…). La deuxième partie du livre, qui a lieu après l'exécution de Miassoïedov, décrit comment la veuve de celui-ci tente de se remettre de cet événement, comment elle tente de rebattre les cartes de son destin, comment elle y arrive ou n'y arrive pas.
C'est un livre complexe. Complexe parce qu'il est difficile de démêler la vérité historique et les libertés prises par l'auteur, surtout lorsque, comme moi, l'on connait peu cette région du globe et cette période de son histoire. On assiste à toutes les rivalités au sein de l'administration tsariste, que ce soit au plus haut niveau, entre l'oncle du tsar et le ministre de la guerre, ou dans les petits cantonnements de petites villes de petites provinces. On voit aussi la population vivre au jour le jour, un peu les pauvres, mais surtout les bourgeois et les arrivistes, dont fait partie le colonel Miassoïedov. Ce n'est pas un personnage plaisant, d'ailleurs, que ce Miassoïedov, et l'on voit aussi les mauvaises décisions qu'il prend, qui liguent les gens bien-pensants contre lui et qui cristallisent les ressentiments, au point que l'on se demande s'il est victime d'une erreur judiciaire parce qu'il est juif, ou si c'est juste qu'il faut qu'il soit condamné, et le fait qu'il soit juif ne fait que rendre les choses plus faciles. Parce que finalement, Miassoïedov est avant tout le bouc émissaire qui permet aux puissants de ne pas assumer leurs erreurs, il est le fusible qui saute avant que ses protecteurs ne grillent.
Mais, malgré cette sorte d'anecdote historique qu'il raconte, le livre est vraiment intéressant dans sa description qu'il fait d'une Russie en pleine déliquescence, d'un régime absolutiste qui s'enferme dans ses certitudes et ses incompétences. Et bien sûr, on en apprend beaucoup sur le sort des juifs à cette époque. Je connaissais le mot pogrom, mais je crois qu'avec ce livre, j'ai commencé à comprendre ce que cela voulait dire, et surtout que cette réalité existait il y a encore à peine plus d'un siècle. On comprend mieux comment certaines horreurs de la seconde guerre mondiale ont pu être acceptées aussi facilement…
C'est donc une lecture que j'ai appréciée, malgré son caractère ardu, du fait de la distance que j'ai avec ce sujet. C'est un livre qui m'a attirée dans le catalogue de netgalley parce qu'il me faisait découvrir autre chose, il me faisait sortir des sentiers battus tout en abordant des sujets qui m'intéressent. En cela, il a tout à fait rempli son office. C'est donc un livre intéressant, à condition d'être prévenu de là où l'on s'aventure, et si l'on est prêt à faire ce chemin avec l'auteur et son personnage

136Dilara86
tammikuu 3, 7:09am

>135 raton-liseur: Merci pour cette note: j'ai bien envie de me laisser tenter !

137raton-liseur
tammikuu 3, 8:49am

>136 Dilara86: Je t'aurai prévenue!

138raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 23, 10:06am

63. Mon histoire : une vie de lutte contre la ségrégation raciale de Rosa Parks, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Julien Bordier
(Translated from the English Rosa Parks: My story)



Nous nous partagions les tâches de la vie quotidienne, qui étaient inscrites chaque jour sur un tableau. Nous travaillions et jouions ensemble. Un de mes plus grands plaisirs était de sentir l’odeur du bacon et du café en train d’être préparés tout en sachant que c’étaient des Blancs qui le faisaient, et pas moi.
(p. 56, Chapitre 7, “Violence blanche”).

Rosa Parks est un grand nom de la lutte contre la ségrégation. Revenue sur le devant de la scène aujourd’hui car elle a le double avantage d’être une femme (et c’est très politiquement correct aujourd’hui) et de ne pas être pasteur (tout ce qui est lié de près ou de loin à la religion est plutôt politiquement incorrect en ce moment). Je plaisante, mais c’est ce que l’on fait d’une personne, comment on décide de construire un héros ou une héroïne, de le ou la déboulonner quelques décennies plus tard, qui me rend sarcastique. Le parcours de Rosa Parks est, lui, tout ce qu’il y a de plus respectable ou ce court récit est intéressant.
Certes, ce livre semble écrit principalement à partir des souvenirs de Rosa Parks, et qui dit souvenir dit réécriture de la réalité, pas la vérité. Rosa Parks fait de sa vie une histoire qui semble se dérouler avec beaucoup de logique, ce qui est, me semble-t-il, rarement le cas. Mais, une fois que l’on est conscient de cela, on peut se laisser emporter par le livre, apprendre beaucoup de choses sur le mouvement des droits civiques, sur ses origines et ses évolutions. C’est aussi très intéressant de voir tout ce que cette lutte a été, pas seulement la partie émergée de l’iceberg qu’a été ce fameux jour où Rosa Parks a décidé de ne pas céder sa place dans le bus. Car, même si elle dit que son geste n’a pas été prémédité, elle est une militante de longue date, et elle n’est pas la seule à avoir eu le courage de dire non, mais c’est elle qui a été choisie pour incarner cette bataille.
C’est donc un livre vraiment intéressant à la fois sur l’histoire un peu longue et sur l’envers du décor, raconté par une personne qui a participé à tout cela de très près. Un livre rapide mais facile à lire et vraiment instructif pour ceux qui, comme moi, ne sont pas des spécialistes de ces questions.

P.S. : Les éditions Libertalia avaient permis le téléchargement gratuit de ce livre pendant le confinement du printemps dernier, qu’ils en soient remerciés.

139raton-liseur
tammikuu 6, 3:32pm

64. Les carnets de Cerise, tome 1 : Le Zoo pétrifié de Joris Chamblain (scénario) et Aurélie Neyret (illustrations)
(Not translated into English)
J’ai vu M’ni Raton sortir ce livre plus d’une fois de la bibliothèque du village. Certes, notre bibliothèque n’est pas très riche, et certes M’ni Raton aime bien lire et relire, mais j’ai fini par être intriguée alors j’ai lu à mon tour, malgré des dessins aux influences manga un peu trop marquées pour me plaire vraiment.
Et bien m’en a pris, car j’ai trouvé ce premier tome merveilleux. La petite Cerise, pas très heureuse et un peu à l’étroit dans sa vie pas très folichon repère un vieux monsieur au comportement un peu étrange et décide de percer le secret qu’il ne peut que cacher. Et ce secret, que je ne dévoilerai pas ici est tissé de tant de poésie et de douceur qu’il en devient irrésistible.
Une belle découverte à laquelle je ne m’attendais pas, et un succès pour cette bande dessinée qui me paraît à la fois justifié et totalement inespéré, mais une preuve que finalement, les lecteurs sont plus divers que l’on pense, et plus tendres que l’on veut bien nous faire croire.

65. Les carnets de Cerise, tome 2 : Le Livre d’Hector de Joris Chamblain (scénario) et Aurélie Neyret (illustrations)
Un deuxième tome ne peut que ravir un raton de bibliothèque comme moi. Le lien aux livres qui y est décrit, mais aussi le profond traumatisme de la guerre qui est évoqué m’a fait venir les larmes aux yeux, et c’est plus que rare quand je lis. Un très beau deuxième tome, même s’il s’éloigne de la féérie du premier.

66. Les carnets de Cerise, tome 3 : Le Dernier des Cinq Trésors de Joris Chamblain (scénario) et Aurélie Neyret (illustrations)
Hum, l’histoire s’essouffle un peu. J’ai été moins convaincue par l’intrigue et moyennement intéressée par les difficultés entre Cerise et ses amies. Un opus qui s’adresse vraiment aux inconditionnels de la série.

67. Les carnets de Cerise, tome 4 : La Déesse sans visagede Joris Chamblain (scénario) et Aurélie Neyret (illustrations)
Non, là ça devient un peu n’importe quoi. Je suis triste de dire cela après les merveilles que sont les deux premiers tomes de la série, mais ici le scénario est vraiment faiblard, avec un sentiment proche du « tout ça pour ça » à la fin de la lecture et des incohérences un peu trop grosses pour être avalées.

68. Les carnets de Cerise, tome 5 : Des Premières Neiges aux Perséides de Joris Chamblain (scénario) et Aurélie Neyret (illustrations)
Dernier tome, je craignais un peu le pire après le tome 3 en demi-teinte et le tome 4 très décevant. Mais non, ici Cerise est l’objet de sa propre enquête, ce qui est un juste retour des choses, et surtout, les sentiments sonnent juste, malgré la tristesse qui sourd des pages. Une très belle conclusion. Je ne suivrai pas Cerise dans le nouveau chapitre de sa vie, en tout cas pas dans un avenir proche, parce que je crois que j’ai lu le plus beau, et je heureuse d’avoir fait ce petit bout de chemin avec elle. Une belle série, malgré un petit relâchement vers le milieu, une série à mettre dans les mains des lecteurs de tous les âges.

140raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 23, 12:26pm

69. (17) La Fille de l’Espagnole de Karina Sainz Borgo, traduit de l'espagnol (Vénézuela) par Stéphanie Decante
(Translated into English as It Would Be Night in Cararcas)



Je voulais être quelqu’un, manger dans une assiette comme celle-là et me servir de couverts. Même si les circonstances avaient fait de moi une hyène, j’avais encore tout de même le droit de ne pas me comporter comme tel. On peut manger de la charogne avec une fourchette et un couteau. (p. 162).

Waouh… Une lecture coup de poing. J’ai le droit de dire cela sans paraître utiliser des expressions toutes faites ? Parce que cette expression, je ne l’utilise jamais, mais là, elle s’applique parfaitement. Ce roman est un coup de poing. Il est dur, noir, violent, amoral car même la morale n’est plus un bien essentiel quand c’est sa survie purement physique qui est en jeu.
L’histoire peut sembler abracadabrante : une jeune fille qui vient de perdre sa mère des suites d’une longue maladie comme l’on dit pudiquement se voit mise à la porte de chez elle par une bande de squatteuses. Elle se réfugie alors dans l’appartement vide de sa voisine du dessus, surnommée la fille de l’Espagnole, et se voit contrainte d’endosser son identité pour tenter d’échapper au chaos qui se répand comme une gangrène autour d’elle. Tout cela ne semble pas très réaliste et, si j’avais eu plus de détails sur l’intrigue, je ne me serais probablement pas lancée dans cette lecture. Mais ç’aurait été dommage.
Pendant toute ma lecture, qui n’a pas été très rapide, il était parfois difficile de lire plusieurs dizaines de pages d’un coup, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander si je lisais un bouquin sur le Venezuela ou une bonne petite dystopie de derrière les fagots. Et je n’ai toujours pas tranché cette question. Je n’arrive pas à croire que ce pays est dans un tel état de déliquescence. Ce ne sont même pas des scènes de guerre qui sont décrites, mais des scènes de violence gratuite, d’anarchie la plus totale. Est-ce moi qui suis trop naïve, je ne peux pas imaginer ce pays dans un tel état qu’on ne peut même plus parler de pays, ni d’institutions. C’est la loi du plus fort, la loi de la jungle, l’homme devenu un loup pour l’homme, les mots me manquent pour décrire cela.
Mais ils ne manquent pas à Karina Sainz Borgo, les mots. Elles les utilise avec une relative parcimonie, car le livre est plutôt court et vraiment dense, on n’y trouve pas grand chose de superflu, et certainement pas de description (ce qui renforce d’ailleurs cette sensation de ne pas bien savoir si le livre décrit la situation réelle et actuelle d’un pays ou s’il joue avec nos peurs d’enfants gâtés qui considèrent la démocratie comme acquise).
Un bon livre même si je ne sais pas trop quoi faire de cette lecture, entre réalité et fiction. Un vrai coup de poing au creux de l’estomac, qui laisse mal à l’aise pendant très longtemps, mais cela fait du bien de temps en temps de se souvenir que rien n’est jamais complètement acquis.

141raton-liseur
tammikuu 7, 1:16pm

Difficult to say it in English, so I’ll write it in French.

>140 raton-liseur: J’ai lu ce livre en juillet et j’ai écrit très tard cette note de lecture, commencée ce mardi, finie mercredi matin heure locale et postée plus tard dans la journée. Je n’ai pas écouté les infos pendant la soirée, et la collision entre ce que j’ai écrit et ce qui s’est passé au même moment aux Etats-Unis m’a sauté à la figure. Moi qui parlais d’enfants gâtés qui considèrent la démocratie comme acquise , je crois que je me suis sentie un peu groggy ce matin.
Je ne sais pas quelles seront les séquelles de cet évènement, mais j’espère que l’on ne considérera pas la démocratie comme acquise, car on a besoin de rester vigilants, et ce n’est pas l’apanage d’un seul pays.

142raton-liseur
tammikuu 9, 7:07am

70. (18) Le Mystère de la reine des mouettes de Rutu Briede, traduit du letton (Lettonie) par Emmanuèle Sandron
(Not translated into English)



Ce n’est pas tous les jours que l’on reçoit un livre pour enfants letton, publié par un éditeur belge ! Que les éditions Alice en soient remerciées, et m’excusent pour ma note de lecture un peu tardive !
C’est le dessin de la couverture, proche de l’esquisse, qui m’a donné envie de lire ce livre, et puis le titre, bien sûr : les mouettes étant un oiseau courant de par chez moi, j’étais curieuse de savoir qui était leur reine.
L’histoire est plutôt agréable et originale, même si je ne comprends pas trop pourquoi c’est une humaine qui règne sur un peuple d’oiseaux. Mais, ce détail mis à part, l’histoire est plutôt mignonne, mélangeant l’impossibilité de renier ce que l’on est profondément et la recherche du bonheur. Un bonheur qui vous tombe dessus sans que vous sachiez comment, et une histoire qui se finit bien.
Je n’est hélas pas eu le temps de lire cette histoire à mes élèves en fin d’année dernière, mais ce n’est que partie remise, je suis curieuse de voir comment ils vont l’accueillir. Elle sort un peu des sentiers battus tout en restant très facile à comprendre, c’est donc pour moi une jolie découverte, et une lecture que je pourrai faire pour les plus jeunes (à partir de 5 ans, je pense) comme pour des plus grands (jusqu’à 8-9 ans pour une lecture-détente).

143raton-liseur
tammikuu 9, 7:08am

71. (19) Francis, l’artisan du bois de Pierrick Bourgault
(Not translated into English)



Grâce à ce livre, je découvre un éditeur, Les ateliers Henry Dougier, et une collection, Une vie, une voix, qui raconte le destin ordinaire de personnes d’une génération dont les derniers représentants sont en train de disparaître. Cette collection compte actuellement sept titres, et c’est le dernier que l’éditeur m’a gracieusement envoyé dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio, que l’un et l’autre en soient remerciés, et excusent ma note de lecture un peu tardive.
Note de lecture tardive non par désintérêt pour le livre, bien au contraire. Peut-être justement parce que le travail du bois me fascine tellement que j’ai mis à profit les quelques semaines de liberté que j’ai eues au mois de juillet pour me lancer dans la rénovation de meubles en bois. Beaucoup d’amateurisme, mais, alors que j’étais en train de poncer puis de cirer mes meubles, imaginant déjà le plaisir que j’aurais à les voir chaque jour et à les utiliser, m’extasiant devant les changements de texture et de couleur, je repensait à Francis, cet homme d’un petit village de Mayenne, qui a passé toute sa vie à travailler le bois. Ce préambule pour donner un peu le contexte dans lequel j’ai lu ce livre et pourquoi j’ai eu envie de le lire, certainement pas pour tenter une comparaison entre cet artisan qui a consacré sa vie professionnelle à son art et mon amateurisme de fraîche date.
Et je crois que c’est ce contraste entre ma fascination toute naïve et bien peu éclairée et ce savoir-faire profondément enraciné dans une pratique quotidienne qui explique que j’ai aimé cette lecture, alors que je n’y ai pas trouvé ce que je m’attendais à lire. Avec la présentation de l’auteur, je m’attendais à lire le récit de la vie d’un homme, honnête artisan dans sa campagne natale, avec les joies et les malheurs que compte toute vie. Mais il ne faut surtout pas s’attendre à un récit linéaire. Et nous saurons peu, finalement, des menus événements qui ont marqué la vie de Francis Renard. Car on entend beaucoup la voix de l’auteur, Pierrick Bourgault, qui mèle aux évocations de Francis, sa propre fascination pour ce monde disparu ou en train de disparaître.
Ce livre, qui évoque la dureté du travail d’alors mais aussi la fierté du travail bien fait, est aussi une méditation sur la façon dont nos vies ont évolué. Et c’est intéressant de voir, en creux, la nostalgie dont fait preuve l’auteur, qui est peu ou prou de ma génération, et les sentiments plus mêlés, plus complexes, de Francis Renard, qui fêtera ses 97 ans cette année. Francis a vu l’évolution des modes de vie : sa maison est meublée avec du formica, il a vu l’eau courante arriver, il a vu son métier se motoriser et donc se transformer. Il est nostalgique de la façon dont les campagnes ont évolué, avec sa population clairsemée, le manque de temps pour un oui ou pour un non, mais il ne regrette pas le progrès technique et ne souhaite pas revenir en arrière.
En définitive, ce livre n’est pas le récit de vie que j’attendais, mais il y en a déjà beaucoup de ces livres, mais c’est une méditation sur l’évolution de nos métiers, de nos modes de vie, des valeurs que ces métiers et ces modes de vie reflétaient. Une méditation qui prend son temps, sur une bonne centaine de pages, une méditation émaillée de quelques termes techniques qui évoquent les ébénistes et les charrons d’autrefois, de quelques détails, comme le café et les biscuits secs offerts aux visiteurs de passage, la vieillesse qui limite l’espace dans lequel les corps se meuvent. C’est un livre que l’on peut lire avec toute la nostalgie qu’y met Pierrick Bourgault ou sans nostalgie en suivant Francis Renard qui voit les évolutions, en prend acte et continue de voir le monde avancer. Ces deux voix, qui peuvent sembler contradictoires se mélangent harmonieusement dans ce livre, sans que l’une prenne le pas sur l’autre, rendant la lecture équilibrée et complexe, permettant de prolonger la sérénité de la lecture par une réflexion sur notre société telle qu’elle va, pas les grands mouvements sociaux qui font la une de nos journaux, mais l’évolution lente mais continue de ses fondements.
Et un livre qui donne envie de passer sa main sur un meuble travaillé, de sentir la courbure parfaite d’une roue ou la moulure délicate d’un meuble. D’ailleurs, je m’arrête là, car j’ai un plancher à aller cirer !

144raton-liseur
tammikuu 13, 6:25am

72. 20264029::Momo, tomes 1 et 2 de Jonathan Garnier (scénario) et Rony Hotin (illustrations)
(Not translated into English)



Cette note de lecture se rapporte aux deux tomes de la bande dessinée Momo.

Une jolie bd enfantine, avec des dessins très japonisants (pour ne pas dire mangaïsants si je peux créer ce mot) malgré la nationalité bien française des auteurs, mais c’est une influence qui est revendiquée, car cet univers, c’est le nôtre, celui de la génération du Club Dorothée, biberonnée aux dessins animés japonais. Momo a quelque chose de Tom Sawyer ou de Dragon Ball avec ses bonnes joues.
D’autres clins d’œil à cette génération sont là et échappent probablement totalement au jeune public, mais l’histoire n’a rien à voir avec cela. Il est question d’une petite fille qui cherche sa place dans le monde, avec une maman qui n’est plus là, un papa souvent parti pour de longues campagnes de pêche et une grand-mère qui l’élève avec toute la tendresse de ses vieux jours. Le deuxième tome est plus sombre puisqu’il début juste après le décès soudain de la grand-mère, mais le ton demeure plutôt léger, comme une évocation nostalgique d’un âge où rien n’était vraiment sérieux mais tout était important. J’ai beaucoup aimé le premier tome, moins le second dont j’ai trouvé le ton moins en accord avec le propos. Mais le premier tome a reçu il y a quelques années le prix décerné par les jeunes lecteurs de notre bibliothèque. On est loin du prix Goncourt en terme de notoriété, mais ils ont plus de goût que les jurés professionnels !

145raton-liseur
tammikuu 13, 6:26am

73. Refus d’obéissance de Jean Giono ; lu par Denis Podalydès
(It does not seen to have been translated into English)
Giono a toujours forcé mon admiration pour ses positions anti-militaristes. Il a vécu la première guerre mondiale et cela a été un traumatisme tel que, même face à la montée du nazisme, il est demeuré fidèle à ses convictions. J’ai toujours eu le sentiment qu’être anti-militariste est facile en temps de paix, beaucoup moins en temps de guerre ou d’insécurité. Oui je suis anti-militariste, mais face aux attentats ou face à des mouvements anti-démocratiques ici et ailleurs, je me demande bien ce que l’on pourrait faire sans ces mêmes militaires.
Dans ce texte, Giono explique les raisons de son refus d’obéissance. C’est le récit poignant d’un homme qui, une vingtaine d’années après la fin de la guerre, avoue entendre encore toutes les nuits les appels de ses compagnons de tranchée, le récit sobre et douloureux d’un homme qui ne peut tourner la page, qui ne le veut pas non plus, par fidélité aux disparus. La guerre, pour lui, n’a rien eu de grand et il n’en veut pas d’autre. Pas de traumatisés, pas de morts, pas de défigurés pour rien.
Son texte a bien quelques accents socialisants ou anti-capitalistes par moment, et c’est aussi ainsi qu’il justifie son refus inébranlable d’une nouvelle guerre. Et c’est là que sont les limites de ce texte, qui ne fournissent pas d’alternative crédibles à la lutte contre les fascismes. Il faudra que je cherche ces réponses-là ailleurs.
Mais ce texte n’en demeure pas moins très beau et très intéressant, nécessaire comme l’on dit aujourd’hui, car cet homme, qui n’a jamais avant cela abordé ses années de guerre directement dans son œuvre, montre l’être meurtri qu’il est encore vingt ans plus tard, l’être meurtri qu’il sera toute sa vie, parce que la guerre lui a pris une partie de lui-même, en même temps qu’elle prenait la vie, la jambe ou la mâchoire de ses compagnons.

146raton-liseur
tammikuu 19, 3:11pm

74. La Guerre des Lulus, tomes 1 à 5 de Régis Hautière (scénario) et Hardoc (illustrations)
(Not translated into English)



Cette note de lecture se rapporte aux cinq tomes originels de la bande dessinée La Guerre des Lulus.

J’ai l’impression que j’aurai lu pas mal de bandes dessinées sur la guerre ces derniers temps. Mais elles ne sont toutes aussi bonnes les unes que les autres. Celle-ci suit quatre garçons, vivant tous dans le même orphelinat et n’ayant en commun que la première syllabe de leur prénom, Lucien, Lucas, Ludwig et Luigi. Inséparables et capables de toutes les bêtises, ils se retrouvent seuls lorsque la guerre éclate et que leur orphelinat, situé près de la ligne de front, est évacué. Commence alors une robinsonnade improvisée dans la forêt voisine.
La série est composée de 5 tomes, un pour chaque année que dure la guerre. Si l’on retrouve les mêmes personnages, ce sont des épisodes relativement indépendants les uns des autres et c’est finalement assez déconcertant. Si j’ai bien aimé les deux premiers tomes avec cette survie improvisée dans la forêt et cette façon de traiter la guerre vue depuis une bulle de paix enfantine, j’ai moins aimé la façon dont l’histoire bascule ensuite dans le réel. Le troisième tome, bien que peut-être un peu trop didactique, est encore intéressant parce que situé dans le familistère Godin à Guise, une expérience véridique inspirée des idées de Fourier, qu’il nous fait découvrir en même temps qu’il en utilise bien l’architecture pour les rebondissements de l’histoire.
Mais ensuite, l’histoire devient irréaliste et j’ai été déçue de la fin donnée à cette histoire (pas vraiment une fin puisque d’autres tomes, rattachés à cette série ont été et seront publiés). J’ai la sensation que l’idée originale du départ a été perdue en cours de route et c’est bien dommage car ils étaient attachants ces quatre petits bonhommes.
Une réaction en demi-teinte alors, avec un bon début et une fin qui ne me convainc pas. C’est un sujet battu et rebattu, avec des réussites inégales et pas toujours au rendez-vous.

147raton-liseur
tammikuu 23, 10:26am

75. (20) Neige et corbeaux de Chi Zijian, traduit du chinois (Chine) par François Sastourné
(Not translated into English)



Le livre acheté lors de ma première visite en librairie après la fin du premier confinement. J’étais bien consciente de l’étrange résonance entre la situation actuelle et le thème de ce livre, mais c’est surtout la belle couverture choisie par les éditions Picquier et le côté énigmatique du livre qui m’ont décidée à l’acheter, alors que je l’avais déjà repéré quelques mois plus tôt. Ce roman nous entraîne loin, dans la ville septentrionale de Harbin, et il n’y a pas si longtemps, en 1910. Cette année-là, la ville a en effet été touchée par la dernière épidémie de peste que notre continent ait connu.
Roman, roman… c’est vite dit. Bien sûr, il y a des personnages, certains plus présents que d’autres, certains fictifs d’autres ayant réellement existé. Mais il est difficile de parler de roman au sens strict du terme, car il n’y a pas vraiment d’intrigue ou de fil directeur. Je me souviens que j’avais trouvé un peu étrange la formulation de la quatrième de couverture, mais en refermant le livre, je m’aperçois à quel point elle est juste : « En s’appuyant sur un formidable travail de documentation et de recherche, Chi Zejian a entrepris de dessiner une carte de la ville puis installé sur cette carte les scènes de son roman ». Car c’est vraiment cela, une ville qui est le personnage central, peut-être même le seul vrai personnage du livre. Et sur cette scène de théâtre, des instants de vie que l’on observe, l’un après l’autre, avec entre eux des liens plus ou moins ténus. Bien sûr, la ville est tout de même assez petite et les personnages sont donc liés, plus ou moins consciemment les uns aux autres, comme dans tout roman chorale qui se respecte, mais ce n’est pas le plus important.
Et étrangement, cela fonctionne bien. Malgré ce qui pourrait sembler décousu, le livre se tient, il a une unité, qui lui est d’ailleurs principalement donné par la progression de la maladie. Mais aucune scène horrible, pas de panique. Les personnages entrent en scène, certains meurent, en général sans crier gare, puis une autre scène arrive. La peste passe sur tout cela comme une fatalité, un élément du décor contre lequel on ne se rebelle même pas. Cela donne au livre une atmosphère étrange, entre le feutré de la neige et la chaleur d’un khang préparé pour la nuit.
Les parallèles avec la situation actuelle sont certes saisissants. Les lenteurs administratives mais aussi les choix difficiles, l’acceptation culturelle des mesures sanitaires… Le livre a été écrit bien avant que l’épidémie actuelle ne se déclenche, mais il montre que les mécanismes sociaux demeurent les mêmes, à un siècle et plusieurs milliers de kilomètres de distance. Je ne sais pas si cela est rassurant.
En conclusion, une lecture qui m’a déstabilisée par son style, originale par sa mise en scène et sa composition. Une belle lecture, surtout si l’on apprécie la littérature étrangère, qui nous fait faire un pas de côté par rapport à nos habitudes, que ce soient celles de notre vie quotidienne ou celles de lecture.

148raton-liseur
tammikuu 24, 9:05am

76. (21) Les Roses de Verdun de Bernard Clavel
(Not translated into English)



Moi aussi je pensais aux années de bonheur. Celles que Monsieur venait d’appeler « les années mortes ».
(p. 97, Chapitre 14).

Bernard Clavel n’est plus guère à la mode aujourd’hui, c’est peut-être pour cela que j’en ai trouvé plein à Emmaüs, qui attendaient sagement preneur. Un peu trop vite épinglé comme romancier du terroir, c’est aussi un humaniste, et j’aime ses livres qui, même si ce ne sont pas des monuments de littératures, sont des valeurs sûres. On n’y trouve pas vraiment de méchants, et il y a toujours une large place faite aux sentiments simples et francs.
Après ce préambule, je dois avouer que j’ai été un peu déstabilisée par cet opus, qui dévie un peu de la route que suivent habituellement les romans de Clavel (ou du moins ceux que j’ai en mémoire, j’ai l’air de m’ériger en spécialiste de cet auteur, ce que je ne suis absolument pas). Les Roses de Verdun, c’est le récit qu’Augustin Laubier fait à Clavel des derniers mois de la vie de son patron, l’industriel Martinon, et, à travers le récit d’un voyage en voiture vers Verdun et Aulnois, des grands événements de la vie de celui-ci. Une vie marquée par deux guerres, l’une qu’il a passée aux commandes de son usine, et l’autre dans laquelle il a perdu son fils.
Au soir de sa vie, cet homme interroge ses choix et sent monter sa culpabilité face à ceux qui, comme de très nombreux camarades de son domestique Laubier, ont perdu la vie dans les tranchées, puis face à ceux qui ont fait leur devoir jusqu’au bout face aux armées nazies. Fabriquer des obus de qualité dans ses usines, est-ce un argument suffisant pour ne pas aller soi-même au front, ou cela fait-il de lui un « planqué » ? C’est la question lancinante de ce court roman, une question à laquelle Bernard Clavel ne répond pas franchement, pas plus que le narrateur, Laubier, qui a lui passé quatre ans dans les tranchées, sur tous les fronts les plus exposés et qui, lui, se débat avec une autre question morale, pourquoi m’en suis-je sorti et pas les autres ? Et il faut toute la plume douce de Bernard Clavel, le regard tendre qu’il porte à tous ses personnages quels qu’ils soient, pour rendre la complexité de ce débat intérieur sans la trahir.
C’est un livre qui laisse un goût d’inachevé. On n’assiste pas à la rédemption finale de ce personnage hanté par son passé privilégié, qui se croyait à l’abri de tout mais que la réalité de la guerre a fini par rattraper. Mais je crois que cet inachevé est voulu par Clavel, à chaque lecteur de porter le jugement qu’il veut sur le personnage ou, justement, comme Clavel, d’essayer de ne pas juger, de reconnaître la complexité d’une vie et des choix qui l’ont jalonnées, sans émettre de jugement définitif et péremptoire qui sont rendus si faciles a posterio par le temps écoulé et par la connaissance de la fin de l’histoire. C’est Laubier, en double de Clavel, qui a probablement raison. Il conte les événements, il les commente à peine et il reste à sa place, il est témoin, mais ni n’absout ni ne condamne son patron. Un livre qui laisse pensif, méditatif.

149raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 25, 1:04pm

77. La Lettre de réclamation de Christine Sagnier
(Not translated into English)



Un petit roman, publié par un petit éditeur qui a eu la gentillesse de le mettre en accès libre pendant le confinement du printemps dernier dans le cadre de l’opération bol d’air. Ce n’est pas de la grande littérature, mais le sujet du choc culturel du voyage en Inde m’intrigue, pour avoir passé quelques temps dans différents pays d’Asie du Sud.
Le livre est bien vu, notamment les premières pages sur l’arrivée à l’aéroport, le premier voyage en taxi et les premières visites culturelles. Mais le livre, malgré sa petite taille, ne tient pas la distance et l’histoire dégénère rapidement en une espèce de crise de nerf carabinée et absolument pas réaliste. Cela a un peu gâché ma lecture et c’est dommage, car l’autrice avait réussi à mettre le doigt sur le pourquoi et le comment du malaise de l’Occidental en Inde. Une tentative avortée à mon sens, qui ne plaira qu’à ceux qui ont une petite expérience de l’Inde et qui ne sont pas dérangés par la loufoquerie.

150raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 25, 1:04pm

78. (22) Le Maître de l’arc de Viviane Moore et Stéphane Berland
(Not translated into English)



Cela commence à être une mauvaise habitude, se donner des raisons ou des excuses pour acheter un livre, encore un, alors qu'il y en a tellement sur mes étagères. Cette fois, c'est une visite impromptue à la librairie alors qu'un long trajet en train m'attendait un ou deux jours plus tard. Il y avait des livres soldés (oui, je ne savais pas que c'était possible de solder des livres), et je me suis laissée tenter par ce titre de littérature jeunesse qui me paraissait parfait pour ce fameux trajet en train. Je n'ai pas eu le temps de tout lire pendant le temps de ce voyage, mais il m'a effectivement bien tenu compagnie.
Ecrit à quatre mains, dont deux appartiennent à Viviane Moore, l'autrice de l'excellente saga de Tancrède le Normand, ce roman est pile dans les marottes des auteurs. On est au début de la Renaissance, alors que Jacques Cartier n'a pas encore fait voile vers le Canada et qu'il prépare un grand voyage, vers le Brésil. Sur ce fond historique pas tout à fait avéré, un jeune homme, Josselin, réussit l'épreuve qui lui permet de devenir apprenti archer et l'on s'aperçoit bientôt que les menaces planent sur le futur grand voyageur. Rivalités économiques, vengeance personnelle ? C'est notre ami Josselin qui, grâce à sa bravoure, son audace et sa chance, permettra de démêler tout cela, en même temps qu'il comprendra les étranges comportements de sa mère et les paroles énigmatiques de son père. Il nous entraînera par la même occasion dans le Saint Malo de l'époque, dans ses petites rues et ses tavernes, sur ses remparts et ses plages.
Et le lecteur apprendra sans même s'en apercevoir tout un tas de choses sur l'époque et ses us, les cités maritimes et leur fonctionnement. Je ne connaissais pas Viviane Moore pour les enfants, mais je n'ai pas été déçue. C'est de la bonne littérature jeunesse, un roman historique de bonne facture, avec une intrigue pas palpitante mais loin d'être réduite à la portion congrue, une capacité à faire revivre naturellement la ville de l'époque, sans que ce soit trop didactique. Certes, c'est un roman jeunesse, avec tous les ingrédients de celui-ci: un héros jeune, une possibilité d'histoire d'amour (mais c'est vraiment en filigrane, ceux qui veulent l'ignorer le pourront sans problème), une fin que l'on sait heureuse. Mais il y a quand même quelques cadavres et la réalité n'est pas complètement édulcorée puisqu'on a le droit à une petite visite des prisons. C'est donc une belle réussite, mes attentes ont été comblées et c'est un livre que je recommande chaudement à tout jeune collégien ou toute jeune collégienne un tant soit peu féru d'histoire ou d'aventure, et ceux qui ont quitté le collège pourront aussi passer un bon moment, avec cette lecture simple et intelligente.

151raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 25, 1:06pm

79. (23) La Porte de Magda Szabó, traduit du hongrois (Hongrie) par Chantal Philippe
(Translated into English as The Door)



Emerence avait établi une clause stipulant qu’elle tiendrait le premier rôle dans la vie de ceux qui l’aimaient, et parmi ceux qu’elle considérait comme importants, seul le chien trouvait cela normal, il respectait cette clause, même lorsqu’il avait mordu la vieille femme.
(p. 223, “Surprise de Noël”).

Un beau succès de librairie que ce roman, mais une note de lecture difficile à écrire. L’histoire est tellement étrange, le personnage principal, Emerence, la concierge et domestique, la narratrice, sa patronne, et leur relation ambiguë, faite d’amour et de haine, de compréhension et d’incompréhension, de soutien et de petite ou grande trahison.
Une histoire qui ne résonne pas avec ma vie ou mes expériences , une relation forte mais qui me met mal à l’aise. Ce fut un moment de lecture étrange. Ni bon ni mauvais, juste à côté, si cela a un sens. Ai-je aimé ou pas, je n’en sais même rien.

152raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 25, 1:07pm

80. (24) Les Os des filles de Line Papin
(Not translated into English)



C’est la première fois que je reçois un livre comme cadeau de fin d’année scolaire, et j’ai trouvé ce geste plein d’attention. J’étais d’autant plus contente du choix de la maman (mon élève était alors en moyenne section, ce ne peut pas être elle qui a choisi…) que j’avais entendu un entretien de cette autrice sur RFI et que, même si cela ne m’avait pas vraiment donné envie de lire ce livre, cela m’avait intriguée.
Les questions d’identité m’intéressent souvent, et celle-ci, celle d’une petite fille issue d’un mariage mixte, heureuse dans un pays et déracinée dans l’autre, avait tout pour me plaire. Mais le côté un peu trop psychologisant m’a très vite embêtée. Cette façon de donner un sens et profond un poids immense à chaque petit détail m’exaspère. Puis la façon dont la vie est peinte en noir dans un pays et en blanc dans l’autre me paraît manquer de subtilité. J’ai donc assez peu apprécié ce livre.
La dernière partie, qui décrit la période d’anorexie qu’a vécu l’autrice m’a par contre plus intéressée. C’est un sujet que je connais très mal, mais j’ai trouvé intéressant les mots que Line Papin mettait sur son mal-être, sur la façon dont elle le ressent et la frontière ténue entre partir ou revenir. Pas beaucoup d’explication, donc, mais une description bien menée. Peut-être pas suffisant pour rattraper les défauts de la plus grosse partie du livre, mais je suis contente d’avoir persévéré dans ma lecture.

153raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 25, 1:07pm

81. (25) La Fenêtre panoramique de Richard Yates, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Robert Latour 24 janvier 2021
(Translated from the English Revolutionary Road)



Est-ce que quand je découvre qu’un film que j’ai aimé est l’adaptation d’un livre, je devrais éviter de lire celui-ci ? Cela m’avait déjà fait le coup avec Légendes d’Automne de Jim Harrisson, et c’est à nouveau le cas. J’ai vu le Revolutionary Road avec DiCaprio et Kate Winslet, et, moi qui ne suis pas une grande cinéphile, j’avais littéralement adoré ce film (que maintenant que j’ai lu le livre, j’aimerais revoir, d’ailleurs).
Le livre est assez différent et c’est peut-être cela qui ne m’a pas permis d’en profiter autant que je l’espérais. Dans le film, les personnages sont aimables (au sens premier, ils peuvent être aimés) et l’on ne peut que se sentir attristé par la façon dont le monde autour d’eux, le quotidien, a raison d’eux et de leurs rêves. Dans le bouquin, qui d’ailleurs se concentre principalement sur la figure de Frank Wheeler, les personnages sont beaucoup plus difficilement aimables (et personnellement, je n’y suis pas parvenue). Frank et April sont plein de failles, qu’ils ne reconnaissent pas et qui les empoisonne, ils sont bien plus responsables de ce qui leur arrive, de la façon dont ils mettent leur vie et leur couple, leurs rêves aussi, en l’air. Et ce n’est donc plus du tout la même histoire qui est racontée, ce n’est plus comment le rêve américain et le conformisme de la banlieue chic à l’américaine broie les espoirs, cela devient l’histoire de comment des adultes fêlés ne se remettent pas de leurs fêlures et sont capables de gâcher leur vie et celle de leur famille. Cela devient alors l’histoire de deux personnages particuliers, et non plus le roman d’une génération, ou au moins d’une partie de génération, prise dans un engrenage dont elle ne veut pas. Et pour moi, le livre devient tout à coup moins intéressant que le film.
J’ai bien conscience que je n’étais pas dans les meilleures conditions pour faire justice à ce livre et que je suis donc peut-être un peu passée à côté. Ce fut donc une lecture plutôt intéressante, dont j’attendais plus certes mais à laquelle je reconnais volontiers un certain mérite.

154raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 25, 1:08pm

82. Eva Charlebois de Maurice Genevoix
(Not translated into English)



Maurice Genevoix, c’est bien sûr Raboliot et les romans de la Sologne, découvert au collège, à un moment où ce genre d’histoire était bien loin de mes préoccupations, mais quand j’envisage de redécouvrir aujourd’hui. C’est aussi l’écrivain d’une génération sacrifiée sur l’autel de la Première Guerre Mondiale, un pan qu’il faut que j’explore aussi. Mais ce n’est pas que cela. Je ne sais plus où, j’ai entendu parler des romans qu’il a écrits sur le Québec, en particulier Eva Charlebois, alors quand je l’ai trouvé sur les étagères d’une librairie d’occasion, je n’ai pas hésité longtemps.
Et j’ai été surprise par ce roman. Maurice Genevoix est ici en plein dans la veine des romans de terroir, avec de belles descriptions de paysage, mais on est loin de la douceur de ses paysages de Sologne et il semble avoir été impressionné par les reliefs dramatiques que l’on trouve du Grand Nord. Il communique cette sensation d’émerveillement mêlé d’écrasement à sa petite Eva, jeune fille simple de la campagne Québecoise, que son amour pour un bel anglophone entraîne loin de chez elle.
J’ai été étonnée par le ton extrêmement mélancolique de ce roman, une façon de célébrer la beauté de la nature en même temps que de questionner la place que l’homme peut y avoir. C’est rare dans le registre des romans de terroir, aussi rare qu’une fin relativement prévisible mais qui n’a rien d’heureuse. J’ai donc été étonnée par la tournure que prenait ce roman. Je m’attendais à un roman assez simple, avec plein de bons sentiments, comme cela fait du bien d’en lire de temps en temps, comme une bonne façon de se remonter le moral après quelques lectures plus ardues ou quand la vraie vie ne laisse pas beaucoup de temps pour rêver. Mais ce n’est pas ce que j’ai trouvé ici. J’ai d’abord été déçue car ce n’était pas le livre que je voulais lire lorsque je l’ai pris sur mes étagères, mais je me suis peu à peu laissée envoûter, un peu comme Eva, happée par la majesté des paysages, prise dans un imbroglio de sentiments contradictoires.
C’est un beau livre, plus complexe que ce à quoi on pourrait s’attendre pour ce genre de littérature, et une bonne façon pour moi de renouer avec Maurice Genevoix.

155raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 25, 1:08pm

83. Les Graciées de Kiran Millwood Hargrave, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Sarah Tardy
(Translated from the English The Mercies)



Va-t-on bientôt créer un genre pour ces livres ? Vous savez bien, ces livres qui se passent en Europe du Nord du temps de l’obscurantisme religieux et qui nous parlent des femmes et de système judiciaire archaïque… On a eu A la grâce des hommes il y a quelques années (pour n’en citer qu’un), cette rentrée littéraire nous amène Les Graciées. Cette fois, on est en Norvège, sur l’île de Vardø, à la toute extrémité nord-ouest du pays. Et on est au XVIIème siècle, alors que la multiplication des voies de communication permettent au pouvoir de s’intéresser à des régions jusque là trop difficilement accessibles. Cet intérêt politique soudain va de pair avec la diffusion d’une vision luthérienne rigoriste de la foi, le contrôle des consciences étant toujours un bon moyen de contrôler la population. Voilà pour le décor (que je plante de façon un peu simpliste, en faisant des liens de causes et d’effets qui sont miens, et que l’on ne retrouve pas dans le livre de Mme Millwood Hargrave).
Dans ce contexte, survient une tempête qui laisse des femmes seules, obligées pour survivre de réaliser les tâches habituellement réservées à leurs maris, pères, frères ou fils. Et elles s’en sortent finalement plutôt bien, goûtant à une liberté d’actions qu’elles n’avaient pour la plupart jamais envisagée. Mais lorsque le roi envoie ses représentants, militaires et moraux (les deux faces de la même pièce de la conquête), pour affirmer son pouvoir dans cette zone encore largement peuplée de Sami, nomades et non convertis au christianisme, les choses doivent rentrer dans l’ordre et des coupables doivent être désignés et punis. D’un fait historique, le plus grand procès de sorcières d’Europe du Nord, qui a envoyé au bûcher près de cent personnes en quelques années, Kiran Millwood Hargrave tire une fiction librement inspirée. Il me semble que les personnages principaux d’un camp comme de l’autre (on ne peut être neutre dans ce tels moments, « qui n’est pas avec moi est contre moi » comme dit l’adage) sont pour la plupart inventés.
Le livre, dont le titre est étrange puisque dès la quatrième de couverture on sait quel sort sera réservé à ces femmes (mais c’est justement cette incohérence apparente qui m’a attirée vers ce livre), est aussi étrangement découpé puisque, là aussi à rebours de ce que le résumé peut laisser croire, ce n’est pas le procès qui en est le clou, il est finalement assez rapidement évoqué. Le sujet du livre est plutôt la montée de la tension dans la communauté, la création des clans et la façon dont différentes personnalités réagissent dans ce contexte.
Si j’ai été un peu frustrée dans ma lecture par la liberté que l’auteur prend par rapport aux faits historiques et par le découpage de l’histoire, c’est probablement plus la faute de l’éditeur que celle de l’auteur, car finalement, ces choix confèrent une originalité certaine au livre. Il y a bien quelques défauts, notamment dans une écriture qui me fait trop penser à celle issue des ateliers américains de « creative writting », ou bien dans les concessions aux thèmes à la mode (une pincée d’homosexualité dans le but de mieux faire parler ou mieux faire vendre, même si elle tombe un peu comme un cheveu sur la soupe ?), mais la lecture est fluide et intéressante. Le livre lève le voile sur des événements que l’on connaît généralement peu, un obscurantisme passé qui nous donne peut-être des clefs pour comprendre les mécanismes d’obscurantismes plus actuels. Il met aussi en scène des femmes fortes sans le savoir, une sorte de féminisme qui ne prononce pas son nom mais qui trouve à s’incarner même dans les époques auxquelles on ne l’associe pas spontanément.
Un livre agréable à lire (malgré la dureté du sujet), qui s’éloigne un peu trop de la réalité historique à mon goût, mais qui mérite qu’on lui consacre quelques heures de lecture dont il sera difficile de s’arracher.

156raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 25, 1:09pm

84. Codine de Panaït Istrati 24 janvier 2020
(Translated into English as Codin or Kodin)



Voilà où est mon mal. Pour mes amis, je suis, le plus souvent, une bonne poire. Pour ceux de la caserne, une brebis à tondre. Pour le quartier, un “sale Albanais”. Pour ma pauvre Zincoutza, une “sale nation”. Et je voudrais être un frère pour le monde, mais personne ne le veut. Personne ne veut aider un homme né bon à rester bon, et moins encore, aider à le devenir, celui qui n’a pas eu de chance de naître bon.
(p. 86, Partie 3, “Kir Nicolas”).

Je cherchais un petit livre court et j’avais ce titre dans ma liseuse, téléchargé sur la seule foi du nom de son auteur, dont j’avais beaucoup aimé Les Chardons de Baragan. Ce ne fut pas la lecture facile que j’espérais, car le propos est sombre, mais ce fut une lecture intéressante. En trois parties qui peuvent paraître sans lien entre elles, on suit l’enfance d’un garçonnet qui fait la connaissance de Codine, un homme peu recommandable mais dont il perçoit le côté très humain. Mais la rédemption n’est pas possible, surtout dans un milieu social où l’on est vite marqué par ses origines et son statut au bas de l’échelle. Malgré quelques éclats d’humanité, c’est une vision sombre de la société et de l’individu que Panaït Istrati propose, une vision qui est probablement la sienne car elle transparaît dans tout ce que j’ai pu lire de lui. Un écrit mineur de cet auteur, mais non dénué d’intérêt.

157raton-liseur
tammikuu 25, 1:09pm

85. (26) Neige-Blanche et les sept géants de Philippe Barbeau 24 janvier 2020
(Not translated into English)



Le titre est explicite, il s’agit d’une réécriture du fameux conte, publié par les éditions Lire c’est partir, qui est spécialisée dans les petits livres qui ne coûtent juste un peu moins ou un peu plus d’un euro. Leurs livres ne sont pas toujours d’une très grande qualité littéraire, mais celui-là est vraiment sympa, et avec en plus une petite touche d’impertinence et de féminisme (vous ne verrez pas Neige Blanche passer son temps à faire le ménage pour ses géants comme une certaine Blanche Neige le fait pour ses nains !) qui fait du bien.
Les éditions Lire c’est partir ont pour but de permettre à tous les enfants d’avoir accès à des livres, sans que le prix ne soit un obstacle. Leurs livres sont aussi appréciés par les enseignants, car on peut équiper toute une classe pour un budget restreint. Ici, le livre en vaut vraiment la peine, il y a plein de choses à étudier et je vois se profiler d’intéressantes discussions sur l’égalité femme-homme ou sur la réécriture des classiques avec des élèves de CM1 ou CM2. Je le garde en mémoire pour une possible utilisation dans un futur proche !

158raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 25, 1:12pm

86. (27) Ses yeux d’eau de Conceição Evaristo, traduit du portugais (Brésil) par Izabella Borges
(Not translated into English)



Des mystères colorés, des tessons de verre – peut-être de simples déchets – brillaient sur le sol.
(p. 47, “Duzu-Querença”).

C’est ça que j’aime bien dans les masses critiques de Babelio. Des livres que j’aurais feuilletés lors d’un passage en librairie (à condition qu’il soit mis en avant, et les petites maisons d’édition ont souvent une exposition bien limitée, même si je sais que les librairies que je fréquente font des efforts, mais il faut savoir trouver l’équilibre entre travail de découverte et réponse aux attentes usuelles des clients…), mais que je n’aurais probablement pas achetés (parce que je limite mon budget livre déjà conséquent et que j’achète principalement des poches depuis quelques années). Mais là, un résumé me tente, une couverture me fait de l’œil ou un titre m’intrigue, et je me laisse entraîner à cliquer. Et souvent, la magie opère et je me retrouve avec un livre assez improbable dans la boîte aux lettres.
Ce fut encore le cas ce mois-ci, avec ce livre, que j’ai choisi à cause de son titre et de son résumé. Des nouvelles situées dans les favelas brésiliennes, des nouvelles plutôt courtes (en général moins de dix pages) et d’un grand réalisme. La pauvreté extrême n’est pas parée d’oripeaux romantiques, la violence n’est pas sagement cachée sous le tapis. Mais aussi beaucoup de retenue et de nuances dans l’écriture. On sent le tiraillement entre des aspirations à une vie simple et digne et la fatalité du quotidien dans laquelle on est irrémédiablement englué. C’est ce tiraillement tragique (au premier sens du terme, celui de la fatalité) que j’ai aimé lire dans ces nouvelles. Il est très bien rendu par des phrases longuement travaillées, où chaque mot est pesé puis mis à sa juste place. Une langue facile à lire mais qui touche juste et qui fait mal quand il le faut. (Il y a bien quelques mots composés dont l’abondance dans certaines nouvelles m’a un peu agacée, mais je ne sais pas si c’est le fait de l’autrice ou de la traductrice).
Je ne saurais dire quelle nouvelle j’ai préférée, de celle qui donne son titre au recueil et qui est une ode à la relation mère-fille ou de celle qui finit dans le sang (je devrais plutôt dire « celles ») ou dans la folie, ou bien encore les quelques rares histoires qui sortent de la favela mais qui ne semblent pas beaucoup plus heureuses (c’est une autre forme de pesanteur de la vie, bien différente de la pauvreté la plus abjecte, mais ce n’est pas plus gai). Je ne crois pas qu’il y en ait beaucoup qui finissent vraiment bien, du moins pas au sens habituel du terme car parfois mort ou folie sont finalement des fins plus heureuses que ce que l’on aurait pu prévoir.

Une autrice qui semble déjà bénéficier d’une certaine audience au Brésil, et qui mérite d’être plus connue. Ce livre est un deuxième pas, après la publication de recueils de poèmes, et il mérite d’être plus largement diffusé. C’est une belle lecture, difficile et grave, poétique aussi, mais un moment de lecture que je recommande chaleureusement, pour tenter de voir une réalité dont nous sommes tous bien éloignés, en dépassant les clichés exotiques dont nous sommes souvent abreuvés. Un livre à la fois violent et tendre, complexe et simple, une lecture qui rend plus riche de compréhension et d’empathie, même si l’on reste bien démuni face à une réalité qui nous échappe.
Un grand merci aux éditions Des Femmes de m’avoir offert ce recueil, c’est une superbe découverte, celle d’un petit bijou d’écriture trop ignoré, et j’espère que le bouche à oreille permettra à beaucoup plus de lecteurs de croiser le chemin ou les pages de ce livre.

159raton-liseur
tammikuu 25, 1:13pm

87. (28) Les Deux nigauds de la Comtesse de Ségur
(Not translated into English)



A mon petit-fils
Armand Fresneau
Mon cher petit, c’est à toi, bon petit habitant de l’excellente Bretagne, que je dédie l’histoire de ces deux nigauds qui préfèrent Paris à la campagne. Tu ne feras pas comme eux, car déjà Paris t’ennuie et la Bretagne te plaît. Reste toujours brave et loyal Breton, et garde-toi de devenir un Parisien frivole, moqueur, vain et inconstant.
Ta grand-mère
Comtesse de Ségur, née Rostopchine.

Il me faut mettre quelques livres dans des cartons, je n’ai plus assez de place sur les étagères et la nouvelle génération de ratons ne semble pas du tout intéressée par la Comtesse de Ségur (il faut dire que le côté moralisateur en est un peu daté et que je ne lui ai pas fait une grande publicité non plus…). Toujours est-il que je n’avais jamais lu cet opus, le dernier que je me suis acheté quand j’étais enfant et que ce genre de livre était sur le point de ne plus être de mon âge. Avant de l’enfermer dans une boîte pour un petit moment, j’ai eu envie d’enfin le lire, j’aurais ainsi moins de remord de le mettre au garage (quelle hérésie...).
Ce n’est pas le meilleur livre de la Comtesse, tout est dans la dédicace à son petit-fils. C’est même, je crois, la meilleure partie du livre ! Le reste est beaucoup trop prévisible, plein de clichés et sonne finalement faux. Je suis d’accord avec la Comtesse qui préfère la vie calme de la campagne à la frénésie de la campagne, mais pas au prix d’une telle caricature. Le livre ira donc rejoindre ma collection dans le garage, et je lirai peut-être d’autres Comtesse de Ségur en cachette sur ma liseuse, de temps à autre, parce qu’il y en quelques-uns qui ne sont pas mal, et que ça fait du bien de temps en temps de se faire un petit plaisir.

160raton-liseur
tammikuu 25, 2:44pm

88. Tupinilândia de Samir Machado de Machado, traduit du portugais (Brésil) par Hubert Tézenas
(Not translated into English)



Réfléchissez avec moi : s’il existait une formule du bonheur, pourrait-on le fabriquer à l’échelle industrielle ? Et , si oui, un parc à thèmes ne serait-il pas le moyen idéal ?
(p. 82, Partie 1, “Version brésilienne”, Episode 1 : 1942, Chapitre 8, “Projets”).

Avec, derrière tout cela, l’impression optimiste que, dans le futur, l’industrie privée réussirait à surmonter l’ensemble des problèmes de la société, y compris ceux dont elle était elle-même la cause.
(p. 168, Partie 1, “Version brésilienne”, Episode 2 : Admirable monde nouveau, Chapitre 8, “Pays du Futur”).

Ne laissez pas votre haine sur votre canapé, sortez avec dans les rues ! Et souvenez-vous : votre participation vaut des points.
(p. 402, Partie 1, “Version brésilienne”, Episode 5 : La Terre où le jour s’arrêta, Chapitre 1, “Faits alternatifs”).

J’ai fini ce livre il y a quelques jours maintenant, et je suis toujours aussi démunie lorsque j’envisage l’écriture de cette note de lecture. Démunie, car je sais que ma note de lecture ne sera pas à la hauteur de ce roman. Les adjectifs sont faciles à trouver : exceptionnel, loufoque, original, foisonnant, mais ils ne rendent pas justice au livre et sonnent creux.
Les éditions Métailié m’ont offert ce livre par l’entremise de Netgalley, et j’en suis très heureuse car je n’aurais peut-être pas osé acheter ce gros pavé, avec sa couverture improbable et son bandeau un brin racoleur. Mais maintenant je sais que ce livre doit rejoindre ma bibliothèque, parce qu’en plus d’être un pavé, c’est un vrai pavé dans la mare. Un livre comme il y en a peu et qui ne peut laisser indifférent, je crois que soit on l’aime beaucoup soit on le déteste. Parce que ce que j’y ai aimé sera détesté par d’autres lecteurs. On est ici dans l’outrance constante, dans le trop à chaque page, dans l’exubérance sans trêve. Et curieusement, moi qui ne suis guère exubérante (et c’est un euphémisme), j’ai été conquise et j’ai savouré chaque instant de cette lecture, longue mais de plus en plus jubilatoire.
J’avais oublié la quatrième de couverture lorsque j’ai ouvert ce livre, et c’est tant mieux car elle en dit trop. Difficile de donner envie de lire un livre sans pouvoir le raconter, mais c’est pourtant ce qu’il faudrait que j’arrive à faire ici. Peut-être en disant que ce livre est un heureux mélange d’hommage au cinéma, du dessin animé de Walt Disney aux films d’aventure grand public, à l’image d’Indiana Jones ou Lara Croft. L’émerveillement de Fantasia côtoie les cascades improbables de héros plus ou moins crédibles, mais il ne faut pas s’en offusquer, c’est le pacte de lecture que passe l’auteur avec ceux des lecteurs qui voudront bien le suivre.

Mais le cinéma (dont je ne suis pas férue, je suis donc probablement passée à côté de bien des références) n’est pas le sujet principal du livre. Il y a aussi une critique (mêlée d’admiration juvénile) du modèle économique Disney, avec ses parcs d’attraction qui tournent en vase clos, ses histoires dont on ne sait plus si elles sont là pour faire rêver et on achète des produits dérivés pour étayer le rêve ou si ce sont ces histoires qui les produits dérivés des figurines plastiques, des histoires créées uniquement pour justifier l’achat de ces mêmes figurines. Un modèle économique, sorte de capitalisme consumériste poussé à son paroxysme qui croit que le bonheur ressemble à un parc d’attraction aseptisé.
Et il faut rajouter à cela une grande fresque politique du Brésil, des années 40 à nos jours, détaillant les soubresauts des dictatures successives et des timides tentatives de démocratie. Je ne suis pas une spécialiste du Brésil, loin s’en faut, mais je me suis frottée à cette histoire avec intérêt. Bien sûr, on ne voit le Brésil que par un petit bout de la lorgnette, un tout tout petit bout, celui des grandes familles qui ne font pas de différences entre pouvoir économique et pouvoir politique, celles qui peuvent se payer l’extravagance de rêves démesurés.
Et puis une critique du fascisme, ici qualifié d’intégralisme, qui ne manque pas d’originalité. Le trait est forcé, l’argumentation ne convaincra que les convaincus, mais qu’est-ce que c’est amusant à lire. On a les exécutions publiques dans les stades, mélange de Servante écarlate et de tradition d’un pays voisin du Brésil, voire de réminiscence des liens entre sport et idéologie incarnés par des Jeux Olympiques restés assez tristement célèbres. Mais on a aussi des habitants de cette petite bulle intégraliste qui sont appelés consommateurs plutôt que citoyens, et ce lien entre consumérisme dans son expression la plus entière et la plus idiote et le fascisme fait un peu froid dans le dos…
Et enfin, mêlons à tout cela une belle réflexion sur la nostalgie, et notamment cette nostalgie du futur que Machado de Machado décrit très bien : la nostalgie du futur que l’on rêvait dans les années 80, quand nous étions jeunes et peut-être pleins de rêves et d’espoir, ce futur qui n’est pas celui dans lequel nous vivons aujourd’hui, loin s’en faut.

Alors oui, c’est loufoque, oui c’est foisonnant, oui ça part dans tous les sens, mais tout cela se tient extrêmement bien et forme, contre toute attente, un livre très cohérent, qui se renouvelle sans cesse tout en conservant ses thèmes multiples et entrelacés. Il faut accepter de se laisser emporter, accepter de ne pas savoir sur quel pied danser, mais s’il y a une chose dont on est sûr, c’est que ça va valser ! Bon voyage à Tupinilândia, osez vous laisser emporter dans les petit wagonnets du parc d’attraction le plus secret du monde, et peut-être aussi le plus révélateur.

161raton-liseur
tammikuu 27, 6:26am

89. (29) Salina : Les trois exils de Laurent Gaudé
(Not translated into English)



Salina était silencieuse. Elle parlait peu, le regardait souvent pendant de longues minutes tandis qu’il mangeait ou était sur le point de s’endormir. Non pas comme une mère qui couve des yeux son enfant, mais comme une femme surprise de constater que cet enfant est le sien, surprise et reconnaissante.
(p. 80, Chapitre 5, “Les Noces de champ de bataille”).

Que dire ? Du grand Laurent Gaudé, encore une fois. Salina est dans la veine « écriture de nouveaux mythes » que Laurent Gaudé a déjà exploré avec La Mort du Roi Tsongor notamment. Le portrait de cette femme au nom de sel est envoûtant, comme l’est la prose de Laurent Gaudé, toujours très travaillée, très poétique, mais fluide. Ce livre peut se lire comme une histoire un peu incroyable, comme un mythe aux mille enseignements qui s’enrichiront de lecture en lecture, ou comme une incantation.
Salina, c’est la femme dans tous les aspects que cela comporte. La fille et l’adolescente, puis l’amoureuse, la promise et la mariée (qui ne sont pas la même chose), la mère, avec différents aspects de la maternité qui n’est jamais le long fleuve tranquille et monolithique que l’on décrit, la gardienne et l’inventrice d’un mode de vie et de traditions, la femme libre et forte, la femme en colère, et j’en oublie.
Salina, c’est un nouveau mythe, qui prend sa place dans le Panthéon à côté d’une Antigone ou d’une Athéna. Un mythe de sable et de chaleur que l’on peut placer dans un pays africain mais dont la portée est bien au-delà des frontières.

Je suis une inconditionnelle de Laurent Gaudé lorsqu’il écrit ainsi. Je sais qu’il faudra que je relise ce livre, pour encore plus le savourer, maintenant que je ne suis plus tiraillée par l’envie de savoir ce qu’il va se passer à la page suivante. Salina aura eu le plus beau cortège funèbre que l’on puisse imaginer, apothéose d’une vie passée sans compromissions.

162raton-liseur
tammikuu 27, 7:25am

90. De sang et d’encre de Rachel Kadish, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Claude Demanuelli et Jean Demanuelli
(Translated from the English The Weight of Ink)



Mon souhait… ce que je veux, c’est que tu vives, Ester. Sans connaître la faim. Je le souhaite avec une ferveur plus grande, Dieu me pardonne, que celle avec laquelle je prie pour te voir changer de conduite. Je connais ton obstination. Toutes mes paroles ne t’empêcheront ps d faire usage du cerveau que Dieu t’a donné, même si tu oublies que c’est effectivement un don de Dieu. Mais permets-moi un dernier conseil. Marie-toi, et mange à ta faim.
(p. 445-446, Chapitre 22, Partie 4).
Un printemps de liberté intellectuelle, un sursaut de conscience, une mort paisible. Telle était l’histoire d’Ester dans son entier. Et elle éveillait en lui une pitié mêlée d’un sentiment tenace d’échec.
(p. 480, Chapitre 23, Partie 4).

Encore un gros livre qui m’a été offert par l’éditeur, via netgalley. Suis-je attirée par les gros livres, je pensais que non avec mon rythme de lecture ralenti, mais j’y reviens inlassablement depuis quelques temps. Pourtant, ce n’est pas un critère pour choisir mes livres. Celui-ci, je l’ai sollicité parce que, même si je n’ose pas toujours l’avouer, j’ai un faible pour les romans historiques et féministes. Et celui-là se passe en plus dans un lieu et à une époque que je connais peu, la seconde moitié du XVIIème siècle à Londres. C’est la période de l’interrègne, avec ses changements économiques, avec la peste aussi, puis le grand incendie de Londres quelques temps plus tard, des événements dont j’ignorais à peu près tout.
Rachel Kadish place dans ce contexte son personnage, Ester Velasquez, juive comme son prénom l’indique, d’origine portugaise comme son nom l’indique. Une jeune fille qui a beaucoup voyagé du fait des persécutions dans la péninsule ibérique, et beaucoup souffert aussi, dans un monde où la communauté juive a du mal à trouver sa place et a aussi du mal à définir son unité. Ester se retrouve donc, orpheline confiée aux bons soins d’un rabbin aveugle, parmi la petite communauté juive d’Angleterre, qui commence à espérer un peu plus de sérénité. Mais quelle peut être la place d’une jeune fille juive pas très belle, sans dot ni soutien familial, et en plus éduquée ? Comment réconcilier les aspirations d’une jeune fille qui sait lire la philosophie et qui apprend à penser par elle-même avec les attentes d’une communauté traditionaliste ? C’est tout le propos de Rachel Kadish, et c’est ce qu’elle nous fait découvrir en même temps qu’un duo d’universitaires improbable, la spécialiste non juive de l’histoire juive, anglaise, célibataire et à quelques mois de la retraite, accompagnée d’un doctorant américain et juif qui croit qu’il fera son chemin dans la vie et qui balaie d’un geste de la main ses petits démons personnels.
Tout cela pourrait être très bien, et ça commence d’ailleurs très bien, mais le parallèle entre les deux époques, qui encore une fois fait un peu trop recette éculée d’un atelier de « creative writting » d’il y a quelques années, ralentit la lecture sans, à mon avis, lui apporter grand chose. On a même certaines scènes qui sont décrites deux fois, l’une lorsque la future retraitée comprend tout à coup quelque chose, puis quand le fougueux doctorant fait la même démarche, sans que cette redite n’apporte quoi que ce soit de nouveau, ou bien quand l’un des deux découvre quelque chose que le lecteur sait déjà, puisque lui a lu tout cela en détail dans les pages consacrées à Ester.
Au bout de cent ou deux cents pages, on a fait le tour du propos de Rachel Kadish, pas facile d’être une femme au XVIIème siècle, pas facile d’avoir des aspirations autres que faire la lessive ou élever des enfants. Non pas facile, impossible probablement, d’où les tourments d’Ester Velasquez. Mais Rachel Kadish n’avait donc pas besoin de continuer à délayer tout cela sur quatre autres centaines de pages, elle n’a pas l’écriture qui fait aimer lire de belles phrases, de belles descriptions et qui ferait accepter sans problème une histoire qui mettrait longtemps à se déployer. Non, Rachel Kadish a une écriture efficace (de celle que l’on enseigne dans ces fameux ateliers « creative writting », on y revient), et son tort a été d’utiliser cette écriture efficace pour une histoire qui ne l’est pas. Résultat, on se lasse, on est pressé que ce livre se finisse (parce qu’il est suffisamment bien quand même pour qu’on n’ait pas envie de l’abandonner). J’ai passé des matinées entières à lire pour en avoir fini plus vite, c’est un peu paradoxal je sais, mais c’est ainsi.
Et parce que c’est si dur, si impossible d’être une femme de lettres au XVIIème siècle en Europe, pourquoi cette espèce de « happy ending » complètement improbable ? Cela m’a gâché ma lecture et m’a fait un peu regretter les efforts que j’avais faits pour aller jusqu’au bout avant de me lasser.
Alors si on expurge ce livre d’au moins la moitié et si on enlève une fin qui me paraît beaucoup trop rocambolesque, je pourrais recommander ce livre et dire que c’est une bonne lecture, mais il faudrait que ces deux conditions soient scrupuleusement remplies. C’est un livre que je ne déconseille pas, mais une petite mise en garde me semble s’imposer pour les futurs lecteurs.

163raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 8:57am

91. (30) La Discrétion de Faïza Guène
(Not translated into English)



Pour toujours, elle gardera la tristesse profonde de ceux qui ont le sentiment de tout avoir abandonné, alors même qu’ils ne possèdent rien.
(p. 67, “Commune d’Ahfir, Province de Berkane, Maroc, 1956”).

Pour Omar, ce serait plutôt : « J’ai deux amouuuurs, l’Algérie et Pariiiiis ». Comment se fait-il que personne n’ait pensé à faire une reprise ?
Joséphine, en tout cas, personne ne lui a demandé de choisir entre ses deux amours, et elle n’a jamais été menacée de déchéance de nationalité non plus.

(p. 212, “Bar Joséphine, 45, boulevar Raspail - Paris (75006), France, 2020”).

Un livre acheté sur un coup de tête, après avoir entendu un bout d’interview de l’autrice sur France Inter. Un livre dont le titre discret tranche avec ceux, plus flamboyants, de ses livres précédents. Si la discrétion a un jour été incarnée, c’est par Yamina, cette petite fille née en Algérie pendant les fameux « événements », cette enfant retirée de l’école au profit de ses frères, cette femme mariée sans qu’elle ait son mot à dire avec un émigré, cette mère de famille déracinée qui jamais ne se plaint. Yamina entre maintenant dans la soixantaine, ses quatre enfants, nés en France, ont bien poussé, puisque le garçon n’a jamais fait de garde à vue et aucune des trois filles n’a ramené de marmot hors mariage à la maison. Une vie d’abnégation qui semble avoir porté ses fruits, mais les enfants ne sont pas aveugles, ils voient toutes ces petites vexations que Yamina ne relève pas, ils voient la réussite au mérite perpétuellement leur échapper, ils voient que, bien que nés ici, ils doivent toujours justifier de leur appartenance. La discrétion est celle de Yamina, les combats sont ceux de ses enfants.
Un livre assez court, avec des personnages qui sont des archétypes. On ne fait pas dans la psychologie fine ici, non chacun est dépeint à grand trait, c’est une personnification d’un choix de vie possible, et cela marche plutôt bien, car Faiza Guène a la plume assez agile pour donner corps à ces archétypes, elle a le sens de la formule qui fait mouche. Et quand on est une gentille petite blanche pleine de bons sentiments comme moi, on voit l’autre côté du miroir, la différence de ressenti d’un côté ou de l’autre d’une même situation, et cela fait réfléchir. Ce livre, c’est le racisme ordinaire dans toute sa splendeur, et les dégâts qu’il peut causer.
C’est dommage que le livre ne tienne pas toutes ses promesses. Dans le dernier tiers, Faïza Guène semble vouloir donner de l’épaisseur à ses personnages, leur donner une vie propre et non plus en faire les emblèmes qu’ils pouvaient être. Et c’est un peu dommage, en personnalisant le propos, je trouve que le livre perd de sa force.
Mais c’est une lecture rapide, percutante, qui secoue gentiment, presque tendrement, mais sans ménagement. C’est contradictoire me direz-vous ? Eh bien non, pas dans les mots de Faïza Guène ! Une jolie découverte que ce livre, qui me fait cogiter depuis que je l’ai refermé, un livre qui, sans avoir l’air d’y toucher, est d’une grande actualité. Chacun pourra y trouver matière à réfléchir, et c’est précieux.

164raton-liseur
Muokkaaja: tammikuu 27, 9:16am

92. (31) Tant que se dresseront les pierres de Marina Dedeyan
(Not translated into English)



Je me demande ce qui sortira de tout ça, conclut Tristan Le Meur. La Bretagne, terre de la résistance la plus farouche à l’Allemagne, victime la plus meurtrie des bombardements alliés, foyer ardent du communisme, pétrie de religion, éprise de liberté et revendiquant son identité. La Bretagne écartelée entre des forces contraires, ses enfants divisés.
(p. 388, Chapitre 84).

Le devoir de mémoire est une chose complexe. Pour moi qui ne suis pas spécialiste, c'est à la fois honorer ceux qui ont donné leur vie pour des idées dont nous nous revendiquons aujourd'hui les héritiers, mais c'est aussi regarder notre histoire en face, en acceptant qu'elle a des parts d'ombre et que de cela aussi nous sommes les héritiers. C'est probablement la difficulté de cette posture qui m'amène à tant m'intéresser, au travers des romans, aux périodes sombres de notre histoire récente. Ce livre était donc tout indiqué pour moi. Les romans sur ce sujet, l'attitude des Bretons en général et des indépendantistes en particulier, pendant la seconde guerre mondiale est un peu un sujet tabou dans les romans régionalistes, parce que cette attitude n'a guère été glorieuse. Loin de moi de faire des Bretons une engeance de collabos, il y a eu des maquis en Bretagne, et ils ont été très fréquentés. Je sais même qu'un de mes grands-oncles, Tonton Yves, en a fait partie, poussé comme beaucoup de jeunes de l'époque par son refus du STO. Mais les indépendantistes ont vu dans l'Allemagne un allié possible contre la France et son système jacobin. Breizh Atao (Bretagne toujours) s'entend toujours, mais cette expression conserve pour certains quelques relents de nazisme dont elle ne se débarrasse que pour ceux qui ne savent pas d'où elle vient.
Voilà ce que Marina Dédéyan se propose d'évoquer dans son ouvrage. Mais, et encore une fois, je ne suis pas historienne et très novice dans ces questions, j'ai été très embêtée par sa façon de présenter les faits et de les minimiser. A la lire, les indépendantistes n'ont fait qu'avoir des réunions avec l'état major allemand, ne profitant que de leur réserve de vrai café et de leurs beaux bureaux, puis ils ont sagement attendu qu'Hitler leur offre la Bretagne sur un beau plateau d'argent. Mais Hitler ne leur a rien offert, alors ils ont attendu, et puis ont été victimes des purges de l'après-guerre. Un peu facile et un peu simpliste. Alors, est-ce que moi aussi je suis victime du discours jacobin de la France ou est-ce que ce livre n'ose pas appeler un chat un chat? Je penche un peu pour la seconde hypothèse, et je suis donc très déçue par ce livre qui ne dit rien et ferait presque croire que tous les Bretons ont été résistants, sauf peut-être certains qui ont juste laissé passer la tempête.
Et pour ajouter à cela, l'écriture de ce livre n'est pas d'une très grande qualité. Je ne parle pas seulement de l'artifice littéraire des trois frères qui incarnent chacun une des attitudes possibles face à la bretonnité (parce que l'indifférence n'est pas possible, on se sent nécessairement attaché à sa Bretagne, n'est-ce pas?) et à la guerre (pacifisme, résistance et attentisme, la collaboration n'est tout simplement pas pensable, n'est-ce pas?), mais du style littéraire. Les longs discours exposant des pans entiers d'une histoire récente, entre deux personnes qui connaissent très bien tout cela, les longueurs, les poncifs sur la Bretagne (chaque arbre de la forêt qui a une histoire, les gentils nobliaux qui aiment et aident leurs paysans, et caetera, et caetera.). Et puis cette couverture mensongère, avec ses grandes vagues alors qu'il n'est pas peu près jamais question de mer dans ce livre, un titre intriguant et poétique, mais racoleur parce qu'il n'a pas vraiment de lien avec l'histoire. Cela fait beaucoup pour un même livre, où ni la forme ni le fond n'ont trouvé grâce à mes yeux.
Dommage, car c'est un sujet intéressant, passionnant même, mais ce livre ne lui fait pas honneur. Celui d'Hervé Jaouen, Au-dessous du calvaire, qui parle du même sujet et qui ne m'avait pas paru complètement abouti dans sa démarche, m'a laissé un bien meilleur souvenir, celui d'un devoir de mémoire douloureux mais en train de se faire. A ceux qui seraient tentés de lire le livre de Marina Dédéyan, je dirais plutôt: "Prenez le temps de commander le livre de Jaouen, même s'il met quelques jours à arriver, c'est une lecture qui vaut vraiment cette petite attente, sa lecture en sera mille fois plus intéressante et agréable."

165raton-liseur
tammikuu 27, 9:20am

93. La Danse des Vivants de Antoine Rault
(Not translated into English)



Les grands bouleversements climatiques ou les courants civilisateurs ont joué un rôle plus important que les guerres, observait-il, mais ce sont les héros dont les nations glorifient la mémoire : les morts glorieux sur les champs de bataille et nos glorieux guerriers.
(p. 383, Chapitre 20, “Werner Coquelis, officier traitant”).

Un livre pris à la bibliothèque u peu par hasard. Il était sur un présentoir, la couverture toute colorée et toute rétro m'a attirée, le titre ne m'a pas laissée indifférente, et le résumé a fini à me décider. Je m'aperçois maintenant que ce livre a eu une certaine audience quand il est sorti il y a quelques années, mais j'étais alors passée complètement à côté. Ce fut donc une découverte tardive pour moi, mais une découverte qui en valait la peine.
Le sujet, d'abord, n'est pas banal. Un soldat parlant aussi parfaitement français qu'allemand est retrouvé sur un champ de bataille quelques mois avant l'armistice de novembre 1918. A peine quelques égratignures, mais un blanc complet au niveau des souvenirs. On est sûr qu'il est français puisqu'il avait des chaussettes et un caleçon de l'armée française, mais c'est tout. Personne ne le réclame, c'est une aubaine pour les services d'espionnage français qui l'envoient infiltrer l'armée allemande, pour mieux comprendre comment cette armée ennemie que le traité de Versailles veut réduire à sa portion congrue tente de résister et de continuer à exister. Mais c'est quoi, être patriote, quand on n'a plus de mémoire ? Le livre ne répond pas directement à la question, mais en explore les différents aspects. Le scénario de ce point de vue-là n'est pas toujours très réaliste, mais il permet de faire avancer le personnage, et au lecteur de cheminer avec lui face à cette question. Qu'est-ce que ne plus avoir de passé, est-ce plus grave ou moins grave qu'être une gueule cassée ? Notre personnage, appelez-le Charles, ou Gustav ou encore Robert, ne veut qu'une chose, savoir que quelqu'un l'attend quelque part, que quelqu'un serait capable de pleurer pour lui, ou de le prendre dans ses bras. Et c'est finalement peut-être la seule patrie qu'il se rêve.
Ensuite, la toile de fond de ce roman historique est elle aussi peu banale. Le livre commence donc quelques mois avant la fin de la première guerre mondiale, et s'étend sur environ deux ans. En parallèle de sa petite histoire, Antoine Rault nous décrit la grande histoire, nous fait assister à des réunions entre les chefs d'Etat des pays vainqueurs, nous montre leurs raisonnements. Mais nous voyons, et cela est beaucoup moins fréquent, l'autre côté de la médaille, les vaincus, ce qu'ils ressentent, ce qu'ils veulent. On vit la signature du traité de Versailles comme si on y était, avec tout ce que cela comporte de rancœurs qu'on ne cherche pas à dissimuler ou d'incompréhensions qu'on ne cherche pas à dissiper. Les logiques de politique étrangère des principaux acteurs s'entrechoquent dans ce qui pourrait être un dialogue de sourds s'il y avait dialogue.

166raton-liseur
tammikuu 27, 9:22am

94. L’Agonie des Grandes Plaines de Robert F. Jones, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Béatrice Vierne
(Translated from the English Tie my bones to her back)



Comment allons-nous vivre à présent ? Partout où nous nous tournons, le soleil se couche. Il se couche pour le bison, et il se couche pour le Cheyenne. Il se couche pour nous tous – Sioux, Pawnees et Snakes, et peut-être même se couchera-t-il pour les Araignées blanches un jour. Car qui pourrait vivre dans un monde où il n’y a plus de bisons ?
(p. 235, Chapitre 16).

J’ai probablement toujours eu un petit faible pour les westerns, mais depuis que j’ai lu Lonesome Dove, ce faible n’est plus petit. Alors quand j’ai vu ce titre offert par les Editions du Rocher via netgalley, je n’ai pas beaucoup hésité, et ma lecture a suivi de peu le téléchargement. La comparaison avec Lonesome Dove s’arrête là, car ce roman n’a rien de la causticité du précédent. Il est brut, ne cache rien de la rudesse de la conquête de l’Ouest, de sa trivialité parfois. Le nombre de pages consacrées à l’entretien des armes, à leur choix chez l’armurier ou à leur chargement est assez révélateur du parti-pris de l’auteur. La place faite aux odeurs me semble aussi importante à noter car c’est plutôt rare dans la littérature, et ici rien ne nous est épargné des odeurs de peau en train de sécher ou de la chair des bisons en train de pourrir au soleil.
Les derniers bisons tombent sous les coups de carabine des Blancs, les Indiens font un dernier baroud d’honneur. C’est la fin d’un monde et chaque camp le sait. C’est intéressant d’entendre le discours de ces civilisateurs qui, en toute bonne foi, veulent chasser les Indiens de ces terres, pour leur bien même. D’entendre ces chasseurs de bisons et ces soldats encourager l’extinction d’une espèce parce qu’elle signera la mort du mode de vie des Indiens.
La première partie, par son réalisme et son pragmatisme sans concession, est vraiment intéressante. Difficile à lire du fait même de cette absence de concession, mais passionnante. J’ai moins accroché à la seconde partie. Elle a l’intérêt de montrer l’autre côté de la médaille, mais je trouve l’adoption de Jenny et de son frère par lla tribu de Two Shilelds me paraît peu réaliste dans la manière dont elle est dépeinte et l’absence totale de méfiance vis-à-vis de ces deux nouveaux venus qui sont tout de même issus du camp opposé. Cela a gêné la fin de ma lecture mais j’étais déjà trop accrochée par le livre pour pouvoir vraiment lui en tenir rigueur.
Un livre qui peut plaire à tout lecteur prêt à regarder la conquête de l’ouest sans le romantisme d’un western spaghetti ou sans les petites fleurs bleues d’une petite maison dans la prairie. Un livre que je suis contente d’avoir pu lire et qui, j’espère, rencontrera un accueil favorable quand il sortira dans quelques semaines.

167raton-liseur
tammikuu 27, 9:30am

95. (32) Abobo Marley de Yaya Diomondé
(Not translated into English)



Lorsqu’on est perdu, lorsqu’on se trouve au fond d’un puits, même les toiles d’araignée se présentent comme des cordes à nos yeux pour nous faire remonter à la surface.
(p. 115, Chapitre 5, “La galère de la prison”).

Il a bon dos le confinement quand la fermeture des librairies est une excuse pour acheter des livres sans trop regarder à la dépense... En tout cas, c'est une excuse dont j'ai usé quelques fois; et pour ce livre-là notamment. J'ai entendu parler de ce prix, Voix d'Afrique, monté par RFI et les éditions Jean-Claude Lattès, à la radio, alors que le lauréat était l'invité de l'émission Littérature sans frontière, que je suis avec assiduité même si souvent avec retard grâce à la baladodiffusion.
Yaya Diomandé, l'auteur, est un jeune Ivoirien d'une trentaine d'années. Il a suivi le parcours classique d'un jeune de son pays, des études dont il est plutôt fier, intégralement réalisées dans son pays. Et il se retrouve incapable de décrocher un boulot en accord avec ce que sa réussite universitaire lui avait fait espérer. Alors, comme d'autres jeunes, il rêve de l'Europe. Tout cela, il le dit sans beaucoup de détour dans l'entretien que j'ai écouté. Et il le dit avec les expressions d'une personne qui n'est jamais sorti de son pays, on entend tout de suite, avec son accent ou les expressions qu'il utilise et que la journaliste est parfois obligée d'expliciter pour les auditeurs, qu'il n'a pas les codes de la France dont il rêve, il n'a pas non plus les codes de l'auteur interviewé pour son premier roman. Non, il est naturel, comme il a toujours été.
Et je crois que c'est ce naturel qui m'a donné envie de lire ce livre. Je me doutais bien qu'il ne serait pas excellent, premier roman issu d'un concours aux règles assez peu propices à la littérature. Et je suis contente de m'être laissée tenter. Le roman n'est pas excellent, comme je m'y attendais, mais il est intéressant quand même. Le personnage de Mozess n'a qu'un rêve, améliorer son sort et celui de sa famille. Pour cela, il ne voit qu'une route, celle de Bengue (un nom derrière lequel se cache la France, ou bien l'Europe). Il abandonne l'école pour des petits boulots qui lui permettent de mettre de côté le coût de son passage mais, si les tentatives sont nombreuses, elles sont aussi nombreuses à échouer, et c'est en fait à une dégringolade que nous assistons. Dégringolade le long de l'échelle sociale, dégringolade morale ensuite. Mozess semble à chaque fois faire les mauvais choix, des choix qui l'emmènent dans des recoins de plus en plus noirs de la réalité de l'Afrique de l'Ouest de ces dernières décennies.
Le propos est très didactique, le style est peu affirmé, mais la volonté de dire est forte et elle irrigue le livre, qui avec ses quelques cent pages écrites assez gros, se lit assez vite. Si ce n'est pas une lecture qui me laissera un souvenir impérissable, je trouve que c'est un bon premier pas pour un jeune romancier et pour un prix qui nous révélera peut-être de belles plumes. Sur le sujet, on est loin de la puissance de La Prière des Oiseaux, qui est elle une lecture mémorable, mais la simplicité du propos et la confrontation ente la fin de ce livre et les propos de l'auteur qui, quand il parle de lui-même, dit qu'il serait prêt à tout, voie légale ou voie illégale, pour décrocher un passage en Europe où il se dit que son salut est plus envisageable que chez lui, me laisse songeuse et un brin mal à l'aise, moi qui suis née du côté de la méditerranée où ces questions ne se posent même pas.
Une curiosité livresque, donc, à aborder pour ce qu'elle est, et qui vaut un petit détour livresque pour un auteur qui, j'espère, n'a pas dit son dernier mot.

168raton-liseur
tammikuu 27, 9:33am

96. (33) Les Voyages d’Ibn Battûta de Joël Alessandra (scénario et illustrations) et Lotfi Akalay (scénario)
(Not translated into English)



C’est un bien bel ouvrage que j’ai trouvé dans ma boîte aux lettres en ce froid mois de décembre. Offert par les éditions Dupuis grâce à l’opération Masse Critique de Babélio. J’avais très envie de recevoir ce livre pour me permettre de connaître un tout petit peu mieux cet homme dont la vie extraordinaire a retrouvé depuis quelques années les faveurs du monde culturel. Je suis donc très heureuse d’avoir eu le privilège de lire cette bande dessinée, et surtout de me plonger dans ces dessins. Les aquarelles sont toutes plus belles les unes que les autres, et il n’est pas étonnant qu’elles aient pris sept ans de la vie de l’illustrateur pour être réalisées. J’aurais peut-être aimé un plus fort contraste entre les paysages dans lesquels circule Ibn Battûta et les dessins qui lui sont prêtés. J’aurais aussi aimé un peu plus de cohérence dans l’irruption du noir et blanc pour certaines planches, car je n’en ai pas compris la logique. Malgré ces petites réserves, j’ai rempli mes yeux de soleil, de sable, de couleurs étincelantes et châtoyantes, et j’ai pris mon temps pour me délecter de chaque page.
Pour l’histoire, je dois avouer que je suis plus circonspecte. On suit Ibn Battûta dans son périple, de ville en ville, de pays en pays, dans un décor qui varie étrangement peu, sauf pour l’Inde et la Chine, vite évoquées mais qui donnent lieu à des aquarelles plus exotiques, mais on en apprend très peu sur ce qui motive son voyage sans fin, d’où vient ce désir de toujours pousser sa monture plus loin. On égraine les lieux et les destinations comme un chapelet qui tourne sans fin dans la main, sans en voir le bout et sans en comprendre le sens. Il y a bien quelques petits souvenirs, quelques petites observations, mais plutôt sans intérêt, voire ne donnant pas le beau rôle à un Ibn Battûta ayant bien peu de considérations pour les femmes (ne soyons pas anachroniques et ne reprochons pas à un homme du XIVème siècle ce qu’il serait injuste de lui reprocher, mais on peut s’interroger sur les choix des auteurs de cette bande dessinée, qui sont contemporains eux).
Je reste donc plutôt sur ma faim quant à mon envie d’en apprendre plus sur ce personnage, mais les aquarelles méritent à elles seules que l’on prenne quelques heures pour feuilleter ce très bel ouvrage.

169raton-liseur
tammikuu 27, 9:34am

97. Valentine d’Arabie : La nièce oubliée de Lamartine de Fawzia Zouari
(Not translated into English)



L’on sait désormais pourquoi Valentine a tout tenté : la nature, l’homme, l’écriture, la peinture, la sculpture, la danse, la politique ; pourquoi elle a cherché la perfection à travers la synthèse des arts ou l’être androgyne, comme s’il lui fallait, toujours, retrouver la part manquante d’elle-même.
(p. 280, “La Circé du désert”).

Lorsque, il y a peu, j’ai sollicité un titre sur netgalley, les Editions du Rocher ont, d’une part, accédé à ma demande et, en plus, m’ont gratifiée d’un accès privilégié à leurs collections. Pour les remercier, je me suis dit qu’il n’y avait rien de mieux que de lire un autre titre, qui avait titillé ma curiosité quelques semaines plus tôt mais que je n’avais pas osé demander. Ce titre, c’est celui-là, Valentine d’Arabie. Bon, il y a un peu tromperie sur la marchandise. On pense bien sûr à Lawrence d’Arabie mais il n’y a guère de points communs et l’Arabie n’est finalement qu’une petite partie de la vie de cette dame. Et puis le sous-titre parle de la nièce de Lamartine, alors qu’elle est, tenez-vous bien, une arrière-petite nièce du poète, un homme qu’elle n’a jamais rencontré, parce qu’il est mort avant sa naissance mais aussi parce qu’elle fait partie d’une branche ostracisée de la famille. Mais on n’a pas besoin d’un génome de poète pour être quelqu’un d’intéressant alors je ne tiendrai pas rigueur à l’autrice pour ce titre un brin racoleur.
Qui était cette fameuse Valentine ? Une personne dont je n’avais jamais entendu parler mais qui fut assez célèbre pour que Le Canard enchaîné s’inspire d’elle pour intituler une de ses rubriques « Valentine de coin coin », en hommage à sa vie trépidante et dissolue. Car elle est connue sous le nom de Valentine de Saint-Point (là où se trouve le tombeau de Lamartine), lorsqu’elle s’est affranchie du nom de ses deux époux successifs. Ce sont finalement les premières lignes de l’article de Wikipedia qui lui est consacré qui la décrivent le mieux : « une figure importante de la Belle Epoque ». Car elle a écrit des livres, des poèmes, sculpté avec Rodin, été son modèle aussi, peint, dansé, et j’en passe. Une touche-à-tout, donc, qui a probablement été plus importante par sa capacité à animer la vis culturelle de son temps que par sa propre production. Une figure pour laquelle j’éprouve assez peu de sympathie, car elle me semble plus dans le paraître que dans l’être, mais une figure dont on a probablement besoin pour faire émerger des artistes et des idées nouvelles.
J’étais surtout intéressée par la conversion à l’islam, me demandant quelles pouvaient être les motivations d’une femme au début du XXème siècle pour prendre une telle décision. Je dois avouer que j’ai été un peu déçue sur ce point, même si Fawzia Zouari fait de son mieux sur ce point, mais cette conversion semble assez obscure, et il est difficile de savoir à quel islam elle s’est convertie, dans le sens où elle semble principalement rester dans le cercle des Européens convertis (je ne savais pas qu’il y en avait autant à cette époque-là !) et non se mêler aux croyants de son pays d’adoption, l’Egypte, mais aussi parce que, en bonne adepte de la théosophie, elle a toujours eu un rapport assez singulier à la religion.
Je n’ai donc clairement pas trouvé ce que j’espérais dans ce livre. Et à cela je dois ajouter quelques réserves quant à l’écriture du livre. Un style un peu lourd, trop proche de la thèse dont ce livre est l’émanation. S’il convient à un travail académique, je le trouve moins approprié pour une œuvre de vulgarisation. Un manque de distance face à son sujet, l’autrice semble fascinée par son personnage, mais cela fait sonner certaines de ses justifications un peu faux. Et puis, notamment vers la fin, un travail d’édition inachevé, d’où des lourdeurs, des redites et quelques erreurs de typographie qui n’allège pas la lecture.
J’ai donc quelques réticences à recommander ce livre, sauf aux lecteurs qui aiment les biographies et les personnages flamboyants. Fawzia Zouari fait revivre un personnage oublié qui a pourtant compté dans les premières années d’un siècle qui a amené de nombreux bouleversements, tant géopolitiques que culturels, et Valentine de Saint-Point a eu maille à partir, de près ou de loin, à tous ces bouleversements alors en germination.

170raton-liseur
tammikuu 27, 9:53am

98. (34) La République du bonheur de Ogawa Ito, traduit du japonais (Japon) par Myriam Dartois-Ako
(Not translated into English)



Parce que la vie, ce n’est pas une question de longueur, mais de qualité. Il s’agit pas de comparer avec le voisin pour savoir si on est heureux ou malheureux, mais d’avoir conscience de son propre bonheur.
(p. 199, “Riz au Mukago”).
Suivre le chemin qu’on a choisi demande du courage, car on ne peut reporter la faute sur personne.
(p. 247, “Miso de pétasite”).

J’ai découvert par inadvertance, en regardant les recommandations des librairies pour Noël qu’Ogawa Ito avait écrit une suite à La Papeterie Tsubaki. J’avais beaucoup aimé ce petit bijou de livre, une lecture remonte-moral et intelligente à la fois, alors je n’ai eu qu’une envie, lire la suite au plus vite. J’ai découvert cette République du bonheur le 25 décembre au pied du sapin, et je l’avais terminée le 25 au soir…
Ce livre est tout ce que l’on pouvait attendre d’une suite. Les mêmes personnages, la même ambiance feutrée. J’ai un peu regretté que l’histoire soit vraiment centrée sur le personnage d’Hatoko et que l’on perde la notion de roman-chorale qui était un des ingrédients du succès de La Papeterie Tsubaki, mais c’est un choix qui s’entend. Le sujet de la famille recomposée est traité avec suffisamment de nuances et de finesse pour suffire à cet opus.
Pas de surprise, pour le meilleur (le livre est conforme à ce que l’on attendait) et pour le pire (rien de franchement nouveau ou surprenant dans ce nouvel opus). C’est donc une lecture agréable mais sans plus, à conseiller uniquement à ceux qui ont aimé sans réserve le premier opus, ou à ceux qui ont besoin d’une lecture remonte-moral, le livre remplit son office sans hésitation.

171raton-liseur
tammikuu 27, 9:55am

99. La Grosse de Sandrine Collette ; lu par India Hair
(Not translated into English)
Une nouvelle qui met mal à l’aise. L’atmosphère pesante est vite installée et se transforme insensiblement en atmosphère malsaine. On est hâppé par l’histoire, on veut comprendre ce qui se cache derrière les non dits et on continue à écouter, mais finalement, je me demande quel est l’intérêt de ces histoires qui mélangent un peu tout : les tares physiques et les bas instincts, l’absence d’éducation et l’amoralité… Et je ressors de cette lecture avec ce sentiment d’être mal à l’aise, me sentant un peu salie par cette écoute, un peu honteuse de mon voyeurisme et un peu piégée d’en avoir été réduite à cela. Non, une lecture qui ne me procure aucune satisfaction. A oublier au plus vite.

172raton-liseur
tammikuu 27, 10:59am

100. (35) Lolly Willowes de Sylvia Townsend Warner



J’ai entendu parler de ce livre il y a un petit moment déjà, au détour d’un entretien de Geneviève Brisac à la radio, qui disait que l’héroïne de ce roman était l’une de ses figures littéraires féministes préférées. Mais il est épuisé en français et j’ai même eu du mal à le trouver en anglais, heureusement le Père Noël a ses entrées dans des librairies connues de lui seul et il a gentiment déposé ce livre dans mes petits souliers à Noël dernier, et je l’ai lu dans la foulée.
Lolly Willowes, donc, est une jeune fille de la bourgeoisie rurale anglaise. Légèrement postérieure mais très similaire aux héroïnes de Jane Austen. Sauf qu’elle ne semble pas du tout intéressée par les hommes et le mariage et qu’elle laisse passer ses années de jeunesse sans chercher à séduire et sans susciter aucune demande en mariage. Alors, quand son père meurt, elle est traitée par ses frères au même titre que les meubles de l’héritage, et on décide pour elle qu’elle s’installera à Londres chez son frère aîné, où elle deviendra l’inamovible Tante Lolly, toujours serviable, toujours traités comme une pièce du décor. Mais un jour, sans crier gare, Laura (son véritable prénom) fait tout voler en éclat et, pour la première fois, émet un souhait et se met en devoir de le réaliser.
C’est cette notion de volonté propre de la femme qui est au cœur de ce court roman. La volonté de choisir sa vie, même si dans le cas de Laura Willowes cela signifie ne rien faire d’autre que des thés et des promenades solitaires. La volonté n’est pas forcément de faire des grandes choses, juste de vivre pour soi. Et cette réflexion à laquelle nous convie Sylvia Townsend Warner à travers ce personnage est vraiment intéressante, finement menée et originale. Etre féministe, ce n’est pas que vouloir avoir accès aux positions usuellement dévolues aux hommes. C’est juste exister pour soi, quoi que cela veuille dire. Et si Lolly Willowes est le personnage principal, l’incompréhension qu’elle suscite auprès de sa belle-sœur, femme mariée ou de ses nièces, d’une autre génération, permet d’enrichir la notion de féminisme.
La dernière partie du livre tranche avec les deux premières et je ne sais toujours pas si je dois la lire au sens littéral ou pas. Elle m’a un peu déstabilisée, mais elle n’enlève rien à la force du personnage, qui trouve sa voie propre pour conquérir sa liberté personnelle.
Cette découverte d’une autrice peu connue en France est une réussite pour moi, et j’espère continuer à explorer son œuvre, œuvre qui a l’air riche en femmes fortes car Laura Willowes l’est, forte, à sa manière.

173raton-liseur
tammikuu 27, 11:00am

101. Un Cow-boy dans le coton de Jul (scénario) et Achdé (dessins)
(Not translated into English)



Je ne suis pas une grande adepte de Lucky Luke, dont je trouve souvent l’humour trop facile et trop lourd. Mais mes parents ont acheté ce livre (ce qui ne leur ressemble guère) et il était dans le salon pendant ces vacances de Noël, c’était plutôt une bonne raison pour profiter encore un peu du feu dans la cheminée. Et finalement, même si ce n’est pas transcendant et que ça n’a pas révolutionné ma connaissance de l’esclavage dans le sud des Etats-Unis, j’ai trouvé le tout pas trop mal fait. C’est une vraie réalité historique qui est exposée, avec plusieurs de ses aspects qui sont mentionnés, donc un bon point de départ pour aborder des questions lourdes à partir d’un texte léger.

174raton-liseur
tammikuu 27, 11:14am

Phew… That’s it, I am done with my 2020 reviews ! Almost a month late, so I feel it’s too late to make some kind of concluding remarks. Maybe just that I feel I read a lot of 20th and 21st century novels this year and did not give enough space to the 19th novels that I usually like so much. That’s probably due to quite a lot of time on netgalley, and I should pay attention to correct that in 2021.
And now, another year of interesting reading ahead !
Raton-Liseur on Club Read 2021